Qui est en ligne ?

Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 2 Invités

Etienne Charles, philiberte


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 64 le Sam 08 Juil 2017, 12:11

Derniers sujets

» Un commerce dans un quartier paisible... en Francarabia...
Aujourd'hui à 09:13 par 007/**

» Les pépites sont terrorisées par les flics...
Hier à 15:27 par Cousin Hubert

» Immigration: une richesse pour la France?
Jeu 19 Oct 2017, 22:08 par Cousin Hubert

» Crise : le moment décisif approche - Michel Drac
Jeu 12 Oct 2017, 23:33 par Cousin Hubert

» PARIS, Ville des Lumières.......
Lun 09 Oct 2017, 22:38 par Cousin Hubert

» Terrorisme islamiste
Jeu 05 Oct 2017, 01:59 par Cousin Hubert

» Attentats
Mar 03 Oct 2017, 20:01 par Mitsahne

» Numismatique
Dim 01 Oct 2017, 22:50 par Cousin Hubert

» Nouveaux membres
Dim 01 Oct 2017, 12:57 par Cousin Hubert

Octobre 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Navigation

Partenaires

forum gratuit
Tchat Blablaland

    JEAN ZAY, UN HAINEUX AU PANTHEON

    Partagez

    FLANDRE
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 2155
    Age : 72
    Localisation : BASSE-NORMANDIE
    Loisirs : HERALDIQUE
    Date d'inscription : 15/12/2009

    JEAN ZAY, UN HAINEUX AU PANTHEON

    Message par FLANDRE le Dim 23 Fév 2014, 08:57

    Avec Jean Zay, la haine de la Nation entre au Panthéon; Ce triste individu socialiste n'étant pas catholique, il peut tout se permettre même de se torcher dans le symbole de notre pays

    Publié le : samedi 22 février


    François Hollande a pris la décision de faire entrer quatre nouvelles personnalités au Panthéon, dont Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts du gouvernement du Front populaire de 1936 à 1939 :

    Poème de Jean Zay – Le Drapeau (1924) :

    Ils sont quinze cent mille qui sont morts pour cette saloperie-là.
    Quinze cent mille dans mon pays, Quinze millions dans tous les pays.
    Quinze cent mille morts, mon Dieu !
    Quinze cent mille hommes morts pour cette saloperie tricolore…
    Quinze cent mille dont chacun avait une mère, une maîtresse,
    Des enfants, une maison, une vie un espoir, un cœur…
    Qu’est-ce que c’est que cette loque pour laquelle ils sont morts ?
    Quinze cent mille morts, mon Dieu !
    Quinze cent mille morts pour cette saloperie.
    Quinze cent mille éventrés, déchiquetés,


    Anéantis dans le fumier d’un champ de bataille,
    Quinze cent mille qui n’entendront plus JAMAIS,
    Que leurs amours ne reverront plus JAMAIS.
    Quinze cent mille pourris dans quelques cimetières
    Sans planches et sans prières…
    Est-ce que vous ne voyez pas comme ils étaient beaux, résolus, heureux
    De vivre, comme leurs regards brillaient, comme leurs femmes les aimaient ?
    Ils ne sont plus que des pourritures…
    Pour cette immonde petite guenille !
    Terrible morceau de drap coulé à ta hampe, je te hais férocement,
    Oui, je te hais dans l’âme, je te hais pour toutes les misères que tu représentes
    Je te hais au nom des squelettes… Ils étaient Quinze cent mille
    Je te hais pour tous ceux qui te saluent,
    Je te hais a cause des peigne-culs, des couillons, des putains,
    Qui traînent dans la boue leur chapeau devant ton ombre,
    Je hais en toi toute la vieille oppression séculaire, le dieu bestial,
    Le défi aux hommes que nous ne savons pas être.
    Je hais tes sales couleurs, le rouge de leur sang, le sang bleu que tu voles au ciel,
    Le blanc livide de tes remords.


    Laisse-moi, ignoble symbole, pleurer tout seul, pleurer à grand coup
    Les quinze cent mille jeunes hommes qui sont morts.
    Et n’oublie pas, malgré tes généraux, ton fer doré et tes victoires,
    Que tu es pour moi de la race vile des torche-culs.
    avatar
    silence
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22007
    Age : 103
    Localisation : Bretagne
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: JEAN ZAY, UN HAINEUX AU PANTHEON

    Message par silence le Dim 23 Fév 2014, 09:07

    Voilà qui justifie tout à fait son assassinat en 1944, la mort de ces haineux fait toujours plaisir.
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22867
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: JEAN ZAY, UN HAINEUX AU PANTHEON

    Message par Caton l'Ancien le Dim 23 Fév 2014, 10:48

    Un tel texte, qui se veut compassionnel, pour le million et 500 000 morts de la guerre, donne plutôt l'impression contraire.

    Guillaume Apollinaire qui a fait des pieds et des mains pour être incorporé, et a décrit la vie dans les tranchées de manière vraiment poétique, n'a jamais présenté son action et celle de ses camarades comme une action stupide et inutile.

    Les soldats n'avaient pas le sentiment qu'ils faisaient quelque chose de totalement absurde : ils n'ont pas déserté en masse. Ce texte est plus insultant pour eux que pour le drapeau.
    Et surtout, comme c'est bizarre, il épargne ceux qui sont responsables de la guerre, notamment des banquiers internationaux.
    C'est le nationalisme qui est ainsi visé...

    Car les poilus se battaient pour leur pays, leur terre, leurs villages, leurs clochers.
    Zay n'en avait, comme certains aujourd'hui, rien à f..aire.
    Il aurait fallu qu'ils hissent le drapeau blanc ?


    Après, sur le drapeau de la Révolution, il y aurait à dire, mais ce sera pour une autre fois.


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22867
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: JEAN ZAY, UN HAINEUX AU PANTHEON

    Message par Caton l'Ancien le Ven 29 Mai 2015, 09:05



    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21186
    Age : 117
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Re: JEAN ZAY, UN HAINEUX AU PANTHEON

    Message par moria le Ven 29 Mai 2015, 10:39


    Normal, me semble-t-il :
    CT est une gauche laïcarde ou laïsiste.
    avatar
    Mitsahne
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6087
    Age : 88
    Localisation : altoséquanais
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: JEAN ZAY, UN HAINEUX AU PANTHEON

    Message par Mitsahne le Ven 29 Mai 2015, 19:36

    Jean Zay a été liquidé par la Milice pour répondre à un autre assassinat : celui de Philippe Henriot par la Résistance. Pendant la guerre, on écoutait aussi bien Henriot (Radio-Paris) que Schuman (BBC France libre), parce que c'étaient de fameux orateurs. Nous savions malgré tout la part de propagande qui était inscrite dans leurs propos.

    On nous rebat les oreilles avec l'anti-nazisme mais, à l'époque, jamais le mot de nazi n'était prononcé. C'était les Allemands, pardon, les boches, les schleus, les doryphores, les vert-de-gris, mais pas les nazis !

    En octobre 1940, Hitler crut nous faire plaisir en nous rendant les cendres de l'Aiglon, fils de Napoléon, restées à Vienne jusqu'à cette date. Ce qui nous permit de dire : "Ils" nous prennent notre charbon, mais ils nous rendent les cendres !"


    _________________
    Ne traite pas le crocodile de sale gueule avant d'être complètement sorti du marigot.
    (Alexandre Vialatte).
    [i]Heureux soient les fêlés car ils pourront laisser passer la lumière !

    (Michel Audiard)

    Contenu sponsorisé

    Re: JEAN ZAY, UN HAINEUX AU PANTHEON

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017, 13:34