LIBRE EXPRESSION

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 64 le Sam 08 Juil 2017, 12:11

Derniers sujets

» LA DICTATURE EST EN MARCHE ET PERSONNE NE REAGIT !
Economie en FRANCE - Page 2 EmptyLun 26 Juil 2021, 19:44 par Cousin Hubert

» Général Martinez
Economie en FRANCE - Page 2 EmptySam 24 Juil 2021, 12:36 par 007/**

» pédophilie
Economie en FRANCE - Page 2 EmptyMer 21 Juil 2021, 21:17 par Caton l'Ancien

» Foot
Economie en FRANCE - Page 2 EmptyLun 12 Juil 2021, 14:36 par Caton l'Ancien

» Attentats
Economie en FRANCE - Page 2 EmptyDim 04 Juil 2021, 17:17 par Caton l'Ancien

» Un commerce dans un quartier paisible... en Francarabia...
Economie en FRANCE - Page 2 EmptyVen 02 Juil 2021, 12:36 par Cousin Hubert

» idéologie nuisible
Economie en FRANCE - Page 2 EmptyLun 28 Juin 2021, 18:49 par Caton l'Ancien

» Euro dangers
Economie en FRANCE - Page 2 EmptyLun 28 Juin 2021, 16:52 par Caton l'Ancien

» Economie en FRANCE
Economie en FRANCE - Page 2 EmptySam 26 Juin 2021, 19:05 par Cousin Hubert

Juillet 2021

LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Navigation

Le Deal du moment :
Xiaomi Mi Days sur eBay : 15% de réduction
Voir le deal
Le Deal du moment : -42%
Mi Home Smart4u Casque de vélo avec ...
Voir le deal
40 €

+16
Cousin Hubert
Esclarmonde
Hibiscusez-moi
FLANDRE
Alex Terieur
Mitsahne
Etienne Charles
cilette
philiberte
longin
FoxRenard
silence
Scaramouche
Toby
Caton l'Ancien
moria
20 participants

    Economie en FRANCE

    Mitsahne
    Mitsahne
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6255
    Age : 91
    Localisation : altoséquanais
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Mitsahne Mer 12 Mai 2010, 16:50

    Le retour des emplois jeunes ???

    "Ils" étaient des groupes de quatre ou cinq à se promener en anorak rouge fourni par la maison, devant les grands magasins du Bd. Haussmann...Ils étaient tout juste capables de vous donner l'heure. Bien polis mais ignares...Strictement payés à ne rien faire d'utile...Ca coûte combien à la République des emplois-jeunes ?


    _________________
    Ne traite pas le crocodile de sale gueule avant d'être complètement sorti du marigot.
    (Alexandre Vialatte).
    [i]Heureux soient les fêlés car ils pourront laisser passer la lumière !

    (Michel Audiard)
    moria
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21375
    Age : 120
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par moria Mer 12 Mai 2010, 18:17

    Les entreprises, prof. libérales and co versent des cotisations pour la formation.

    ce sont les mentalités qu'il faut changer.

    En Allemagne -encore- çà marche très bien et il y a consensus sur cette question !
    Scaramouche
    Scaramouche
    Magnum
    Magnum

    Nombre de messages : 1898
    Date d'inscription : 07/04/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Scaramouche Jeu 13 Mai 2010, 08:20

    Mitsahne a écrit:Le retour des emplois jeunes ???

    "Ils" étaient des groupes de quatre ou cinq à se promener en anorak rouge fourni par la maison, devant les grands magasins du Bd. Haussmann...Ils étaient tout juste capables de vous donner l'heure. Bien polis mais ignares...Strictement payés à ne rien faire d'utile...Ca coûte combien à la République des emplois-jeunes ?

    Si vous commencez à vous demander où passe l'argent de la république vous allez attraper une migraine.
    Sans doutes vos jeunots faisaient de la "pub". Entre les emplois jeunes ou les payer pour qu'ils fassent de la présence à l'école, même utopie. De toutes façons personne ne sait quoi faire, et ceux qui actuellement croient attendre leur salut de DSK se trompent lourdement , il n'est pas plus fiable , c'est espérer changer un agité contre un léthargique et le bling bling droite pour le bling bling gauche je ne vois aucune différence.
    avatar
    Etienne Charles
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 2232
    Age : 78
    Localisation : ligny le ribault 45240 loiret
    Date d'inscription : 04/08/2009

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Etienne Charles Jeu 13 Mai 2010, 19:13

    Depuis la " nuit des temps" les dirigeants de tous les états, de tous les empires, de toutes les seigneuries, de tous les partis, de toutes les assos....se sont endettés.
    Donc rien d'original, sauf que ce cancer financier est aujourd'hui rendu public.
    N'oublions pas que "vivre à crédit" fut un crédo des années 70...
    Nos grands argentiers bouffis de certitudes nous ont entraîné dans leur délire...
    La nature a horreur du vide monétaire..l'euro baisse mais l'or remonte.
    Toby
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Toby Mar 08 Juin 2010, 08:42

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Quand Le Monde encense Milton Friedman

    Article rédigé par Nicolas Lecaussin le 02 Jun 2010






    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Sous la plume du journaliste Pierre-Antoine Delhommais, qui fait toujours preuve d’une louable indépendance d’esprit, le quotidien Le Monde publie une vraie ode à la gloire de « l’ultralibéral » Milton Friedman. Mieux vaut tard que jamais, commente à son tour Nicolas Lecaussin.
    L‘événement – signalé par un lecteur de notre Lettre d’information - est trop important pour ne pas le mentionner. Le quotidien Le Monde a publié dans son numéro du 28-29 mars un article écrit par Pierre-Antoine Delhommais et intitulé « L’euro made in USA ». Voici ce qu’on peut lire : « (…) Friedman mourut en 2006 à 96 ans, sept ans après la naissance de ce projet (l’euro) qu’il jugeait irréalisable. En Europe, dirigeants politiques et monétaires se gaussèrent beaucoup de l’erreur de jugement du prix Nobel d’économie qu’ils attribuèrent à la fois à son grand âge, à son idéologie détestable (libérale et monétariste, l’horreur absolue) et à sa nationalité (américaine). Ils rient beaucoup moins aujourd’hui. Car la crise gravissime que connaît l’union monétaire, Friedman l’avait aussi prédite. Le jour où l’Europe sera confrontée à une grave récession, avait-il expliqué, les rancoeurs et les égoïsmes nationaux ressurgiront, le système de change fixe empêchant tout ajustement à la situation spécifique de chaque pays. L’édifice s’effondrera parce que les pays de la zone n’auront pas l’homogénéité politique, sociale, culturelle et linguistique des Etats américains, parce qu’il n’y aura pas d’Etats-Unis d’Europe. Tout le monde prendra conscience, mais trop tard, qu’il ne peut y avoir d’union monétaire sans union politique, d’euro sans gouvernement européen. (…) Bien sûr, on peut se dire, pour reprendre le cliché habituel, que tout ce qui ne tue pas l’union monétaire, la rend plus forte, que la crise ouvre enfin la voie à un fédéralisme budgétaire. Peut-être. La seule certitude, c’est quand même que Milton Friedman méritait bien son prix Nobel ».
    Certains lecteurs du Monde ont dû être surpris, voire même scandalisés !
    Mitsahne
    Mitsahne
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6255
    Age : 91
    Localisation : altoséquanais
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Mitsahne Mar 08 Juin 2010, 17:46

    J'avoue que je suis de ceux qui ont désiré, applaudi à l'Euro dans une Europe idéalement unie.

    Mais nous sommes allés beaucoup trop vite. Cette Europe à 27 aujourd'hui est une calamité.
    Craignons que Milton Friedman n'ait eu raison trop tôt. Son Prix Nobel était en tous cas plus mérité que celui attribué Obama.


    _________________
    Ne traite pas le crocodile de sale gueule avant d'être complètement sorti du marigot.
    (Alexandre Vialatte).
    [i]Heureux soient les fêlés car ils pourront laisser passer la lumière !

    (Michel Audiard)
    philiberte
    philiberte
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 18795
    Age : 72
    Localisation : duché de Nevers
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par philiberte Mer 09 Juin 2010, 11:43

    dans ma naïveté et mon ignorance, je pensais que la monnaie européenne doublerait la monnaie du pays. bref, que chaque pays garderait sa monnaie, tout en ayant une monnaie commune, et très pratique lorsque l'on voyage. l'euro est accepté en Israël, par exemple, aussi bien que le dollar.


    _________________
    Mettez l'étiquette PS à un âne, et dans la Nièvre, il sera élu au premier tour (Montebourg)

    Dans la Nièvre, mettez l'étiquette "gauche" à une poubelle, elle est élue au premier tour (Moi)
    cilette
    cilette
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 4185
    Age : 80
    Localisation : Lorraine
    Loisirs : musique - politique - cuisine - associations
    Date d'inscription : 15/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par cilette Mer 09 Juin 2010, 13:09

    philiberte a écrit:dans ma naïveté et mon ignorance, je pensais que la monnaie européenne doublerait la monnaie du pays. bref, que chaque pays garderait sa monnaie, tout en ayant une monnaie commune, et très pratique lorsque l'on voyage. l'euro est accepté en Israël, par exemple, aussi bien que le dollar.
    Oui, ça aurait pu se faire mais on voulait une Europe vraie, avec tout en commun... sauf qu'à part l'euro, on n'a rien de commun, que les frontières sont des passoires, que les pays même ceux qui ne sont pas européens entreront sans qu'on puisse dire quoi que ce soit.

    Si j'avais un pouvoir quelconque, je dissoudrais l'Union Européenne qui ne se mèle que de ce qui ne la regarde pas et ne s'occupe absolument jamais des "vrais" problèmes.
    Toby
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Toby Mer 09 Juin 2010, 15:23

    Abaisser les taux d’intérêt : aucun intérêt !

    Article rédigé par Adrien Foulon le 02 Jun 2010






    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Considérée comme remède miracle et instrument de relance, la baisse des taux d’intérêt est en réalité nocive à la croissance, et ne débouche que sur l’inflation. Cette découverte de l’économie autrichienne est opportunément rappelée par le jeune économiste Adrien Foulon, chercheur à l’IREF
    Si l’unification monétaire intervenue par la mise en place d’un monopole d’émission (confié à la BCE) était une chose aberrante pour beaucoup d’économistes compétents, l’objectif de stabilité des prix a été relativement atteint durant ses premières années d’existence. On pensait que la volonté d’éviter toute expansion de crédit trop importante pouvait durer. Mais c’était sans compter sur les circonstances exceptionnelles (bien que parfaitement prévisibles !) qu’a constitué la crise. La BCE, en réponse à l’inquiétude des marchés, a emboité le pas à la FED : politique de taux bas, proches de 0% de nominal donc négatifs en termes réels. Cette politique devait permettre aux banques de second rang de se servir en liquidités gratuites auprès des banques centrales, et par là-même de créer une inondation de crédit. Certes les non-économistes peuvent intuitivement penser que le crédit bon marché stimule la croissance en accroissant la demande globale (les ménages prennent des crédits pour consommer et les entreprises s’endettent pour investir), mais les économistes compétents quant à eux savent depuis longtemps les dangers de telles manipulations.

