Qui est en ligne ?

Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités

Cousin Hubert


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 64 le Sam 08 Juil 2017, 12:11

Derniers sujets

» RESISTANCE !!!!!
Hier à 16:56 par 007/**

» Les pépites sont terrorisées par les flics...
Jeu 19 Avr 2018, 21:24 par Cousin Hubert

» HITLER
Dim 15 Avr 2018, 21:56 par Caton l'Ancien

» terrorisme
Ven 13 Avr 2018, 20:59 par Cousin Hubert

» Immigration: une richesse pour la France?
Ven 13 Avr 2018, 20:51 par Cousin Hubert

» Grand Remplacement
Ven 13 Avr 2018, 20:38 par Cousin Hubert

» PARIS, Ville des Lumières.......
Ven 13 Avr 2018, 20:23 par Cousin Hubert

» Le fil de Mistinguette (3)
Dim 08 Avr 2018, 12:30 par mistinguetteR

» Islam et coran ...
Jeu 05 Avr 2018, 19:40 par Jean Ripleure

Avril 2018

LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Calendrier Calendrier

Navigation

Partenaires

forum gratuit
Tchat Blablaland

    LA JUSTICE DE LA CITE ! EFFICACE.

    Partagez

    FLANDRE
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 2176
    Age : 72
    Localisation : BASSE-NORMANDIE
    Loisirs : HERALDIQUE
    Date d'inscription : 15/12/2009

    LA JUSTICE DE LA CITE ! EFFICACE.

    Message par FLANDRE le Ven 02 Fév 2018, 10:51


    Chère Madame, cher Monsieur,

    Avez-vous entendu parler de l’affaire de Youcef ?

    Elle est l’illustration parfaite des dysfonctionnements dans lesquels notre pays s’enfonce jour après jour.

    Heureusement pour Youcef, tout se termine bien mais cela aurait pu être dramatique.

    Et pour nous tous, l’histoire de Youcef est un avertissement que nous ferions mieux de prendre très au sérieux.

    Je m’explique.

    Youcef est un retraité de 76 ans. Il possède un pavillon à Garges-lès-Gonesse dans le Val d’Oise, qu’il n’habite plus depuis plusieurs années.

    Ce qui est son droit le plus strict. C’est son bien. Ou du moins c’est ce qu’il croyait.

    Seulement voilà, il y a quelques jours, les policiers appellent Youcef pour le prévenir que son pavillon est occupé par un groupe de personnes. « Est-ce vous qui les avez fait rentrer ? » lui demandent les agents ?

    Non, bien sûr, ce n’est pas lui qui leur a ouvert la porte.

    Ni une, ni deux, Youcef se rend à son pavillon, dans lequel il trouve seize Roms tranquillement installés. Il leur demande bien évidemment de quitter les lieux immédiatement. Mais leur réponse est incroyable !

    Non, ils ne bougeront pas de chez lui, la loi est de leur côté !

    L’un des individus, lui montre alors triomphalement un ticket de livraison de pizza à cette adresse, un ticket qui remonte au mois de décembre. Cela fait donc bel et bien plus de 48h qu’ils sont dans les lieux, or au-delà de 48 heures la police ne peut plus intervenir directement pour chasser des squatteurs. L’expulsion doit être ordonnée par un juge.

    Youcef est coincé et une seule solution s’impose à lui : engager une procédure civile, coûteuse et incertaine, c’est le seul recours qu’offre la loi à ceux qui ont été ainsi dépouillés de leur bien immobilier...

    Mardi, il avait déjà dépensé 1500 euros dans cette procédure !

    A ce moment là, il part pour de longs mois de procédure, prêt à se heurter aux associations subventionnées (par nos impôts !) qui encouragent le squat en indiquant aux squatteurs comment tirer parti de la loi (comment croyez-vous que les Roms aient eu l’idée du ticket de pizza ?), prêt à voir sa maison détériorée parce que, non, les squatteurs ne sont pas des gens soigneux, discrets et délicats... Youcef disait d’ailleurs mardi aux journalistes que, en essayant de s’introduire chez lui, il avait remarqué que certains meubles avaient déjà disparu !

    En fait, le propriétaire partait pour suivre un long chemin de croix légal et nous en aurions probablement tous fait autant. Car nous sommes respectueux des lois et des institutions.

    C’était sans compter sur la colère des gens du quartier et sur le pouvoir des réseaux sociaux.

