Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 64 le Sam 08 Juil 2017, 12:11

Derniers sujets

» Le fil de Mistinguette (3)
Hier à 14:55 par Cousin Hubert

» Un commerce dans un quartier paisible... en Francarabia...
Dim 11 Nov 2018, 23:35 par Cousin Hubert

» Les pépites sont terrorisées par les flics...
Dim 11 Nov 2018, 23:27 par Cousin Hubert

» SNCF
Jeu 08 Nov 2018, 09:46 par Caton l'Ancien

» Banques
Jeu 08 Nov 2018, 09:35 par Caton l'Ancien

» Grand Remplacement
Mar 06 Nov 2018, 18:10 par Caton l'Ancien

» PROFESSEUR ROBERT FAURISSON
Ven 02 Nov 2018, 19:24 par Caton l'Ancien

» Crise : le moment décisif approche - Michel Drac
Jeu 01 Nov 2018, 15:59 par Cousin Hubert

» Comment fonctionne la médecine officielle ?
Mar 30 Oct 2018, 10:29 par philiberte

Novembre 2018

LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier

Navigation

Partenaires

forum gratuit
Tchat Blablaland

    Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Partagez
    avatar
    Cousin Hubert
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 12445
    Age : 48
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Cousin Hubert le Jeu 12 Oct 2017, 23:33

    007/** a écrit:On va tellement les taxer et dévaluer leur biens qu'ils n'auront d'autre choix  que de vendre à perte. Et à qui à votre avis ?

    Aux ressortissants étrangers qui sont exonérés de taxes...

    La sénatrice (UDI-UC) de l’Orne Nathalie Goulet a dénoncé, jeudi 27 octobre, la convention fiscale conclue entre la France et le Qatar qui exonère d'impôt les plus-values immobilières et les gains en capital réalisés en France par l’Etat du Qatar.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    _________________
    La langue de la République est le français. L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
    avatar
    Cousin Hubert
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 12445
    Age : 48
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Cousin Hubert le Dim 12 Nov 2017, 10:25

    La vraie actu (S01E01 - Novembre 2017)



    _________________
    La langue de la République est le français. L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
    avatar
    007/**
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 3318
    Age : 66
    Localisation : Burgondi
    Date d'inscription : 18/07/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par 007/** le Dim 12 Nov 2017, 14:07

    Passionnant.
    avatar
    Cousin Hubert
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 12445
    Age : 48
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Cousin Hubert le Jeu 30 Nov 2017, 20:21

    Guérilla (Laurent Obertone)


    Une note de lecture sur un roman sous-titré : "Le jour où tout s'embrasa".





    _________________
    La langue de la République est le français. L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
    avatar
    007/**
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 3318
    Age : 66
    Localisation : Burgondi
    Date d'inscription : 18/07/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par 007/** le Ven 01 Déc 2017, 10:49

    Quelques  réflexions

    le président en exercice et sa suite ne seront JAMAIS massacrés par des racailles car eux seront toujours, et se donneront toujours les moyens d'être protégés. Par contre que des journalopes bobos y passent, ça ça va arriver et ça a déjà commencé

    La définition du racisme que donne Brac est une définition bien pensante pré insurrectionnelle. Cette définition à l'image de celle de  l'antisémitisme dont elle reprend la stratégie a largement évolué dans la doxa dite antiraciste: est désormais raciste tout opposant aux intérêts ou à ceux de la communauté qui s'en prévaut. C'est d'ailleurs ainsi qu'un délit d'opinion est devenu un délit tout court, ce que les antiracistes n'arrêtent pas de marteler avec gourmandise dés qu'ils en ont l'occasion, confirmant le caractère totalitaire de cette nouvelle "religion"

    Pour le reste analyse remarquable sur bien des points, et notamment la conclusion en forme de "c'est vous qui voyez" à l'adresses des gayssotins fous de la bien pensance. Bien vu.

    Ah oui encore un point, la description du mâle blanc chiffemollisé (sic) par sa nana à grand coups de pseudo conquêtes égalitaristes féministes, laquelle nana se trouvera fort dépourvue de mâle non chiffemollisé le jour où ceux d'en face lui tomberont dessus: un vrai régal !