    ...
    moria
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21375
    Age : 120
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par moria Sam 12 Juin 2010, 09:25

    La baisse des taux est valable pour la relance de la consommation lorsqu'il y a encore un potentiel d'emprunt.

    Autrement, on arrive à la situation obligée de faire de la cavalerie.

    mon fils a eu une proposition de la Caisse d'Epargne pour un prêt de 1000€ à 0% !!
    OUI, zéro.
    je le lui ai déconseillé : il n'a pas encore de revenu.....

    les Banques piègent les gens en les alléchant mais aussi pour mieux les emprisonner.


    moria
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21375
    Age : 120
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par moria Sam 12 Juin 2010, 09:26

    Et si............
    intéressant article que je vous soumets :



    Privatisons!
    Privatisons! Privatisons!
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    En voilà un beau cri qui va en réjouir plus d'un...
    Mais ne vous réjouissez pas trop vite.
    Le beau cri lancé par notre ami Rodolphe Clauteaux porte
    sur la dette publique! La privatiser ne serait-ce pas la
    « politiser »? Un beau défi pour notre nation !

    Resterait aussi à remettre nombre de compteurs à zéro...
    Faudrait-il aussi que tous les Français reprennent goût à la France et que bien des « élites » soient enfin reconnues pour ce qu'elles sont : des pantins!

    Léon Areva, le 11 juin 2010

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Privatisons la dette publique !

    Lorsque l’on pense à « dette publique », on songe immédiatement à la Grèce, à la crise grecque.
    En effet, c’est l’ « “Etat » grec qui s’est endetté, qui a réalisé des dépenses « inconsidérées » si l’on en croit les comptables de Bruxelles, et qui a emprunté ce qui lui manquait à des banques françaises et allemandes pour l’essentiel. L’argent à crédit se paie, et les intérêts du capital aussi… ce qui fait qu’aujourd’hui, l’Etat grec est endetté, et doit payer.
    Et ne l’aurait pas pu si l’Europe et le FMI n’étaient venus à son secours. Un secours qui se paie cher par un « plan de rigueur ».

    Un plan de rigueur à la charge des fonctionnaires déjà mal payés et du petit peuple, surtout de ses retraités.
    Un plan de rigueur infâme !

    L’ « effet papillon » de la Grèce, causant alors la révision des comptes publics d’autres pays « du Sud » européen…
    C’est-à-dire que l’Espagne, le Portugal et maintenant l’Italie, avant que la France n’y passe, sont déclassés par les agences de notation.
    La conséquence en est que leurs dettes respectives deviennent encore plus difficiles à payer, puisque les intérêts, le « risque » matérialisé par les notes des « agences », augmente. Se refinancer pour payer ces dettes devient alors plus cher.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    Dette
    publique (en milliards de la devise nationale)

    Or la Grèce, petit pays, n’a pas une « dette » astronomique. 270 milliards d’euros, c’est-à-dire 115% environ du Produit intérieur brut en 2009, 130% en 2010, pour un Etat dela Zone Euro, ce n’est pas le bout du monde.
    Alors que de l’autre côté de ce monde mondialisé, un Etat beaucoup plus endetté, ne fait pas parler de lui.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Il s’agit du Japon.

    Le Pays du Soleil Levant, est endetté à raison de 200% de son PIB,
    avec un déficit public de plus de 10%, c’est le pays le plus endetté de
    l’OCDE.
    Le pays dont la solvabilité est donc la moins bonne. Or pas d’« effet papillon » pour le Pays des Samouraïs ! Pas de panique sur les
    marchés mondialisés.
    Comment cela se fait-il que le Japon ne subisse pas de pression des
    Etats de la Région afin qu’il paie ses dettes grâce au FMI et d’un
    rigoureux plan de rigueur (infâme) ?
    Comment se fait-il que la contagion grecque se soit propagée à une telle vitesse, provoquant un (presque) krach boursier, replongeant nos économies dans les affres de la Crise pour un temps éloignés, alors que le Japon bien plus endetté ne soit dans aucune chronique boursière affolée, et n’aie pas droit à la lettre « A- » des agences de notation ?…
    La Zone Euro ne protège ni rien ni personne

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Il se trouve que la Zone Euro, l’Euroland des Anglosaxons de la Kommission de Bruxelles, est soumise aux lois du marché.

    Que ces lois inconnaissables, ineffables, indicibles (tout comme Dieu), sont mondialisées. « Mondialisé », comme la dette grecque.
    Une dette, rappelons-le encore une fois, qui est détenue par des banques françaises et allemandes… probablement les mêmes qui ont « arrangé les comptes » de l’Etat grec et de son gouvernement (de droite) lorsqu’il a sollicité son entrée dans l’Euro !…
    Des banques qui obéissent à la « loi du marché ».

    Or la Zone Euro ne protège personne.
    Pas même sa monnaie unique. La Zone Euro est le parangon de la bonne conduite ultralibérale de ceux qui l’ont pensée, créée et installée grâce au Traité de Maastricht.
    Et donc, « grâce » à l’Euro, la Grèce est soumise aux lois du marché.
    Est soumise aux diktats de ceux qui ont acheté sa dette.
    Aux « investisseurs » comme l’on a coutume de nommer ces pirates
    professionnels, anonymes et universels, qui font profit du malheur des
    autres, en l’occurrence du peuple grec.
    « Politisons » la dette…
    Or si ces « investisseurs internationaux » sont débiteurs de la Grèce,
    ils ne le sont pas du Japon.

    La dette publique du Japon est en fait une dette « publique privatisée ».
    Les dettes que causent l’action de l’Etat japonais, les retraites, les hôpitaux, l’armée, etc., c’est-à-dire le fonctionnement normal d’un Etat moderne, ne sont pas soldées par des prêts dont les bailleurs sont « les marchés ».

    Ce ne sont pas des « investisseurs » anonymes et internationaux,
    « interlopes », comme l’on aurait dit avant le deuxième guerre
    mondiale.
    Des « investisseurs » qui ont tout fait pour que l’ « espace national » soit déclaré hors la loi (du marché) !
    Mais alors, qui paie donc le fonctionnement de l’Etat japonais ?

    Le public privé.
    C’est-à-dire vous et moi si nous étions japonais.
    C’est-à-dire les économies des ménages.
    C’est-à-dire que l’argent privé achète la dette « publique ».
    Une dette qui n’est donc pas « publique » puisqu’elle n’est pas mondialisée ! C’est aussi simple que cela.

    Si les USA n’avaient pas les émirs du pétrole saoudien et maintenant les banques chinoises, ils seraient en faillite, et un plan de rigueur rigoureux (et infâme) leur serait demandé par le FMI.
    Mais le Japon n’a pas besoin des pétro-dollars du Golf, il a les yens
    patients et à milliards de son petit peuple intelligent qui passe par sa Poste pour placer ses économies dans des obligations d’Etat.
    Les USA sont donc plus « bêtes » que le Japon ?
    Sans aucun doute.
    Et l’Europe également.
    Nous sommes en tout cas davantage dociles aux sirènes de l’économie mondialisée.
    Car ce fut de là que partit le problème.

    Au milieu des années 80, sous Reagan, l’Amérique se réveilla sans
    épargnant, mais avec des besoins d’Etat croissants.
    Il est bien connu que ce sont les « libéraux » qui ont le plus besoin d’endetter l’Etat…
    Or donc, ce réveil sonna l’heure de l’ultralibéralisme financier.
    L’Etat fédéral ne pouvait plus financer ses déficits intérieurs ou
    extérieurs car l’épargne privée ne répondait plus.
    La déréglementation financière fut la réponse à ce problème. Il fallait que les déficits publics soient payés, on est donc allé chercher de l’épargne allemande ou japonaise, mais pour cela, il fallait que la circulation
    internationale des capitaux soit « facile », c’est-à-dire « libre » !

    Et pour y parvenir, les groupes de pression sont parvenus à imposer l’idée que l’inflation est une très mauvaise affaire pour tout le monde (ce qui est faux) ; à imposer des sanctions (les “AAA”) par les marchés ou, bingo !, par la Kommission de Bruxelles, à tout Etat qui laisserait dériver son budget même pour d’excellentes raisons ; à imposer le modèle de la banque centrale
    indépendante du pouvoir politique, des élus du peuple !…

    C’est-à-dire à imposer la tutelle des marchés sur le pouvoir des Etats !

    Le Japon n’a pas voulu de cela.

    Il n’a pas voulu des « investisseurs » interplanétaires, universels,
    « cosmopolites », comme on aurait dit avant la dernière guerre. Il s’est tourné vers ses ménages.

    Pourquoi ne fait-on pas pareil ?
    … En la privatisant !

    Or les Français épargnent. Ils sont même, cocorico !, parmi les meilleurs épargnants européens.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Et si la crise est là, ils épargnent pour pallier à un chômage éventuel. Et si la crise n’est plus là, ils épargnent encore plus car c’est alors plus facile…

    Au fait, combien ont-ils de noisettes dans leur bas de laine, ces écureuils ?
    3200 milliards d’euros !


    C’est-à-dire plus de deux fois la dette de l’Etat !

    3200 milliards d’euros dont le tiers ne rapporte rien du tout (l’ « épargne thésaurisée ») !
    C’est-à-dire 1000 milliards d’euros qui ne servent à rien, ni à ses propriétaires, ni à l’économie, ni même à l’Etat.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Je vois que vous voyez où je veux en venir…
    Et si l’Etat revendait sa dette aux citoyens ?
    Et si les banques… euh… non !
    Et si LA Banque de France, ou La Poste, voire les deux, ou même l’Agence France Trésor, celle-là même qui vend notre dette aux « investisseurs cosmopolites »… devenaient les revendeurs de la dette publique.
    Si on privatisait la dette publique de la République ?

    Vous me direz… que la dette publique, elle est si « publique » qu’elle est mondiale. Que ce sont des « investisseurs », tous plus étrangers les uns que les autres, qui la possèdent, se la revendent, la « titrise » (c’est-à-dire qu’ils en font un « morceau » de produit financier que l’on peut, comme pour les
    subprimes, ces crédits immobiliers-poubelle américains) et alors la
    revendre comme « produits financiers » à M. et Mme Toutlemonde…

    Or donc, ces « investisseurs » n’auront peut-être pas envie de se priver de ce « produit financier » qui profite du « AAA » des agences de notation.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Un produit financier pépère qui permet donc de prendre des risques ailleurs…
    Peut-être. Mais si les lois du marché existent, elles permettent de
    racheter ce que l’on a vendu à condition d’y mettre le prix.
    … Et en la rachetant moins cher !

    Et ce prix, il peut être de deux sortes.

    De deux sortes parce qu’une des fonctions de l’Etat est de « compenser » les injustices. C’est-à-dire grosso modo d’enrichir les pauvres et d’appauvrir les riches.
    Or les pauvres, ce sont eux qui « paient » la dette, alors que ce sont les
    riches qui en détiennent les titres !
    Or donc, privatisons en permettant aux pauvres de s’ « enrichir » en devenant les bailleurs de « leur » dette publique.
    De deux façons disait-on, car l’Etat peut proposer de racheter sa dette à un prix supérieur…
    Ce qui fait que les ménages français qui vont la racheter devront la payer plus cher qu’elle ne valait lors de son émission.