    Car à la sortie de l’article du Parisien, mardi, Facebook et Twitter se sont emballés ! Chacun y allait de son commentaire indigné, jusqu’à ce qu’un homme, qui habite dans la banlieue lyonnaise, ait appelé, par une vidéo largement diffusée, les gens à se mobiliser pour aller déloger les squatteurs.

    Et c’est ainsi que, mercredi soir, un groupe d’hommes est entré dans le pavillon. « Allez, sortez, cassez-vous, vous avez deux minutes ». Cet ordre a suffi. Deux minutes plus tard les seize Roms occupants les lieux étaient dehors.

    Simple, rapide, efficace me direz-vous.

    Seulement voilà, l’histoire ne s’arrête pas tout à fait là. Car les squatteurs insistent !

    D’après le Parisien : « Tous racontent, vidéo à l’appui, que la police est intervenue pour interpeller plusieurs jeunes. Les Roms seraient alors revenus dans le pavillon. " Ils étaient une quinzaine à l’intérieur de la maison, mais ils ont appelé des renforts, ajoute un autre. De notre côté, toute la cité est venue. " Il indique qu’ils totalisaient environ 40 personnes. Il assure que leurs adversaires se tenaient une main dans leur veste comme pour indiquer qu’ils étaient armés. De leur côté, les jeunes évoquent leurs propres moyens d’intimidation : fusil à pompe, Tokarev, chiens. L’un d’eux exhibe une photo de lui prise armes à la main. »

    Finalement, Youcef reprendra possession de son pavillon et l’on évite ce qui aurait pu se transformer en véritable bain de sang. Une vidéo circule aujourd’hui sur les réseaux sociaux où l’on voit le vieux monsieur dans le salon de sa maison déclarer : « Je suis assez ému, je ne sais pas quoi dire mais je vous remercie d’avoir organisé cette descente-là ».

    Alors, certes d’une certaine manière cette histoire se termine bien, mais, comme je vous le disais au début, elle est aussi extrêmement inquiétante.

    Que nous montre-t-elle ?

    Elle nous montre que nous en sommes au point où la loi pénalise les honnêtes gens et protège les malhonnêtes. Et lorsque la loi ne protège plus efficacement, les individus finissent par reprendre la loi entre leurs mains, et par se faire justice eux-mêmes.

    Elle nous montre que lorsque l’Etat abdique sa mission essentielle, qui est de protéger la vie, les biens et la liberté de chacun d’entre nous, la solidarité clanique prend inévitablement sa place. Le clan des Roms contre le clan de la “cité”. C’est exactement ce qui s’est passé à Garges-lès-Gonesse, autour du pavillon de Youcef. Et cela aurait pu finir en carnage.

    Après l’opération d’expulsion, un des "jeunes" fanfaronnait : « On dit qu’à cause de la cité, il n’y a pas de sécurité, mais c’est grâce à la cité qu’il a récupéré sa maison ! »

    Comprenez-vous ce que cela signifie ? C’est officiel, la loi de la cité a remplacé les lois de la Républiques. Les "jeunes" ont remplacé l’Etat et les forces de l’ordre. Qui donc, après une histoire pareille, ira encore faire appel à la police s’il a un conflit de voisinage, si sa voiture a été volée, s’il a été victime d’une agression ? Non, il ira voir la vraie police de la cité, les "jeunes", et il lui demandera de régler son problème.

    Est-ce donc cela l’avenir de la France ? Le retour aux clans, à la loi des plus forts, des plus brutaux, des plus audacieux ?

    Quand donc nos gouvernants comprendront-ils où nous amènent leurs renoncements successifs ?

    Il y a urgence à agir. Nous devons nous opposer de toutes nos forces à ce qui est en train d’advenir. Nous pouvons encore influer sur le cours des événements, nous pouvons encore changer les lois et les pratiques.

    Vous et moi serons d’accord : il est urgent d’envoyer un signal fort.

    Le pouvoir en place fait mine d’ignorer ce que les Français pensent de la justice. Ensemble, vous et moi pouvons le forcer à nous écouter, et à agir !

    Comment ? C’est très simple : si nous sommes des dizaines de milliers à remplir le référendum pour la justice, les élus ne pourront pas ignorer un tel élan populaire.

    C’est pourquoi je vous invite à remplir le référendum aujourd’hui.

    Vous le trouverez en cliquant ici.

    Avec tout mon dévouement,

    Laurence Havel


      La date/heure actuelle est Mar 24 Avr 2018, 10:25