    Allo les filles ?
    avatar
    Cousin Hubert
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 12445
    Age : 48
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Cousin Hubert le Ven 01 Déc 2017, 19:32

    007/** a écrit:Ah oui encore un point, la description du mâle blanc chiffemollisé (sic) par sa nana à grand coups de pseudo conquêtes égalitaristes féministes, laquelle nana se trouvera fort dépourvue de mâle non chiffemollisé le jour où ceux d'en face lui tomberont dessus: un vrai régal !

    Allo les filles ?

    Le féminisme et l'égalitarisme sont des machines à fabriquer en série des "babtous fragiles", profil étudiant chétif de Sciences Pipo comme Clément Méric: pas de physique, pas de mental...
    En parallèle, les soldats musulmans dans les banlieues font de la boxe, des sports de combat, soulèvent de la fonte dans des salles de musculation, et entretiennent culturellement une agressivité permanente.
    En cas de scénario à la Obertone, c'est évident que ce sera un massacre... Rolling Eyes
    Ce sera un combat entre le caniche de salon et le rottweiler entraîné quotidiennement au combat...


    _________________
    La langue de la République est le français. L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
    avatar
    Cousin Hubert
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 12445
    Age : 48
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Cousin Hubert le Sam 16 Déc 2017, 14:10

    Hebdo Politique avec Michel Drac : l'énigme Macron enfin dévoilée

    Cette semaine, Elise Blaise reçoit l’essayiste Michel Drac, auteur de Voir Macron, pour revenir sur la présidence française. Entre coups de com’, sorties de route et prises de position étonnantes, Emmanuel Macron est difficilement cernable. Parfois enthousiaste, souvent mégalomane, l’ancien banquier surprend avant tout sur la scène internationale. Face à Donald Trump, il s’est illustré comme le tenant d’une diplomatie pragmatique… tant sur le dossier du nucléaire iranien que sur la reconnaissance de Jérusalem.





    _________________
    La langue de la République est le français. L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 24410
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Caton l'Ancien le Jeu 12 Juil 2018, 18:44

    Je viens de regarder coup sur coup

    La fin de l'Union Européenne (David Cayla, Coralie Delaume)

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    La ruée vers l'Europe (Stephen Smith)

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    et j'ai réécouté

    La huitième plaie (Stratediplo)

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    C'est vraiment intéressant.


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    Cousin Hubert
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 12445
    Age : 48
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Cousin Hubert le Jeu 12 Juil 2018, 19:50

    Caton l'Ancien a écrit:Je viens de regarder coup sur coup

    C'est vraiment intéressant.

    C'est d'autant plus intéressant que certains gauchistes l'écoutent du début à la fin, et reconnaissent que sa finesse d'analyse économique et géo-politique culmine à plusieurs divisions au-dessus ce ce que raconte la presse "mainstream".

    Dernier exemple en date, mon frère (un universitaire) qui ne comprenait pas pourquoi un type aussi brillant ne passait pas sur France Intox.... hahaha


    _________________
    La langue de la République est le français. L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 24410
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Caton l'Ancien le Jeu 12 Juil 2018, 21:04

    Ce qui est très étrange, c'est que quelqu'un qui est sensible à cette argumentation - c'est déjà bien que les gauchistes l'écoutent, car beaucoup disent d'emblée que c'est du fake d'extrême droite.... - ne soient pas convaincus.
    Qu'est-ce qui fait qu'ils ne comprennent pas ??
    La question est valable aussi pour des personnes qui ne veulent pas démordre de l'argumentation de la chougna, tout en disant explicitement "à part tel passage de l'AT qui explique l'esclavagisme; et tel passage qui explique l'usure" et ainsi de suite, que peut-on reprocher aux vétérotestamentaires ?

    J'ai écouté aussi les notes de lecture sur la "ponérologie" (Composé du grec ancien πονηρός, ponērós (« mauvais, méchant ») et du suffixe -logie. wiktionnaire) qui sont à rapprocher de la manipulation mentale, en ce sens que les personnes qui étudient la manipulation en décrivent les mécanismes, alors que Andrew Lobaczewski propose sinon une cause, du moins une origine : la méchanceté.

    Donc un "méchant" réussit à créer les conditions pour dégrader une situation dans une société.
    Ce "méchant" est atteint d'une maladie mentale le rendant incapable d'évaluer le réel.