    Mais l’Etat, s’il est intelligent, peut aussi proposer de racheter sa dette moins cher ! En effet, il lui suffit de menacer ses débiteurs, ses bailleurs, ces « investisseurs », de les menacer de « réajuster la dette publique de l’Etat »… Et ce sera la panique.
    En effet, « réajuster » une dette, ce qu’il est toujours possible de faire, l’Argentine nous l’a prouvé à la fin des années 90, cela veut également dire qu’on la diminue, qu’on en « oublie » une partie et que les intérêts que l’on paie, diminuent eux aussi.
    Du coup, le placement pépère ne l’est plus. Du coup, ce qu’on a dans les coffres ne vaut plus autant que ce que l’on y avait mis. Ce qui fait que si alors un interlocuteur quelconque, fut-il l’emprunteur lui-même,
    en l’occurrence l’Etat français, propose de racheter cette dette, à un
    prix « raisonnable », on se précipite à son comptoir.
    Et voilà comme l’on pourrait, privatiser (mot à la mode chez les ultralibéraux) notre dette publique.

    Elle serait moins lourde à payer, elle serait un argument politique, et l’on cesserait de dépendre du bon repas de la veille du patron de l’agence de notation ou de sa petite amie du lendemain, tout autant que de l’avidité des
    « investisseurs ».


    Alors que la France bénéficie aux yeux et au palais des connaisseurs du monde entier de l'exceptionnelle cotation enviée par tout l'univers: AAAAA+++++

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    L'Association amicale des amateurs d'andouillette authentique (AAAAA)

    Cela dit, doutons-nous bien qu’il doit y avoir dans le Traité de Maastricht, de Lisbonne ou d’ailleurs, un alinea qui interdit aux Etats de « privatiser » et donc de « politiser » leur dette !

    Rodolphe Clauteaux

    Notes : Le retour à une dette publique nationalisée, éviterait, entre autres, peut-être, le grossissement, l’obésité, la mauvaise graisse, du nationalisme. Trois décennies de négation des nations, risquent d’amener les peuples à se
    poser les mêmes questions que se posèrent nos arrières grands-parents
    de la fin du XIXe siècle, après cinq décennies de libéralisme outrancier et deux ou trois crises économiques. Et à trouver les mêmes et si mauvaises réponses…

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Les Japonais, longtemps considérés comme les champions du monde de l'épargne, économisent de moins en moins et leur taux d'épargne a chuté de plus de 70% en 10 ans.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Les foyers japonais ont économisé seulement 3,2% de leur revenu en 2006, comparé à 11,4% en 1997, indiquent ces statistiques. Les chiffres de 2007 n'ont pas encore été annoncés.

    Lire:
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Pour très peu de temps après, remonter très vite...
    17,9% fin 2009...


    Lire: L’épargne privée au secours de la dette publique ?

    Intéressons-nous donc au taux d’épargne des ménages en France. Il est particulièrement élevé comparé à la zone euro. Ci-dessous comparaison avec quelques pays européens en 2007
    (chiffres Eurostat) :

    Chiffres 2007
    UE

    France

    Danemark

    Finlande

    Suède

    Norvège

    Taux Epargne des
    ménages

    10.75

    15.34

    5.13

    6.38

    11.72

    4.64

    Allemagne

    Espagne

    Italie

    Royaume-Uni

    16.69

    10.23

    14.53

    2.46

    Il s’est accru semble-t-il avec la crise, passant à 17% fin 2009, un record depuis la fin de l’année 2002[7](13,3 en UE et 15,1 en zone euro[8]).
    Malgré la stagnation de leurs revenus, les Français n'ont jamais
    autant épargné.

    L'article:
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Aux U.S.A....
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    Caton l'Ancien
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 29026
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Caton l'Ancien Sam 12 Juin 2010, 11:06

    Très intéressant, moria !
    Tu ne pourrais pas nous donner un petit cours pour nous aider ?


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    cilette
    cilette
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 4185
    Age : 80
    Localisation : Lorraine
    Loisirs : musique - politique - cuisine - associations
    Date d'inscription : 15/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par cilette Sam 12 Juin 2010, 11:39

    moria a écrit:

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    [table class="posting-table" align="center" bgcolor="#ffffff" border="1" bordercolor="#cccccc" cellpadding="5" cellspacing="0" width="480"] [tr] [td]
    ... ce qui voudrait dire que quand la gauche est aux commandes la dette monte moins vite ???
    moria
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21375
    Age : 120
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par moria Dim 13 Juin 2010, 08:57

    Oui mais ce n'est pas parce que la Gauche était au pouvoir.
    C'était parce qu'il y avait de la croissance, les banques prêtaient à qui mieux mieux et çà chauffait !

    la bourse n'a jamais été aussi haute -jusqu'à plus de 6000points- que lorsque la mite était là.

    Il y a longtemps que le politique ne mène plus la barque !
    C'est la finance qui gère le monde.

    Seulement, le système est tombé malade par trop de boulimie.

    maintenant, il vomit.
    Caton l'Ancien
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 29026
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Caton l'Ancien Dim 13 Juin 2010, 10:26

    moria a écrit:Oui mais ce n'est pas parce que la Gauche était au pouvoir.
    C'était parce qu'il y avait de la croissance, les banques prêtaient à qui mieux mieux et çà chauffait !

    la bourse n'a jamais été aussi haute -jusqu'à plus de 6000points- que lorsque la mite était là.

    Il y a longtemps que le politique ne mène plus la barque !
    C'est la finance qui gère le monde.

    Seulement, le système est tombé malade par trop de boulimie.

    maintenant, il vomit.

    Très bon cours !


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    Caton l'Ancien
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 29026
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Caton l'Ancien Dim 13 Juin 2010, 10:51

    Il faudra que je re-relise...
    Je dois dire que je ne comprends pas tout...
    Et même pas grand chose.

    Comment le Japon peut-il avoir une dette "publique-privée" ?
    Privatiser la dette publique, n'est-ce pas la payer deux fois, pour ceux qui paient l'impôt ?

    Les termes de "pauvres" et "riches" sont employés d'une façon qui me paraît spécieuse... car les payeurs des impôts sont les classes moyennes, qui sont considérablement paupérisées.
    Les "riches" sont en fait une poignée d'individus qui appartiennent à des milieux financiers, en effet, et sur lesquels personne n'a de prise.

    Ce document est très intéressant, mais qui l'a écrit ? Où veut-il en venir ?

    Fox a mis sur le forum il y a déjà longtemps une vidéo sur l'argent dette.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    On y cite des présidents américains qui commentent les effets d'une convention entre l'Etat américain et les banques.
    J'ai recopié ces citations :






    « Je suis un homme très malheureux. J’ai ruiné mon pays
    sans le vouloir. Une grande nation industrialisée est contôlée par son système
    de crédit. Notre système de crédit est concentré. La croissance de notre nation
    et toutes nos activités sont donc entre les mains de quelques hommes. Nous
    sommes devenus l’un des gouvernements les plus mal gérés, l’un des plus dominés
    et les plus contrôlés du monde civilisé. Ce n’est plus un gouvernement de libre
    opinion, ni un gouvernement de conviction
    avec vote de la majorité, mais un gouvernement d’opinion et de
    contrainte par un petit groupe d’hommes dominants. »


    Woodrow Wilson ancien président des Etats-Unis.





    « Quiconque contrôle la quantité d’argent dans ce pays
    est maître absolu de toute l’industrie et de tout le commerce… E si vous savez
    que le système toue entier est facilement contr^lable, d’une façon ou d’une
    autre, par quelques hommes tout puissants, pas besoin de vous expliquer quelle
    est l’origine des périodes d’inflation et de dépression. »


    James A. Garfield, ancien président des Etats-Unis, mort
    assassiné





    « Le gouvernement devrait créer, émettre et faire
    circuler toutes les devises et tous les crédits nécessaires pour couvrir les
    dépenses du gouvernement et des consommateurs. En adoptant ces principes, des sommes
    immenses d’intérêts seraient épargnées aux contribuables. Le privilège de créer
    et démettre de l’agent est non seulement la prérogative suprême du
    gouvernement, mais c’est aussi sa plus grande opportunité créative. »


    Abraham Lincoln, ancien président des Etats-Unis, mort
    assassiné





    « Tant que le contrôle de l’émission des devises et des
    crédits ne sera pas redonné au gouvernement, et reconnu comme sa responsabilité
    la plus sacrée, toutes les paroles au sujet de la souveraineté du parlement et
    de la démocratie resteront vaines et futiles… Une fois qu’une nation perd le
    contrôle de son crédit, peu importe qui fait les lois de la nation… L’usure, en
    situation de contrôle, détruira n’importe quelle nation. »


    William Lyon Mackenzie King, ancien premier ministre du
    Canada qui a nationalisé la Banque du Canada.





    « Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New
    york Times, au Time Magazine et aux autres grandes publications dont les
    dirigeants ont assissté à nos réunions et ont respecté leurs promesses de
    discrétion pendant presque 40 ans. Il nous aurait été impossible de développer
    notre plan d’action pour le monde si nous avions été sous la lumière des
    projecteurs pendant toutes ces années. Mais maintenant, le monde est plus
    sophistiqué et mieux préparé à la marche vers un gouvernement mondial. La
    souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux
    est sûrement préférable à l’autodétermination nationale pratiquée au cours des
    siècles passés. »


    David Rockefeller, discours à la Commission trilatérale,
    juin 1991





    « Seuls les petits secrets ont besoin d’être protégés.
    Les grands sont tenus secrets par l’incrédulité du public. »


    Marshall Mc Luhan, « gouru » des médias


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    moria
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21375
    Age : 120
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par moria Lun 14 Juin 2010, 08:20

    J'y reviendrai.
    Déjà, nous pouvons dire que les Français n'ont pas cette mentalité et donc, cette prise de position me semble impossible en France.
    Toby
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Toby Dim 20 Juin 2010, 16:26

    Absurde taxe sur les transactions financières

    Article rédigé par Thierry Afschrift le 15 Jun 2010






    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    La fameuse taxe Tobin revient à la mode. Dans le cadre du G 20 ou de l’Eurogroupe on prévoit d’imposer les transactions financières. C’est une absurdité, plaide Maître Thierry Afschrift, avocat fiscaliste de Bruxelles et administrateur de l’IREF.
    La taxe dite Tobin, destinée à frapper les opérations financières, était, il y a quelques années encore, une revendication propre à quelques associations altermondialistes, telles ATTAC.
    Aujourd’hui, on trouve en Europe des partis se prévalant étrangement du libéralisme, et des chefs d’Etat pour soutenir l’introduction de ce nouveau prélèvement obligatoire.
    Certes, les politiciens rivalisent actuellement dans l’art de proposer de nouveaux impôts et d’augmenter ceux qui existent déjà. Comme si le mal qui frappe l’Union Européenne n’était pas précisément l’excès de charges qui nourrissent des Etats obèses et insatiables.
    Les arguments des partisans d’une telle taxe témoignent d’une méconnaissance des marchés. Inciter par une taxe, à ne pas intervenir sur un marché, c’est empêcher les transactions d’avoir lieu, et fausser le marché. « Lutter contre la spéculation », ce n’est pas autre chose qu’empêcher l’expression de la vérité des prix. Le terme « spéculer » - qui veut dire « miroir » désigne, non pas le joueur, mais celui qui agit d’une manière réfléchie. Lorsque cette réflexion l’amène à la conclusion qu’une valeur, fût-elle la dette d’un Etat, est surévaluée et qu’il la vend, c’est le résultat d’un raisonnement, d’ailleurs souvent exact. Les spéculateurs ont bien compris cette réalité économique : la dette de la Grèce implique un risque, pas celle de la Suisse.
    Le plus étonnant est toutefois que ceux qui combattent cette taxe ne le font que mollement, et sur la base d’arguments qui ne remettent pas en cause sa légitimité.
    On se borne à affirmer soit qu’elle est impossible à mettre en œuvre, parce qu’elle devrait l’être partout dans le monde au même taux, soit qu’elle ne serait pas efficace. Jamais on n’entend un politique affirmer que cet impôt serait injuste. Comme si d’office toute ponction réalisée par les Etats trouvait sa justification dans le fait que ceux-ci peuvent chasser tout ce qui passe sur leur territoire …
    Triste constatation alors qu’une taxe sur les transactions financières serait aussi injuste que le sont les droits de douane, eux aussi perçus du seul fait qu’une transaction – cette fois commerciale – passe au-delà d’une frontière.
    A une époque où les vertus du libre échange ont procuré la prospérité à de très larges couches de la population dans le monde entier, l’engouement pour une éventuelle taxe Tobin ne peut trouver d’explication que dans la vieille rengaine selon laquelle il faudrait « taxer les riches ». Et encore, on omettrait ainsi de constater qu’une taxe sur des transactions - même si le fait d’être financières les désigne à l’opprobre – est sans rapport aucun avec la capacité contributive, et ne répond à aucun impératif de justice.
    Toby
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Toby Mar 20 Juil 2010, 18:56

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    La France annule la dette du Congo

    AFP
    19/07/2010

    La France a décidé d'annuler 424 milliards de FCFA (plus de 646 millions d'euros) représentant la totalité de la dette contractée par le Congo, selon un accord conclu entre les deux parties aujourd'hui à Brazzaville.

    "Ce nouvel accord de dette permettra de financer des projets liés aux infrastructures d'eau, d'assainissement et de transport, de l'éducation et de la formation professionnelle, de la protection de l'environnement et de la santé", a expliqué l'ambassadeur de France à Brazzaville, Jean-François Valette, qui a paraphé l'accord avec le ministre congolais des Finances, Gilbert Ondongo.

    Cet accord, précise un communiqué de presse, fait suite à l'engagement pris en mars par les membres du Club de Paris d'annuler "le gros de la dette congolaise" après son accès au point d'achèvement de l'initiative Pays pauvres très endettés (PPTE).

    Premier partenaire économique et financier du Congo, la France est le troisième pays à annuler la totalité des créances congolaises, après l'Italie et les Etats-Unis. "Depuis 2004, la France aura ainsi annulé près de 2,5 milliards d'euros des dettes congolaises, soit près des deux tiers du montant dû par le Congo aux vingt pays du Club de Paris", a souligné l'ambassade de France.

    Dépendant essentiellement du pétrole, le Congo avec ses 3,6 millions d'habitants était considéré jusqu'à récemment comme un des pays les plus endettés au monde par tête d'habitant.
    cilette
    cilette
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 4185
    Age : 80
    Localisation : Lorraine
    Loisirs : musique - politique - cuisine - associations
    Date d'inscription : 15/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par cilette Mer 21 Juil 2010, 12:50

    Toby a écrit:[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    La France annule la dette du Congo

    AFP
    19/07/2010

    La France a décidé d'annuler 424 milliards de FCFA (plus de 646 millions d'euros) représentant la totalité de la dette contractée par le Congo, selon un accord conclu entre les deux parties aujourd'hui à Brazzaville.

    "Ce nouvel accord de dette permettra de financer des projets liés aux infrastructures d'eau, d'assainissement et de transport, de l'éducation et de la formation professionnelle, de la protection de l'environnement et de la santé", a expliqué l'ambassadeur de France à Brazzaville, Jean-François Valette, qui a paraphé l'accord avec le ministre congolais des Finances, Gilbert Ondongo.

    Cet accord, précise un communiqué de presse, fait suite à l'engagement pris en mars par les membres du Club de Paris d'annuler "le gros de la dette congolaise" après son accès au point d'achèvement de l'initiative Pays pauvres très endettés (PPTE).

    Premier partenaire économique et financier du Congo, la France est le troisième pays à annuler la totalité des créances congolaises, après l'Italie et les Etats-Unis. "Depuis 2004, la France aura ainsi annulé près de 2,5 milliards d'euros des dettes congolaises, soit près des deux tiers du montant dû par le Congo aux vingt pays du Club de Paris", a souligné l'ambassade de France.

    Dépendant essentiellement du pétrole, le Congo avec ses 3,6 millions d'habitants était considéré jusqu'à récemment comme un des pays les plus endettés au monde par tête d'habitant.
    Qui annulera la nôtre ?
    Mitsahne
    Mitsahne
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6255
    Age : 91
    Localisation : altoséquanais
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Mitsahne Mer 21 Juil 2010, 16:44

    Pour moi qui ne suis pas un spécialiste de l'économie politique, c'est incompréhensible.

    Si l'intérêt d'une remise de dettes est évident pour le Congo (ou tout autre pays), je ne vois pas ce que cela peut apporter à la France. On pourra toujours prétendre qu'il faut que le Congo soit débarrasé de ses entraves financières si l'on veut qu'il puisse sainement redémarrer et, partant, devenir un client. Sur le papier, c'est beau, noble et généreux. Mais quand on connaît la réalité des choses, c'est-à-dire le degré de corruption qui atteint des sommets dans la quasi totalité des pays d'Afrique, c'est peine perdue. Tout argent prêté ne sera jamais rendu. Tout argent donné disparaît dans le tonneau des Danaïdes.

    Pourquoi tant de lâchetés dans l'attitude de la France ? Serait-ce encore un effet de la "culpabilité" dont se croient atteints tous les anciens pays colonisateurs ?
    "Pour votre pénitence, mon fils, vous ferez amende honorable dans tous les disours du Premier Ministre et du Président de la République et demanderez pardon à haute et intelligible voix, et vous annulerez la dette de 646 millions d'euros. Amen. Allez en paix.*

    *Y'a bon Banania !


    _________________
    Ne traite pas le crocodile de sale gueule avant d'être complètement sorti du marigot.
    (Alexandre Vialatte).
    [i]Heureux soient les fêlés car ils pourront laisser passer la lumière !

    (Michel Audiard)
    silence
    silence
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22007
    Age : 107
    Localisation : Bretagne
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par silence Mer 21 Juil 2010, 18:00

    C'est en effet dur à comprendre mais la seule explication que je vois, c'est que la France s'obstine à maintenir sa présence en Afrique, mais elle est comme la grenouille. Elle n'a aucun moyen d'empêcher les chinois et les étasuniens d'intervenir massivement dans cette zone.
    Le moment venu, les africains tourneront le dos a notre pays et le fait de pardonner une dette ne va rien y faire.
    Quelle ingénuité, quand nous sommes si faibles et rongés de l'intérieur.
    Scaramouche
    Scaramouche
    Magnum
    Magnum

    Nombre de messages : 1898
    Date d'inscription : 07/04/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Scaramouche Jeu 22 Juil 2010, 09:44

    C'est impératif pour la France de conserver notre influence en Afrique et pas seulement sur le plan économique pour nos importations comme nos exportations mais sur le plan linguistique, culturel et autres, un pays n'existe et ne rayonne qu'en exportant sa civilisation et ses valeurs. C'est bien pourquoi les US et d'autres prétendent imposer la démocratie dans le monde.

    Nous voulons "bien vivre" avoir des infrastructures modernes recevoir des aides de l'Etat et nous trichons avec le fisc parce que nous sommes tous des petits malins ..qui sont solidaires et faisons payer aux autres ce que nous "grignotons"car l'argent n'est pas celui du gouvenement c'est le nôtre.
    Nous ne pouvons vivre en autarcie, le monde est lié par son besoin de pétrole de gaz de matières premières que nous n'avons pas et l'Afrique très convoîté comme tous les pays émergents est un formidable enjeu.
    silence
    silence
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22007
    Age : 107
    Localisation : Bretagne
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par silence Jeu 22 Juil 2010, 09:57

    Bien sur que ce n'est pas impératif! C'est seulement prétentieux.

    Il y beaucoup de pays dans le monde qui vivent très bien sans l'Afrique et pas du tout en autarcie.
    Ne dîtes pas que ce continent est indispensable à un état pour survivre...

    Et s'il s'agit de seulement "rayonner" (comme c'est romantique) on pourrait choisir des endroits moins couteux et plus aimables pour ne pas dire plus aimants.
    Et pour faire des affaires on a certes pas besoin de se faire avoir.
    Toby
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Toby Jeu 22 Juil 2010, 11:12

    silence a écrit:C'est en effet dur à comprendre mais la seule explication que je vois, c'est que la France s'obstine à maintenir sa présence en Afrique, mais elle est comme la grenouille. Elle n'a aucun moyen d'empêcher les chinois et les étasuniens d'intervenir massivement dans cette zone.
    Le moment venu, les africains tourneront le dos a notre pays et le fait de pardonner une dette ne va rien y faire.
    Quelle ingénuité, quand nous sommes si faibles et rongés de l'intérieur.