    Je me faisais l'observation il y a quelque temps, que lorsque les Français étaient à 80 %, ou même à 50 % paysans, ils avaient plus de bon sens que des gens qui passent leur vie devant des écrans de télé ou d'ordinateur, parce qu'ils étaient constamment confrontés au concret.
    Le paysan qui ne va pas moissonner quand le blé est mûr crève de faim l'hiver suivant...


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    Cousin Hubert
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 12445
    Age : 48
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Cousin Hubert le Jeu 12 Juil 2018, 22:46

    Caton l'Ancien a écrit:
    Je me faisais l'observation il y a quelque temps, que lorsque les Français étaient à 80 %, ou même  à 50 % paysans, ils avaient plus de bon sens que des gens qui passent leur vie devant des écrans de télé ou d'ordinateur, parce qu'ils étaient constamment confrontés au concret.

    Toutafé...

    Des idéologies comme le féminisme, le droitdelhommisme, l'immigrationisme, le gauchisme, le mondialisme, la repentance, le LGBTisme, l'égalitarisme, etc... sont des graines qui ne se développeront jamais dans un terreau où 80% de la population est paysanne et rurale. Les gens qui promeuvent ces idéologies passeront pour des fous.

    En revanche, ces graines poussent comme du chiendent dès lors que les agriculteurs tombent à moins de 2% de la population active.


    _________________
    La langue de la République est le français. L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 24410
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Caton l'Ancien le Ven 13 Juil 2018, 10:50

    Oui, et ça donne ça

    "Je ne suis pas un homme, je ne suis pas blanc"

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    C'est le summum.
    Mais il y  tous les degrés ... et même les gens "normaux" doivent avoir leur quart d'heure de déconnexion....


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    Cousin Hubert
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 12445
    Age : 48
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Cousin Hubert le Mar 21 Aoû 2018, 23:47



    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    _________________
    La langue de la République est le français. L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 24410
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Caton l'Ancien le Mer 22 Aoû 2018, 09:03

    J'ai déjà écouté il y a peu de temps...
    je n'ai pas réécouté.
    Je commence à fatiguer très sérieusement.

    J'en ai marre des cons... qui me disent "j'ai pas le temps de m'informer", " ça fait peur" ou "c'est raciste" blabla...


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    Cousin Hubert
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 12445
    Age : 48
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Cousin Hubert le Dim 14 Oct 2018, 22:06

    La vraie actu (S02E03 - septembre 2018)



    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    _________________
    La langue de la République est le français. L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 24410
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Caton l'Ancien le Lun 15 Oct 2018, 15:23

    Excellente analyse.
    Espérons que la crise des retraites en Russie ne déstabilise pas Poutine.


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 24410
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Caton l'Ancien le Dim 21 Oct 2018, 09:24

    007/** a écrit:
    On va tellement les taxer et dévaluer leur biens qu'ils n'auront d'autre choix que de vendre à perte. Et à qui à votre avis ?


    Aux ressortissants étrangers qui sont exonérés de taxes...

    La sénatrice (UDI-UC) de l’Orne Nathalie Goulet a dénoncé, jeudi 27 octobre, la convention fiscale conclue entre la France et le Qatar qui exonère d'impôt les plus-values immobilières et les gains en capital réalisés en France par l’Etat du Qatar.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 24410
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Caton l'Ancien le Dim 21 Oct 2018, 09:25

    18 octobre 2018

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Comme ses prédécesseurs, le président Macron se voit entraîné dans un abîme d'impopularité. Ses traits de caractère et sa méthode de gouvernement y ont une part de responsabilité.
    Mais le malaise vient surtout de l'incompatibilité entre une fonction présidentielle quasi-monarchique et un pouvoir nul, la France ayant renoncé à sa souveraineté au profit des instances européennes et de puissances étrangères (États-Unis).

    Pour gérer le pays aujourd'hui, plus besoin d'un chef pénétré de son rôle devant l'Histoire. Comme dans les autres pays européens, il suffit d'une chambre d'enregistrement (Parlement)…


    Nous avons écrit, le 20 juillet, à propos de l’affaire Benalla : « Pour Emmanuel Macron, il y aura peut-être un avant et un après-Benalla, comme pour Bill Clinton un avant et un après-Monica » (Scandales d’État). De fait, depuis la révélation de l’impunité présidentielle dont a bénéficié le garde du corps d’Emmanuel Macron, tout semble aller de travers à l’Élysée.

    Plus rien ne reste de la brillante entrée en fonctions du jeune président, qui semblait, il y a un an, béni des dieux et promis à tous les succès. Oubliées son intronisation royale dans la cour du Louvre, la réception de Poutine à Versailles et la poignée de main virile avec Trump.

    Désormais, Emmanuel Macron va de bourde en bourde, depuis la réprimande surjouée à un collégien qui l’avait salué d’un « Manu » familier jusqu’au selfie entre deux voyous antillais, pour le coup franchement irrespectueux et vulgaires. Qu’ont dû alors penser les militaires, dont le chef d’état-major Pierre de Villiers a été congédié comme un malpropre, bien que n’ayant jamais démérité de la République ?

    Pris de court par les démissions brutales de deux ministres d’État, Nicolas Hulot (Environnement) et Gérard Collomb (Intérieur), le président a eu besoin de deux semaines pour recomposer l’équipe ministérielle avec des « seconds couteaux ». Dans une déclaration télévisée solennelle et quelque peu lugubre, il a tenté de renouer le dialogue avec ses concitoyens mais tout en affirmant qu’il n’y aurait « ni tournant ni changement de cap ou de politique ».

    Ce naufrage fait suite à celui de Nicolas Sarkozy et François Hollande. Chacun à sa manière a perdu la maîtrise de l’État, le premier par son exubérance primesautière, le deuxième par son insignifiance, le troisième enfin par une forme d’arrogance ou un excès d’assurance.

    Ces présidents auraient-ils, par une insigne malchance, des faiblesses qui les rendent inaptes à assumer leur fonction ? Les premiers présidents de la Ve République avaient aussi leurs faiblesses mais elles ne les ont pas empêchés de diriger jusqu’au bout le char de l’État avec plus ou moins de fermeté. Seules les deux dernières années des seconds mandats de François Mitterrand et Jacques Chirac ont été gâchées par une grave crise d’autorité.
    Un pouvoir vide de contenu

    Plus décisif que les traits de caractère des uns et des autres, il s’est produit depuis les années 1990 un bouleversement qui a transformé la présidence de la République en « mission impossible ».

    La France, comme les autres démocraties de l’Union européenne, a fait le sacrifice de sa souveraineté, vidant de leur substance les mandats électifs et en premier lieu celui du président de la République. À quoi peut donc servir dans ces conditions un président qui a plus de pouvoir que Louis XIV (au moins pendant cinq ans) mais n’en peut rien faire ?

    En matière de monnaie, politique industrielle et commerciale, droit civil, protection des frontières et citoyenneté, le président et son gouvernement n’ont plus aucune capacité d’initiative. Ils n’en ont pas davantage en matière diplomatique, militaire et stratégique.
    - non-politique monétaire :

    La monnaie unique a divisé plus que jamais les États de la zone euro. Cette monnaie unique avait été voulue par François Mitterrand. En 1989, attaché à une vision dépassée de l’Europe (il était né en 1916), le président craignit absurdement que l’Allemagne fédérale se détournât de la France et de l’Europe occidentale pour fonder une nouvelle Mitteleuropa. Il crut habile de la retenir en dissolvant le mark dans l’euro, ainsi que le rappelle le philosophe Marcel Gauchet (Comprendre le malheur français).

    Dans les faits, cette monnaie unique a eu des effets désastreux sur les économies européennes (Comment la monnaie unique tue l’Europe) : surévaluée au regard de la France et sous-évaluée au regard de l’Allemagne, elle est responsable d’un déséquilibre commercial entre les deux pays qui n’en finit pas de croître.

    Faute de pouvoir rétablir l’équilibre par un simple ajustement des taux de change, le gouvernement français en est réduit à promettre des aides aux paysans surendettés pour les détourner du suicide et aider les ouvriers à négocier au mieux leurs primes de licenciement !

    Comme par ailleurs, il lui faut combler le déficit de monnaie entraîné par l’excès d’importations, il doit emprunter massivement à l’étranger et se console en se disant que la bonne image des banquiers de Francfort lui permet d’obtenir des taux d’intérêt modérés. On se console comme on peut.