    C'est dans le cadre du Club de Paris que cette dette vient d'être annulée :

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Je me demande quand de pays créanciers, passerons-nous en pays débiteurs ?
    Toby
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Toby Dim 05 Sep 2010, 18:21

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Innovation majeure : la CRDS augmentera en 2013

    Article rédigé par Jacques Garello le 03 Sep 2010






    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Le ministre du budget a annoncé cette hausse. Mais il confond déficit budgétaire né de l’hypertrophie de l’Etat et dette sociale née de la stupidité du système par répartition. Une analyse de la Nouvelle Lettre ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Effet d’annonce, coup de pub, ou inconscience ?La déclaration par François Baroin, ministre du Budget, des comptes publics et de la réforme de l’Etat, ne manquera pas de surprendre ceux qui ont quelque connaissance des finances publiques. Il a déclaré en effet que la France s’engage dans une politique de rigueur pour tenir sa promesse de revenir à un déficit tolérable en 2013, et qu’à ce titre la Contribution de Remboursement de la Dette Sociale sera augmentée après les élections de 2012.
    On saluera l’audace ou l’habilité de notre jeune ministre qui innove ici à plusieurs titres.
    Première innovation : lier l’équilibre des finances publiques à la situation comptable de la Sécurité Sociale. Jusqu’à maintenant, le Parlement est compétent pour définir les orientations des dépenses sociales (Loi de Financement de la Sécurité Sociale), mais la fameuse LFSS n’a qu’un pouvoir indicatif, et n’est jamais respectée par les Caisses. Les déficits de la Sécu ne concernent que la Sécu, même si en dernière analyse l’Etat est amené à apporter quelques milliards pour réduire les déficits récurrents.
    Deuxième innovation : la CRDS est versée non pas à l’Etat, ni même à la Sécurité Sociale, mais à la CADES (Caisse d’Amortissement de la Dette Sociale). La CADES a pour mission comme son nom l’indique de compenser les quelque 120 milliards de dettes accumulées. Cette somme gigantesque gonfle d’ailleurs chaque année, puisque les Caisses sont toujours déficitaires, et de plus en plus. A ce jour, la CADES a amorti moins de 40 milliards, alors qu’elle a collecté plus de 70 milliards. Ainsi, non seulement l’argent ne va pas dans les poches de l’Etat, mais il est insuffisant à ralentir le rythme d’endettement de la Sécurité Sociale.
    Par contraste, François Baroin n’est pas innovant en annonçant la mesure pour après les élections : çà, c’est classique ! Au total, faire croire qu’une augmentation – au demeurant insignifiante donc indolore d’après le ministre – de la CRDS pourrait rétablir l’état de nos finances publiques est tout à fait saugrenu. Le déficit budgétaire vient de l’hypertrophie de l’Etat. La dette sociale vient de la stupidité d’un système de protection sociale bâti sur la répartition. Mais, pour les Grands Argentiers, tout ce qui rentre fait ventre.
    philiberte
    philiberte
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 18795
    Age : 72
    Localisation : duché de Nevers
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par philiberte Dim 05 Sep 2010, 19:00

    " la Contribution de Remboursement de la Dette Sociale sera augmentée après les élections de 2012. "
    il veut couler qui?


    _________________
    Mettez l'étiquette PS à un âne, et dans la Nièvre, il sera élu au premier tour (Montebourg)

    Dans la Nièvre, mettez l'étiquette "gauche" à une poubelle, elle est élue au premier tour (Moi)
    moria
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21375
    Age : 120
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par moria Lun 06 Sep 2010, 07:41

    Bof... on est tellement mal et en -dessous de tout...... ce n'est pas un scoop.
    Normal qu'il laisse le bébé à la gauche en 2013 !


    tout le système MONDIAL est à revoir.
    Faut pas paniquer:-)
    Les Arabes et les Chinois ont désormais la puissance financière.

    Il nous reste la bombe H ou A ou ce que vous voulez....... je ne sais pas comment elle s'appelle, celle là !


    Il nous reste les bons sentiments, nos valeurs enfouies et nos rêves.
    Jamais quiconque ne pourra nous les enlever. Ils sont au fond de nous.

    Bon d'accord, çà ne fait pas une politique !

    Tiens Nicolas a congratulé les Musulmans :


    Le président français Nicolas Sarkozy a adressé un
    message de sympathie et d’amitié aux musulmans de France à
    l’occasion d'un Ifar organisé, vendredi soir, à l’école marocaine de Colombes, en région parisienne, soulignant sa détermination à «garantir le droit de tous les Français à exercer leur culte en toute liberté et en toute dignité».


    <<<<«A la veille de la fête de l'Aïd Al-Fitr qui marquera la fin du Ramadan, je tiens à saluer tous les musulmans de France» pour qui ce mois sacré est «un temps d'effort, de
    patience et de réflexion spirituelle», a-t-il dit dans ce message, lu par le préfet du département des Hautes Seines, Patrick Strozda, lors de cette cérémonie d’Iftar, organisée par la Mosquée Mohammed V de Colombes.


    Pour le président français, le mois sacré du Ramadan
    constitue «d'abord un retour sur soi».

    «Il n’est en rien un repli sur soi. Bien au contraire, il est même une invitation au dialogue, au respect et au partage», a-t-il
    souligné, notant qu'«il est à l'image de l'Islam de France aujourd'hui, un Islam de paix, de tolérance et de solidarité»<<<<<.

    EN 2005, alors ministre de l'intérieur, il avait fait de même.
    <<< Sarkozy avait déjà répondu présent à cette initiative marocaine en 2005 alors qu’il était ministre de l’Intérieur, a confié à la MAP le président de l’association cultuelle de la Mosquée Mohammed V de Colombes, M. Abdallah Azioual.

    C’est la première fois, selon lui, que cet Iftar, tenu
    traditionnellement à la mosquée, a eu lieu à l’école marocaine de Colombes, qui dispense des cours d’arabe, d’alphabétisation et de soutien scolaire au profit de la communauté musulmane établie dans la région, avec des enseignants de la Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger.<<<<<


    A M E N.
    Toby
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Toby Jeu 23 Sep 2010, 14:56

    Appauvrir les pauvres en taxant les riches ?

    Article rédigé par Jean-Philippe Delsol le 17 Sep 2010


    A part les adeptes du nivellement par le bas, dont les marxistes de toutes obédiences ont démontré l’inanité et le caractère purement idéologique, chacun admettra qu’il est préférable de miser sur le développement pour tous plutôt que sur une égalité finalement nuisible d’abord aux plus pauvres. Mise au point de Jean-Philippe Delsol, administrateur de l'IREF.

    En France, la réforme des retraites prévoit d’ores et déjà l’augmentation d’un point du taux d’imposition pour la tranche qui concerne les revenus les plus élevés. Confondant les finances de l’Etat et celles de la Sécurité Sociale, cette disposition aurait pour but de compenser le coût - soit environ 585 millions d’euros - du bouclier fiscal. Et le bouclier lui-même pourrait être désormais soumis à la condition que son « bénéfice » soit réinvesti dans des PME.
    Aux Etats Unis, le débat est plus significatif et porte sur la question de savoir s’il faut ou non reconduire les exonérations d’impôts prévues par la majorité du Président Bush jusqu’au 31 décembre 2010 au profit d’environ trois quarts des foyers américains, mais surtout des plus aisés d’entre eux. Obama a pour sa part déjà tranché en faisant savoir qu’il voulait que s’éteigne le dispositif actuel pour le remplacer par des mesures provisoires et ponctuelles d’amortissement accéléré des investissements des PME.
    Alors même que la croissance économique reste incertaine et que les déficits publics s’envolent, l’augmentation des impôts, et surtout sur les plus riches, peut-elle contribuer à l’assainissement des finances publiques et, par là, à la dynamique économique, ou au contraire ces mesures risquent-elles d’entraver le redressement des pays concernés ?
    Selon une formule ancienne attribuée à l’économiste Barthélémy de Laffemas à la fin du XVIème siècle, « les hauts taux tuent les totaux ». Pufendorf faisait même remonter cette expression à Hésiode pour signifier qu’au-delà d’un certain niveau, variable selon les pays et les circonstances ou les époques, une augmentation des taux d’imposition contribue à réduire le produit de l’impôt, non à l’accroître. Avant même qu’Arthur Laffer reprenne avec succès cette formule en traçant sa fameuse courbe dans les années Reagan, l’ingénieur polytechnicien Arsène-Jule Emile Dupuit (1804-1866) en avait conceptualisé le principe scientifiquement dans les Annales des Ponts et Chaussées, n°116, datées de l'année 1844 : « Si l'on augmente graduellement un impôt depuis 0 jusqu'au chiffre qui équivaut à une prohibition, son produit commence par être nul, puis croît insensiblement, atteint un maximum, décroît ensuite successivement puis devient nul ».
    Dans un article récent du Wall Street Journal (3 août 2010), Arthur Laffer a rappelé l’évolution inversement proportionnelle des taux d’impôt d’une part et du produit de l’impôt et de la croissance du PIB tout au cours du XXème siècle aux USA. Il souligne également que plus les taux d’impôt sur le revenu des plus riches baisse, plus ceux-ci concourent au produit de l’impôt. Car lorsque les taux d’impôt sont trop élevés, les gens aisés déploient tous les moyens possibles pour réduire leur assiette imposable en même temps que cet excès de taxation décourage nombre d’entre eux d’entreprendre ou pour le moins de travailler plus.
    Ces constatations sont vérifiées pour les baisses d’impôt des présidents Harding et Coolidge dans les années 20, comme pour celles des président Kennedy dans les année 60 ou du président Reagan dans les années 80. Les taux marginaux supérieurs d’imposition furent alors réduits respectivement de 73 à 25%, de 91 à 70% et de 50 ou 70% à 15 ou 35%. Et le produit des impôts des 1% de contribuables les plus fortunés passa respectivement de 0,6% en 1920 à 1,1% du PIB en 1928, de 1,3% en 1960 à 1,9% en 1968, de 1,5% en 1978 à 3,3% en 2007. A contrario, lorsque les présidents Hoover puis Roosevelt portèrent les taux supérieurs d’imposition sur les revenus à 63% en 1932 puis 79% en 1936, la contribution des 1% des foyers les plus aisés furent quasiment stables, passant de 1,1% du PIB en 1928 à 1% en 1940, mais dans le même temps la Grande Dépression continuait de détruire la société américaine que seule l’économie de guerre allait sauver. Durant les hausses d’impôts des années Nixon, Ford et Carter, entre 1968 et 1981, la contribution fiscale des 1% les plus riches fut réduite de 1,9% à 1,5% du PIB.
    Certes, la baisse de la fiscalité sur les plus hauts revenus accroît sans doute les inégalités, mais seulement parce que les déciles les plus modestes s’enrichissent moins que les plus fortunés. Vaut-il mieux que tous s’appauvrissent pour éviter plus d’inégalité ou faut-il accepter que certains s’enrichissent plus que d’autres proportionnellement pour permettre que tous s’enrichissent ? A part les adeptes du nivellement par le bas, dont les marxistes de toutes obédiences ont démontré l’inanité et le caractère purement idéologique, chacun admettra qu’il est préférable de miser sur le développement pour tous plutôt que sur une égalité finalement nuisible d’abord aux plus pauvres. Ceux qui ne sont pas convaincus pourront s’en remettre à la théorie de la justice de John Rawls : « Ceux qui ont été favorisés par la nature, quels qu’ils soient, peuvent tirer avantage de leur chance à condition seulement que cela améliore la situation des moins bien lotis. ….Ainsi, nous sommes conduits au principe de différence si nous voulons établir le système social de façon à ce que personne ne gagne ni ne perde quoi que ce soit, du fait de sa place arbitraire dans la répartition des atouts naturels ou de sa position initiale dans la société, sans donner ou recevoir des compensations en échange. » Le seul problème, avec John Rawls, c’est qu’il n’a pas su calculer cet optimum de justice fiscale (mais comment aurait-il pu le faire ?) ce qui a autorisé les gouvernements à augmenter sans cesse la pression fiscale sur les plus riches !
    Si la raison l’emporte sur la démagogie, les gouvernements de France, des Etats Unis et d’ailleurs devront éviter des hausses d’impôts à la charge des plus riches qui finalement coûteront plus qu’elles ne rapporteront, et feront peser un fardeau supplémentaire sur les contribuables les plus démunis.

    silence
    silence
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22007
    Age : 107
    Localisation : Bretagne
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par silence Jeu 23 Sep 2010, 15:46

    C'est bien connu: plus un gouvernement est incapable et plus il fera payer d'impôts.
    Toby
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Toby Sam 02 Oct 2010, 17:45

    C’est l’Etat qui vit au-dessus des moyens des Français

    Article rédigé par Nicolas Lecaussin le 29 Sep 2010






    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    L’Etat demande aux Français de faire des économies, mais c’est lui qui gaspille l’argent et demande ensuite aux contribuables de boucher les trous. Une analyse judicieuse de la situation par Nicolas Lecaussin, directeur du développement de l’IREF.
    Voilà des années que les politiques nous servent la même salade : « La France vit au-dessus de ses moyens ». Il faut faire des économies. Et pour cela, « tous les ménages, y compris les plus aisés, devront faire un effort », a martelé Madame le Ministre de l’Economie dans une interview radio. Madame Lagarde a précisé que les particuliers paieront 4 Mds d’euros d’impôts supplémentaires (suppression des niches et augmentation de certains prélèvements sociaux), et les entreprises environ 6 Mds d’euros à travers une diminution des allègements de charges, une hausse des taxes sur les banques, les assurances et les complémentaires.
    Pour ce qui est du budget de la Sécu, là-aussi, les Français seront mis à contribution à travers des baisses du taux de remboursement des médicaments, une hausse du ticket modérateur hospitalier. Plusieurs mesures devront être appliquées par les médecins qui auront moins de liberté dans leurs prescriptions. Ce sont donc les Français qui paient l’addition.
    Mais les politiques se trompent, et trompent les Français en laissant entendre que les Français sont coupables d’excès et doivent être punis : c’est bien l’Etat qui est endetté et qui vit au-dessus de ses moyens, pas les Français. C’est à lui de se réformer et ce sont les dépenses publiques qui doivent baisser. C’est ce qui se passe dans les autres pays européens : en Suède, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Irlande, en Espagne, même en Grèce, des mesures d’économies ont été adoptées (ou accélérées avec la crise). En France, on se contente de mesurettes sans aucune conséquence significative sur le budget de l’Etat.
    Dépenses de personnel de l’Etat : + 0.5 %
    Prenons l’exemple de la baisse du nombre de fonctionnaires dont se targue le gouvernement depuis trois ans. En 2009, environ 25 000 postes de fonctionnaires ont été supprimées. Ceci représente 0.3 % du nombre total de fonctionnaires. C’est très peu mais c’est déjà une baisse. Pourtant, à y regarder de plus près, les dépenses de personnel de l’Etat (LFI 2009) ont augmenté de 800 millions entre 2008 et 2009. Il s’agit d’une hausse de 0.5 % de la masse salariale. L’explication est simple. En contrepartie de la suppression des postes, le gouvernement avait promis une hausse du pouvoir d’achat des agents à travers des primes qui ont été supérieures aux économies souhaitées. Ces primes ont été accordées suite aux négociations avec les syndicats en octobre 2008.
    En plus de ces primes, les hausses des salaires des fonctionnaires sont automatiques (ancienneté) et se situent entre 2 et 3% par an. Contrairement à d’autres pays où les salaires ont été gelés, les syndicats français ne veulent même pas en entendre parler, et le gouvernement n’ose pas toucher à la sacro-sainte augmentation annuelle.
    A la Sécu, les absents ont toujours raison
    Pour ce qui est de la Sécurité sociale, le dernier (septembre 2010) rapport de la Cour des Comptes pointe un taux d’absentéisme complètement « atypique » par rapport aux autres salariés français. Les motifs d’absence ne sont pas publiés et le taux est de 129% plus élevé que dans le secteur privé. Ceci équivaut à une moyenne de … 3 semaines de vacances supplémentaires par an avec une compensation salariale complète. Des économies de plusieurs milliards pourraient être réalisées en y remédiant…
    C’est bien l’Etat et ses administrations qui vivent au-dessus des moyens des Français…
    Scaramouche
    Scaramouche
    Magnum
    Magnum

    Nombre de messages : 1898
    Date d'inscription : 07/04/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Scaramouche Lun 04 Oct 2010, 17:07



    Merci Toby
    Il me semble avoir lu dans "Challenges" l'intéressant article de Delsol qui en temps normal est logique, mais le gros problème est que favoriser ou sembler favoriser les riches en période de crise quand on demande aux classes moyennes et aux pauvres de faire des sacrifices cela semble paradoxal et suicidaire simplement parce que les riches épargnent et ne songent pas à investir ou encore moins partager et que les précaires passent vite dans la catégorie des pauvres.

    Je me souviens d'une réunion de Sarkozy avec les patrons dès son arrivée au pouvoir à propos du bouclier fiscal, il demandait naïvement en échange de ses largesses le retour des capitaux et l'arrêt des délocalisations. Or non seulement ils n'ont pas renvoyé l'ascenseur mais ils ont continué à délocaliser de plus belle.
    Et comment peut-il en être autrement quand on sait en plus qu'il suffit de changer de président pour qu'il éfface les réformes du précédent? Rien ne fonctionne sans la durée et il faut attendre quelques années pour obtenir des résultats.
    De grandes réformes de ce genre peu adaptées à la situation et faites trop rapidement ne peuvent que rater. C'est tout le système fiscal qu'il faut revoir.

    Quant à l'exposé de Laucassin il est évident que les dépenses somptuaires requises pour un gouvernement pléthorique augmentent de présidence en présidence et sont un vrai scandale il est vrai que nos dirigeants dans les ministères et ailleurs devraient montrer l'exemple, mais dire que "les dépenses publiques " ne profitent pas aux Français est inexact puisqu'il s'agit de "dépenses publiques" donc pour le public.
    Les fonctionnaires sont au service du public et les grands organismes d'Etat également; si on supprime des effectifs nous en subissons tous les conséquences dans la vie quotidienne car c'est toujours la base qui subit le plus de restrictions.

    L'Etat s'endettte pour payer les dépenses, celles du gouvernement sans doute mais surtout les nôtres, il emprunte pour faire des réformes nécessaires qui n'ont pas été faites pendant trente ans et c'est pour notre usage: l'enseignement et la recherche, la santé, justice, police,culture patrimoine etc .. elles sont lourdes et obligent actuellement à des choix mais elles sont indispensables et nous en profitons tous avec les abus qu'on sait.
    Alex Terieur
    Alex Terieur
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 5986
    Age : 74
    Localisation : off shore
    Loisirs : chevaux - attelage
    Date d'inscription : 11/10/2010

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Alex Terieur Ven 22 Oct 2010, 00:37

    Un article des Echos (21/10/2010 22h) à retenu mon attention.

    retraites, l'assemblée adopte la mise à contribution des hauts revenus.
    tiens ?

    Dans le chapeau de l'article moins flashant le journaliste précise :
    L'Assemblée nationale a adopté les mesures du gouvernement qui tentent de mettre à contribution les hauts revenus et les revenus du capital pour financer en partie la réforme des retraites,

    voyons ça : dans cet article un peu en vrac on trouve les réjouissances suivantes :

    - majoration d'un point de la tranche d'imposition la plus élevée du barème progressif de l'impôt sur le revenu, qui passe de 40 à 41%. Cette "contribution solidarité vieillesse" ne sera pas prise en compte dans le calcul du bouclier fiscal.

    - Gilles Carrez (UMP), a fait adopter un amendement qui relève d'un point le taux de 40% applicable aux stock-options pour leur fraction excédant 152.000 euros.

    - Par ailleurs, le prélèvement forfaitaire libératoire sur les revenus du capital (intérêts et dividendes) va aussi être majoré d'un point (de 18 à 19%).

    - Le gouvernement a aussi voulu majorer d'un point les taux de 18 et 16% applicables aux plus-values de cessions mobilières et aux plus-values immobilières.

    - Ces mesures sont également exclues du bouclier et pourraient rapporter 265 millions en 2011.

    - Techniquement, il s'agit "d'aligner le taux forfaitaire" sur les plus-values immobilières sur le taux de cession des valeurs mobilières (19% à compter du 1er janvier 2011).

    - Il s'agit aussi de porter le taux du prélèvement social sur les revenus du capital de 2 à 2,2%. Ces deux mesures, exclues du bouclier fiscal, pourraient rapporter "340 millions d'euros", selon le gouvernement.

    - M. Carrez a fait voter un autre amendement qui soumet aux prélèvements sociaux (CSG, CRDS...) "les plus-values immobilières et les plus-values professionnelles portant sur les immeubles, bénéficiant d'un abattement de 10% à compter de la sixième année".

    _________
    Et n'oubliez pas l'augmentation de la CRDS en 2013 signalée par Toby (message 65)
    Je ne comprends plus bien ; c'est le budget 2011 en ce moment à l'Assemblée ou la réforme des retraites ?
    Alex Terieur
    Alex Terieur
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 5986
    Age : 74
    Localisation : off shore
    Loisirs : chevaux - attelage
    Date d'inscription : 11/10/2010

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Alex Terieur Ven 22 Oct 2010, 02:07

    moria a écrit:La baisse des taux est valable pour la relance de la consommation lorsqu'il y a encore un potentiel d'emprunt.

    Autrement, on arrive à la situation obligée de faire de la cavalerie.

    mon fils a eu une proposition de la Caisse d'Epargne pour un prêt de 1000€ à 0% !!
    OUI, zéro.
    je le lui ai déconseillé : il n'a pas encore de revenu.....

    les Banques piègent les gens en les alléchant mais aussi pour mieux les emprisonner.



    Je n'avais pas encore repéré cette rubrique Économie, sujet dont je suis friand. Je l'ai dénichée en cherchant ou je pouvais bien caser mon post précédent.
    J'ai remonté le fil et suis tombé sur celui-ci , et vous propose, un peu tardivement mon point de vue si vous me le permettez..

    Je ne sais quel âge à votre fils, mais si cela avait été ma petite fille de 14 ans voici le conseil que je lui aurais donné :

    (sous réserve que la durée n'est pas limitée dans le temps ou durée au moins 1 an) -je n'ai pas toutes les données dans votre présentation.


    a) Souscris le prêt à taux 0
    b) si tu n'as pas de livret d'épargne jeune (12 à 25 ans) ouvre en un immédiatement et dépose ces 1000 euros dessus.
    c) dans un an tu auras gagné 3% net d'impôt soit 30 euros.
    et tu continues tant que la caisse d'épargne ne te redemande pas le capital.ou veut augmenter le taux.
    dans ce cas, tu lui rembourse ses 1000 euros et tu gardes ton petit bénéfice.
    d) et si ensuite la caisse d'épargne te croyant captive t'embêtes avec des produits que tu ne veux pas, tu fermes ton compte sur-le-champ et va voir la concurrence, elle t'attend.

    Comme ça ma petite fille tu apprends comment on optimise sa gestion.

    Bien entendu, ce n' est pas le montant du bénéfice qui est intéressant ici, c'est la démarche.