    Il n’y a pas là de quoi rehausser le prestige de la classe politique, d’autant que celle-ci s’est très largement fait berner par les promesses de la monnaie unique. On allait voir ce qu’on allait voir : convergence des économies européennes et prospérité pour tous ! On voit surtout que depuis plus de vingt ans, toute la machine européenne n’a plus qu’un seul but : assurer la survie de l’euro envers et contre tout. Adieu à tous les projets mobilisateurs (Airbus, Ariane, Erasmus…). Périsse l’Europe pourvu que survive l’euro (note).
    - non-politique industrielle et commerciale :

    Au milieu des années 1980, les dirigeants européens, au premier rang desquels les socialistes français, se sont convertis à l’idéologie néolibérale apparue peu avant dans le monde anglo-saxon (nous en avons détaillé l’origine et le contenu dans l’Histoire de la Crise européenne, le sursaut des années 1980).

    Jouant aux apprentis sorciers, ils ont fait de l’Europe un laboratoire du néolibéralisme, appliquant sans aucune restriction les préceptes de ses idéologues : pas question d'autoriser des politiques industrielles qui favoriseraient un champion national ou même européen ; pas question de faire barrage comme les Russes et les Chinois à l'offensive des Gafa (Google Apple Facebook Amazon)... Aussi bien ont-ils ouvert l’Europe aux bourrasques de la mondialisation sans prendre garde que leurs principaux concurrents gardaient quant à eux de solides protections.

    • Les États-Unis usent et abusent de leur puissance militaire et monétaire comme ils viennent une nouvelle fois de le démontrer en reniant le traité avec l’Iran et en obligeant les entreprises européennes à renoncer à ce marché prometteur.

    En obligeant aussi le Canada à souscrire avec eux un traité bilatéral de libre-échange, ils transforment le traité commercial entre le Canada et l’Union européenne (CETA) en une passoire. Quel bénéfice les entrepreneurs européens peuvent-ils attendre du CETA dès lors que leurs concurrents étasuniens bénéficient de meilleures conditions douanières au Canada ? Les Européens auront tous les inconvénients du traité et plus aucun des avantages escomptés.

    • Faut-il insister sur la Chine ? Cette économie, devenue la première du monde, est aussi la moins libérale qui soit. Toutes les banques et les entreprises stratégiques sont contrôlées par le gouvernement de Xi Jinping.

    Grâce aux devises étrangères récupérées par le secteur bancaire d’État et aussitôt prêtées au gouvernement américain, le gouvernement chinois a pu entretenir artificiellement la sous-évaluation du yuan. Ce dumping monétaire lui a permis de favoriser ses exportations et de ravager les industries occidentales à faible valeur ajoutée (L’arme monétaire de Pékin).

    Maintenant, il se sert de ses excédents commerciaux pour racheter les entreprises occidentales de haute technologie par l’intermédiaire de ses propres entreprises – même bancales et déficitaires -.

    L’Organisation Mondiale du Commerce et l’Union européenne n’y trouvent rien à redire : on ne saurait à leurs yeux entraver la libre circulation des marchandises et des capitaux… (note).
    - non-politique étrangère et militaire :

    L’irruption de Donald Trump sur la scène internationale a mis à nu l'impuissance de l’Europe et de la France (Le côté obscur de l'empire américain). Le président américain a renié le traité COP21 signé par son prédécesseur et tourné le dos aux engagements environnementaux pris par l’ensemble des autres gouvernements de la planète sans que personne puisse s’y opposer.

    Plus fort encore, les États-Unis ont une nouvelle fois enflammé la poudrière moyen-orientale en reniant le traité laborieusement conclu avec l’Iran et en obligeant les entreprises européennes à renoncer à commercer avec ce pays.

    Le président Macron, lucide, a perçu la signification de ce geste : « Si nous acceptons que d'autres grandes puissances, y compris alliées, y compris amies dans les heures les plus dures de notre histoire, se mettent en situation de décider pour nous notre diplomatie, notre sécurité, parfois en nous faisant courir les pires risques, alors nous ne sommes plus souverains » (Aix-la-Chapelle, 10 mai 2018). A-t-il agi en conséquence ? Que nenni. Il s’est couché et nous avec. La conclusion est sans appel et Emmanuel Macron lui-même l’a exprimée publiquement : nous ne sommes plus souverains !