    Le montant maximal de dépôt sur le livret jeune est de 1 600 Euros., le taux varie selon les banques, j'ai pris un taux médian.

    ===========

    Maintenant, puisque nous sommes dans les confidences, je vais vous narrer une histoire vraie, bien entendu.

    Dans les années antérieures à l'euro, les Portugais - enfin certains - empruntaient le maximum qu'ils pouvaient à leur (s) banque en France
    disons à 10%.d'intérêts.

    Virement immédiat au Portugal ou ils replaçaient le même capital largement au double de ce taux d'emprunt à leur banque au pays.
    La différence formant sans apport des bénéfices très substantiels.

    Cette une pratique courante des banques à travers le monde.

    =========
    Maintenant changeons un peu. Que croyez vous qu'ils font certains de nos invités du Maghreb ou sub-saharien aujourd'hui avec les excédents d'aides sociales ?



    Connaissez-vous le livretd’épargne pour le codéveloppement ?

    Non et bien voilà :
    (source : ministère del'immigration ,de l'intégration, de l'identité nationale et du développementsolidaire).
    "Depuis le 1er janvier 2009, les ressortissants de 50 pays en développement, titulaires d’une carte de séjour permettant l’exercice d’une activité professionnelle en France, peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu égale à 40 % du montant des sommes effectivement versées entre le 1er janvier 2009 et le 31 décembre 2011 sur un compte épargne codéveloppement, sommes retenues dans la limite annuelle de 25 % du revenu net global et de 20 000 €.
    Cet avantage est définitivement acquis (à l’issue d’une phase d’épargne d’au moins 3 ans )si l’épargne ainsi constituée est investie dans un projet éligible.

    Ça à quand même plus de gueule que la caisse d'épargne non ?
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    ( Alex Terieur 8 septembre 2010 16h21 chez Rioufol)

    (ajout en relisant) : je m'aperçois qu'il manque une précision : bien entendu en plus de ces avantages fiscaux aux frais de la France, le capital sur le compte de codéveloppement porte lui- même des intérêts.

    Je gage que notre polygame national de Nantes à un de ces comptes, voir plusieurs grâce aux mouquères.
    Bien entendu ça n' empêche pas de pratiquer en plus le même jeu sur les intérêts que celui décrit plus haut pour les Portugais.

    Je vous souhaite une bonne journée.




    moria
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21375
    Age : 120
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par moria Ven 22 Oct 2010, 06:44

    c'est amusant........ j'arrivais avec un article de Challenges qui nous parle des idées d'Attali.

    voici ce qu'il préconise et vous verrez, Alex, qu'il a pensé comme vous, ou vous comme lui à propos des alloc.

    * baisse de 1% des dotations de l'Etat aux collectivités locales : 6,4 milliards d'€

    * Gel du point d'indice des salaires des fonctionnaires : 4 milliards


    * Gel des certaines prestations sociales et mise sous condition de ressources des allocations familiales : 4 milliards

    * non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite (tat, hôpitaux, collectivités) : 3 milliards

    * Déremboursement intégral des médicaments à service médical faible : 3 milliards


    soit 18,4 milliards

    Il y aurait beaucoup à dire sur ces mesures ...... qui ne toucheront que les mêmes comme d'hab.

    Il faut surtout faire la chasse aux gabegies et aux fraudes.

    25 milliards obetnues sur les niches fiscales (dont celles de l'Outre Mer)

    Il ne dit pas comment l'Etat et les collect. locales vont économiser jusqu'à 19 milliards en 3 ans !


    Rien de bien nouveau sous le soleil attali.
    moria
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21375
    Age : 120
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par moria Ven 22 Oct 2010, 06:52

    Merci pour votre conseil Alex mais mon fils n'est pas à 30€ dont il a pourtant grand besoin.
    Non, ce n'est pas un paradoxe.

    Cette perche bancaire m'a paru nauséabonde et ........ je n'aime pas les CE comme les BPop desquelles elles se sont rapprochées, vous le savez sans doute.
    Vous rajoutez par dessus le fait qu'elles favorisent déjà les prêts islamiques, vous comprendrez mon urticaire.

    En fait, c'est plus simple que cela : il a un compte dans une vraie banque où il a transféré ses petits avoirs !


    vous remarquerez donc qu'il s'agissait plutôt d'une démarche de principe que mercantile.

    **************************

    Les mouquères comme leur compère sont très bien renseignés !

    mieux que vous et moi et je puis vous dire que nos assistances sociales ont du talent pour ce faire !!
    silence
    silence
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22007
    Age : 107
    Localisation : Bretagne
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par silence Ven 22 Oct 2010, 10:03

    Quand le but dans la vie est essentiellement comment gagner de l'argent, on est toujours très au courant de comment le faire.
    Mais ce n'est pas l'objectif de tout le monde, heureusement qu'il y a quelques humanistes. Pas assez à mon goût.
    Alex Terieur
    Alex Terieur
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 5986
    Age : 74
    Localisation : off shore
    Loisirs : chevaux - attelage
    Date d'inscription : 11/10/2010

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Alex Terieur Ven 22 Oct 2010, 14:57

    silence a écrit:Quand le but dans la vie est essentiellement comment gagner de l'argent, on est toujours très au courant de comment le faire.
    Mais ce n'est pas l'objectif de tout le monde, heureusement qu'il y a quelques humanistes. Pas assez à mon goût.

    Le challenge n' est pas comment gagner de l'argent en tant que fin ultime, laissons ça pour les B. Gates et autres, mais "comment je fais pour ne pas être pigeonné".

    règle première : détruire avant de les lire toutes les pubs qui me sont adressées

    l'humanisme, c'en bien, c'est beau. Mais nous vivons en milieu hostile,
    et on est obligé de savoir se défendre des prédateurs sinon ... on est bouffé.
    Dur à dire, mais c'est la triste réalité.
    philiberte
    philiberte
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 18795
    Age : 72
    Localisation : duché de Nevers
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par philiberte Ven 22 Oct 2010, 20:27

    j'ai transmis à mes correspondants l'article sur le livret pour le codéveloppement...


    _________________
    Mettez l'étiquette PS à un âne, et dans la Nièvre, il sera élu au premier tour (Montebourg)

    Dans la Nièvre, mettez l'étiquette "gauche" à une poubelle, elle est élue au premier tour (Moi)
    Alex Terieur
    Alex Terieur
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 5986
    Age : 74
    Localisation : off shore
    Loisirs : chevaux - attelage
    Date d'inscription : 11/10/2010

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Alex Terieur Ven 22 Oct 2010, 20:44

    philiberte a écrit:j'ai transmis à mes correspondants l'article sur le livret pour le codéveloppement...

    Très, bien ça prouve qu'ils ont de saines lectures.

    Par contre vous n'avez pas lu mon MP ?
    moria
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21375
    Age : 120
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par moria Sam 23 Oct 2010, 17:01

    Foxy ne pourrait-il pas faire des sous rubriques ?

    en effet, entre toutes les sources qui concernent l'économie, je me perds.
    en plus, si on parle des MP.....
    (non, je ne suis pas jalouse ! j'ai passé l'âge.
    Sad )


    j'aurais voulu qu'on parle de l'AME et de "combien çà coûte ?"

    car les gens qui en bénéficient ne se font pas soigner pour de simples bobos mais aussi pour de lourdes chirurgies telles que celles de la hanche ou encore cardiaque ou cancéreuse.

    Ils sont de passage ............ !!


    et pendant ce temps là, nos gentils Français attendent ou ne se soignent pas.

    Combien çà coûte, cette gâterie ?

    allo Alex ?
    philiberte
    philiberte
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 18795
    Age : 72
    Localisation : duché de Nevers
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par philiberte Sam 23 Oct 2010, 17:11

    Alex Terieur a écrit:
    philiberte a écrit:j'ai transmis à mes correspondants l'article sur le livret pour le codéveloppement...

    Très, bien ça prouve qu'ils ont de saines lectures.

    Par contre vous n'avez pas lu mon MP ?

    ah, bah, non... pas reçu de MP ici.


    _________________
    Mettez l'étiquette PS à un âne, et dans la Nièvre, il sera élu au premier tour (Montebourg)

    Dans la Nièvre, mettez l'étiquette "gauche" à une poubelle, elle est élue au premier tour (Moi)
    philiberte
    philiberte
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 18795
    Age : 72
    Localisation : duché de Nevers
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par philiberte Sam 23 Oct 2010, 17:13

    moria a écrit:Foxy ne pourrait-il pas faire des sous rubriques ?

    en effet, entre toutes les sources qui concernent l'économie, je me perds.
    en plus, si on parle des MP.....
    (non, je ne suis pas jalouse ! j'ai passé l'âge.
    Sad )


    j'aurais voulu qu'on parle de l'AME et de "combien çà coûte ?"

    car les gens qui en bénéficient ne se font pas soigner pour de simples bobos mais aussi pour de lourdes chirurgies telles que celles de la hanche ou encore cardiaque ou cancéreuse.

    Ils sont de passage ............ !!


    et pendant ce temps là, nos gentils Français attendent ou ne se soignent pas.

    Combien çà coûte, cette gâterie ?

    allo Alex ?

    quand ce n'est pas une chirurgie plastique des seins ou la réfection de la dentition complète... (source: amie, épouse d'un médecin )


    _________________
    Mettez l'étiquette PS à un âne, et dans la Nièvre, il sera élu au premier tour (Montebourg)

    Dans la Nièvre, mettez l'étiquette "gauche" à une poubelle, elle est élue au premier tour (Moi)
    moria
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21375
    Age : 120
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par moria Sam 23 Oct 2010, 17:16

    Phili ...... t'en a pas marre, toi aussi ?

    tu fais comment avec ton impuissance ?
    :-)
    Alex Terieur
    Alex Terieur
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 5986
    Age : 74
    Localisation : off shore
    Loisirs : chevaux - attelage
    Date d'inscription : 11/10/2010

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Alex Terieur Dim 24 Oct 2010, 00:39

    moria a écrit:Foxy ne pourrait-il pas faire des sous rubriques ?

    en effet, entre toutes les sources qui concernent l'économie, je me perds.
    en plus, si on parle des MP.....
    (non, je ne suis pas jalouse ! j'ai passé l'âge.
    Sad )


    j'aurais voulu qu'on parle de l'AME et de "combien çà coûte ?"

    car les gens qui en bénéficient ne se font pas soigner pour de simples bobos mais aussi pour de lourdes chirurgies telles que celles de la hanche ou encore cardiaque ou cancéreuse.

    Ils sont de passage ............ !!


    et pendant ce temps là, nos gentils Français attendent ou ne se soignent pas.

    Combien çà coûte, cette gâterie ?

    allo Alex ?

    Je vous reçois Moria.

    Mais j'ai déjà écrit la dessus ailleurs.

    Je vais essayer de retrouver, sans garanties, car la nuit précédente j'ai arrêté à 3h du matin de rechercher un autre message pour répondre à un membre de ce forum. Je ne l' ai toujours pas retrouvé. On dirait qu'il y a des pertes sur le blog de Rioufol.... et je n'ai pas de copies.... Sad

    De mémoire, les chiffres changent très vite et évidemment vont crescendo.
    il me semble qu'on doit avoisiner le milliard.

    Dès que j'ai 5mn je plonge.
    Alex Terieur
    Alex Terieur
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 5986
    Age : 74
    Localisation : off shore
    Loisirs : chevaux - attelage
    Date d'inscription : 11/10/2010

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Alex Terieur Dim 24 Oct 2010, 03:30

    moria a écrit:



    j'aurais voulu qu'on parle de l'AME et de "combien çà coûte ?"

    Combien çà coûte, cette gâterie ?

    allo Alex ?

    allo moria me revoilà.
    je n' ai toujours pas retrouvé mon article mais par contre je vous propose de refaire un tour sur l' AME avec une petite compilation
    Que ça ne vous gâche surtout pas votre dimanche !
    ================================================


    ----------------------------------------- En mon A.M.E. et INCONSCIENCE

    ------------------------------------------------ Petite revue sur l’Aide Médicale d’Etat.

    Ce dossier évoluant très vite,j’ai refait rapidement une petite synthèse de la situation.

    1) Interview de Claude Goasguen, député UMP de Paris, sur le coût de l’immigration.

    J’en ai retranscrit certains passages :

    « Il faut diminuer les coûts de l’immigration. La France est le plus généreux pays d’Europe dans ce domaine, probablement du Monde d’ailleurs.On ne connaît pas le nombre d’immigrés. Comment peut-on faire une politique de l’immigration tant qu’on n’aura pas revu la base même du calcul. Tous les pays du Monde sont en train de vérifier les dépenses causées par l’immigration.

    La France dépense 90 milliards d’euros et cette immigration en rapporte 60 milliards.
    Un des éléments de ce coût de 30 milliards d’euros par an : « Les seuls habitants de la France qui sont remboursés à 100% de TOUS les dispositifs médicaux, sont les immigrés clandestins » et sans avoir à verser un euro.

    Quand vous faites l’effort de vous régulariser vous n’avez plus que 80% et quand vous êtes Français vous êtesà 70%.
    Pour l’AME, en 1998, c’était 47 millions d’euros. Aujourd’hui 800 millions d’euros pour 210.000 bénéficiaires et vraisemblablement dans les années qui viennent on va doubler ce chiffre.
    Pour réformer l’AME, si on va sur le juridique, on part pour un rapport et on en a pour 2 ans. Je vais porter la bataille sur la loi des finances. Il n’y a pas de raison que les clandestins aient un avantage léonin, ou alors que tous les Français soient à l’AME.
    __________
    note :

    Un peu d’arithmétique : Coût de l’ Aide médicale d’ État (AME) : 800 millions d’ euros par an pour 210 000 personnes, soit 3857 euros par personne.


    Vidéo de l'interview :
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



    2) Le Figaro du 08/10/2010 proposait une excellente étude sur l’ AME, celle-ci étant assez longue, j’en ai extrait quelques passages.


    «Toucher à l’AME n’est tout simplement pas prévu au programme de la rigueur. Le projet de budget pour 2011 prévoit même une augmentation de 10 % !


    Depuis deux ans, la facture de la couverture médicale des sans-papiers [clandestins]s’envole. Son rythme de progression est trois à quatre fois supérieur à celui des dépenses de santé de tout le pays: + 13 % en 2009 (530 millions d’euros pour 210 000 bénéficiaires) et encore + 17 % au début de cette année.

    De toute évidence, l’enveloppe de 535 millions d’euros prévue en 2010 sera largement dépassée. Pour l’an prochain, ce sont 588 millions d’euros que Bercy a mis de côté pour l’AME. Soit, à peu de choses près, le montant des recettes fiscales que le gouvernement veut récupérer sur les mariés/Pacsés/divorcés «



    «De plus en plus de patients arrivent chez nous dans un état de santé extrêmement délabré»,souligne-t-on à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), dont les 45établissements ont vu leur facture AME grimper de 16 % l'an dernier (à plus de113 millions d'euros). Des soins plus complexes et des durées de séjour plus longues font flamber les coûts.

    Une enquête sur l'Aide médicale d'Etat? Sauve qui peut! Dans les ministères, les administrations, les associations humanitaires, la simple évocation de ce dispositif qui permet aux étrangers en situation irrégulière de se faire soigner gratuitement déclenche une poussée d'adrénaline. «Le sujet est explosif! s'étrangle un haut fonctionnaire qui connaît bien le dossier. Vous voulez vraiment envoyer tout le monde chez Marine Le Pen?»

    Les travailleurs sociaux ont aussi noté depuis le printemps 2009 un afflux d'immigrants d'Europe de l'Est et de l'ex-Union soviétique: des Roumains et des Bulgares (souvent des Roms), mais aussi des Tchétchènes, des Kirghiz, des Géorgiens, et même des Russes. Les associations sont débordées par ces arrivées de familles entières.«On ne va pas pouvoir accueillir tout le monde», soupire Geneviève, permanente dans un centre d'accueil pour étrangers, qui se souvient d'un Roumain arrivé enFrance il y a peu, avec pour seul bagage un petit bout de papier sur lequel sonpasseur avait écrit: «Ici boire manger dormir argent.»

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    conclusion :

    On constate une augmentation tant des bénéficiaires, que des coûts unitaires d’intervention..
    Compte tenu de la progression quasi exponentielle et non maitrisée des coûts de l’ AME, nous allons donc bien atteindre rapidement les 2 Milliards d’euros C. Goasguen évalue déjà à court terme un doublement soit 1,6 milliard…. Avant de se diriger carrément vers l’infini.
    ps : le lecteur a pu constater une grande différence de chiffrage entre les 2 documents présentés. Ce n'est pas étonnant puisque c'est la bouteille à l'encre ou l'on tente de camoufler le plus longtemps possible la gabegie. Je retiens donc les chiffres de Goasguen, plus vraisemblables, et qui, à ma connaissance n'ont jamais été démentis.

    Addendum :
    Si vous voulez crier votre douleur voici quelques sites pour vous défouler. :Eux trouvent que ce n’est pas encore assez.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Alex Terieur
    moria
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21375
    Age : 120
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par moria Dim 24 Oct 2010, 10:05

    Merci Alex.

    C'est clair : çà coûte beaucoup tout çà et ce n'est pas fini.
    SAUF,
    sauf si nous sommes acculés à ne plus pouvoir EMPRUNTER autant qu'avant.

    Suite à ces semaines de grève, de pertes de chiffres d'affaires de toutes part jusqu'au secteur du tourisme, les yeux étrangers nous scrutent doublement.

    La note AAA risque d'en pâtir et comme nous l'avons toujours dit ici, c'est par l'argent que les "choses" se régulariseront !
    dans la douleur et la violence, certainement.

    combien de milliards donc pour la bagatelle ?
    32 !


    1 retraite sur 6 (aux dernières nouvelles) est financée par
    l'emprunt !




    Dépenses prises en charge


    Dans les limites de tarification précisées plus haut, ce sont :


    • les honoraires de médecins (généralistes et spécialistes) ;
    • les soins et les prothèses dentaires ;
    • les médicaments et les appareils ;
    • les analyses et les examens de laboratoire ;
    • les hospitalisations et les traitements dans les établissements de soins, de réadaptation fonctionnelle et de rééducation ou d'éducation professionnelle, dans les limites de tarification précisées plus haut ;
    • les interventions chirurgicales (dont les plus lourdes)
    • les médicaments, produits ou objets contraceptifs et les frais d'analyse et d'examen en laboratoire ordonnés en vue de prescriptions contraceptives ;
    • les transports nécessaires pour recevoir des soins ou subir des examens médicaux appropriés à l'état du malade ;
    • les soins et hospitalisations liés à l'interruption volontaire de grossesse ;
    • les actes et traitements réalisés à titre préventif (comme les examens de dépistage, les vaccinations ou les consultations de prévention dans le cadre de programmes de santé mis en oeuvre par l'Etat, les collectivités territoriales ou les organismes d'assurance maladie) ;
    • les frais médicaux, pharmaceutiques, d'analyse et d'examens de laboratoires, d'appareils et d'hospitalisation relatifs ou non à la grossesse, à l'accouchement et à ses suites ;
    • la surveillance médicale de la grossesse et des suites de l'accouchement, en particulier les examens prénataux et postnataux obligatoires ainsi que les mesures de prévention sanitaire et sociale pour les enfants de moins de six ans, notamment les examens médicaux obligatoires prévus par le code de la santé publique.

    Choix de l'établissement de santé



    Le bénéficiaire de l'AME a le libre choix de l'établissement de santé dans les mêmes conditions que les assurés sociaux, dans les limites de tarification précisées plus haut.
    philiberte
    philiberte
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 18795
    Age : 72
    Localisation : duché de Nevers
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par philiberte Dim 24 Oct 2010, 11:41

    moria a écrit:Phili ...... t'en a pas marre, toi aussi ?

    tu fais comment avec ton impuissance ?
    :-)


    je viens d'effacer ce que j'avais répondu.... mort de rire


    soyons sérieux.
    ça me rend malade, et je déprime sec, mais bon, le genre de réponse que j'avais écrite me sert de soupape de sécurité, et à décompresser.

    oui, j'en ai marre, et j'espérais de ces grèves quelque chose de plus constructif. pour celà, il aurait fallu que la droite aussi descende dans la rue et affronte la gauche. lâcheté? laxisme? va savoir... le grand boum que j'espérais n'a pas eu lieu, n'aura pas lieu, et on continuera comme avant. à subir et à se plaindre. eux qu'ils n'en ont pas assez, nous qu'on leur en donne trop. je crois au karma, et si nous sommes des vaches à lait, c'est qu'on le veut bien.


    _________________
    Mettez l'étiquette PS à un âne, et dans la Nièvre, il sera élu au premier tour (Montebourg)

    Dans la Nièvre, mettez l'étiquette "gauche" à une poubelle, elle est élue au premier tour (Moi)
    silence
    silence
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22007
    Age : 107
    Localisation : Bretagne
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par silence Dim 24 Oct 2010, 12:48

    ... espérer quelque chose de constructif de ces grèves.

    Très drôle.
    philiberte
    philiberte
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 18795
    Age : 72
    Localisation : duché de Nevers
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par philiberte Dim 24 Oct 2010, 18:02

    silence a écrit:... espérer quelque chose de constructif de ces grèves.

    Très drôle.

    ben non. j'espérais LE big boum, qu'on attend depuis plusieurs années, pour tout changer, remettre les choses à plat, virer ce qui ne va pas, et instaurer autre chose de mieux. c'est ça que j'appelle le "constructif"...
    mais faut savoir lire entre les lignes, parfois.

    mais tout n'est pas perdu, la grève n'est pas finie....


    _________________
    Mettez l'étiquette PS à un âne, et dans la Nièvre, il sera élu au premier tour (Montebourg)

    Dans la Nièvre, mettez l'étiquette "gauche" à une poubelle, elle est élue au premier tour (Moi)

    Contenu sponsorisé

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 30 Juil 2021, 19:40