    De fait, Paris a abandonné à d’autres (Bruxelles, Francfort, Berlin, Washington…) la grande politique et le domaine régalien : monnaie, échanges commerciaux, politique industrielle, protection des frontières, alliances stratégiques etc.

    Par petites touches, la France et les autres États européens ont troqué leur souveraineté contre une « servitude volontaire » (l'expression est de La Boétie, 1576).

    Voilà pourquoi les hommes politiques français et le président lui-même n’arrivent plus à se faire entendre. L’hôte de l’Élysée n’a pas plus de pouvoirs qu’un maire de village : il distribue des aides et des permis ; il augmente les taxes ici, les diminue là ; il « fait du social » ou du « sociétal » et place ses hommes aux postes-clé pour affermir son autorité et assurer sa réélection... Ne soyons pas surpris que Gérard Collomb ait lâché le ministère de l'Intérieur pour sa mairie de Lyon, chose qui ne se serait pas vue au siècle précédent quand la France était encore la France, un État souverain et partout respecté.

    Cette servitude est-elle sans appel ? Disons-nous que la « Grande Nation » dispose encore d’un atout majeur : à la différence de la Grèce (pauvre) ou du Royaume-Uni (marginal), elle occupe une position centrale dans l’Union européenne. Sans elle, l'Union disparaît. Si le président français agitait la menace d’un référendum sur le Frexit (sortie de l’Union européenne), les autres dirigeants européens seraient bien obligés de l’écouter avec respect et d'envisager avec lui, pourquoi pas ? une Realpolitikrespectueuse des intérêts de tous les Européens.


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 24410
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Caton l'Ancien le Jeu 01 Nov 2018, 15:23

    Gérard Collomb sur l'insécurité et l'immigration : “D'ici à cinq ans, la situation pourrait devenir irréversible”
    Par Tugdual Denis Louis de Raguenel
    Publié le 31/10/2018 à 14:46


    Il y a quelques mois, le ministre de l’Intérieur à l'époque confiait avec gravité à Valeurs actuelles ses préoccupations concernant l’hyperviolence de la société française.
    Chapô premium

    Nous sommes le 13 février 2018. En cette journée d'hiver, il grêle. Triste temps pour accompagner Gérard Collomb en déplacement à Orléans. Mais existe-t-il une météo favorable pour évoquer l'hyperviolence de la société française ? Dans une antichambre de la préfecture du Loiret, le ministre de l'Intérieur se confie en toute gravité à Valeurs actuelles . Initialement venu pour vanter la nouvelle police de sécurité du quotidien, il se livre, après la parole publique, à un tête-à-tête qui se veut plus personnel. Plus libre.

    « Au fond du fond, demande-t-on, comment jugez-vous la situation sécuritaire en France ?

    - C'est très inquiétant. Ce que je lis tous les matins dans les notes de police reflète une situation très pessimiste. Les rapports entre les gens sont très durs, les gens ne veulent pas vivre ensemble…

    - Quelle est la part de responsabilité de l'immigration ?

    - Énorme. C'est pour ça ....

    Cet article est réservé aux abonnés!

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 24410
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Caton l'Ancien le Jeu 01 Nov 2018, 15:26

    Commentaire de l'article ci-dessus dans Marianne


    Gérard Collomb se lâche dans "Valeurs actuelles" sur le vivre-ensemble et l'immigration
    Par Magazine Marianne
    Publié le 31/10/2018 à 10:40
    L'hebdomadaire de la droite dure rapporte une conversation "off" avec l'ex-ministre de l'Intérieur, tenue lorsqu'il était encore en poste place Beauvau. Gérard Collomb y parle à coeur ouvert, jugeant qu'il reste "peu de temps" avant une "sécession" entre communautés...

    Le 3 octobre dernier, sur le perron de l'hôtel Beauvau, Gérard Collomb prononce son discours de sortie : après une année et demi au gouvernement, il quitte son poste de ministre de l'Intérieur pour briguer à nouveau la mairie de Lyon. L'air grave, le septuagénaire lâche alors une phrase en guise d'alerte solennelle sur la situation des quartiers, où "la loi du plus fort" s'imposerait devant celle de la République. "Aujourd'hui, on vit côte à côte, je crains que demain on ne vive face à face", lance Gérard Collomb devant un Edouard Philippe stoïque.

    Lire aussi
    De premier soutien de Macron à déserteur du gouvernement : la trahison inouïe de Gérard CollomB

    Souvent polémique en "on", micros ouverts, il semble que l'ancien ministre de l'Intérieur se montrait encore plus offensif en "off", lors de ces conversations informelles avec les journalistes qui ne sont pas censées se retrouver couchées sur le papier. Dans son dernier numéro, à paraître ce jeudi 1er novembre, l'hebdomadaire très droitier Valeurs Actuelles choisit de dévoiler un dialogue "off", dans le cadre d'un dossier sur "l'intensification de la brutalité de notre société". Un journaliste du magazine affirme s'être entretenu en tête-à-tête avec Gérard Collomb le 13 février dernier, dans "une antichambre de la préfecture du Loiret". La conversation s'oriente vite vers "la situation sécuritaire en France".

    Les rapports entre les gens sont très durs, les gens ne veulent pas vivre ensemble...
    Gérard CollombEx-ministre de l'Intérieur

    Celui qui était alors ministre de l'Intérieur ne prend pas de gants, d'après les propos rapportés par nos confrères : "C'est très inquiétant. Ce que je lis tous les matins dans les notes de police reflète une situation très pessimiste. Les rapports entre les gens sont très durs, les gens ne veulent pas vivre ensemble..." Le réflexe du journaliste Valeurs Actuelles est immédiat : "Quelle est la part de responsabilité de l'immigration ?" "Enorme, lui répond Collomb. C'est pour ça qu'avec Emmanuel Macron nous avons voulu faire changer la loi". L'ancien socialiste fait ici référence à la loi Asile-immigration, qui a créé des remous jusque dans la majorité macroniste, dont une partie la jugeait trop répressive. Le journaliste de Valeurs lui reproche plutôt de ne s'attaquer "qu'à l'immigration illégale", alors que "la légale permet de faire entrer plus de 200.000 personnes sur le territoire chaque année"."On fait étape par étape. Mais ça reste un problème...", lui rétorque alors Gérard Collomb, décidément plus radical en privé qu'en public sur le sujet.
    Cinq ans pour "éviter le pire" d'après Gérard Collomb

    Le reporter pousse son avantage, demandant au ministre s'il estime "qu'on n'a plus besoin d'immigration en France". Réponse positive de Gérard Collomb, qui décrit un "vivre-ensemble" fortement endommagé : "Des communautés en France s'affrontent de plus en plus et ça devient très violent..." Lorsque son interlocuteur l'interroge pour savoir s'il craint "une partition" ou "une sécession", le ministre admet que "c'est ce qui [le] préoccupe", sans étayer davantage. Combien de temps "avant qu'il ne soit trop tard", s'enquiert le journaliste de Valeurs Actuelles ? "C'est difficile à estimer, mais je dirais que, d'ici à cinq ans, la situation pourrait devenir irréversible, estime Gérard Collomb sans étayer son estimation. Oui, on a cinq, six ans, pour éviter le pire. Après..."Si certains trouvaient l'ancien ministre trop clivant lorsqu'il était en place à l'Intérieur, il faut savoir qu'il retenait ses coups !

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    Cousin Hubert
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 12445
    Age : 48
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Cousin Hubert le Jeu 01 Nov 2018, 15:59

    "C'est difficile à estimer, mais je dirais que, d'ici à cinq ans, la situation pourrait devenir irréversible, estime Gérard Collomb sans étayer son estimation. Oui, on a cinq, six ans, pour éviter le pire. Après..."
    _________________________________________

    Après ?
    Et après, c'est la guerre ethnico-religieuse !
    Je ne m'avancerai pas sur une échéance de 5 à 6 ans, mais si on cumule la convergence des problèmes, c'est inévitable.


    _________________
    La langue de la République est le français. L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.

    Contenu sponsorisé

    Re: Crise : le moment décisif approche - Michel Drac

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 13 Nov 2018, 04:44