Qui est en ligne ?

Il y a en tout 0 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 0 Invité :: 1 Moteur de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 64 le Sam 08 Juil 2017, 12:11

Derniers sujets

Décembre 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Navigation

Partenaires

forum gratuit
Tchat Blablaland

    LES "SUISSES" LAVENT PLUS BLANC ...

    Partagez

    FLANDRE
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 2156
    Age : 72
    Localisation : BASSE-NORMANDIE
    Loisirs : HERALDIQUE
    Date d'inscription : 15/12/2009

    LES "SUISSES" LAVENT PLUS BLANC ...

    Message par FLANDRE le Mer 17 Oct 2012, 16:00


    L'affaire de blanchiment d'argent qui secoue la politique française et la finance suisse depuis ce weekend pourrait être la plus importante jamais mise à jour par les polices tricolore et helvétique. Mais comment la "lessiveuse" fonctionnait-elle? Qui sont les frères Elmaleh, pivots du circuit ? Décryptage.

    FRAUDE - 40 millions d'euros auraient été blanchis par la fratrie El-Maleh depuis mai 2012.

    REUTERS/Stefano Rellandini

    L'affaire de blanchiment d'argent qui secoue la politique française et la finance suisse depuis ce week-end pourrait être la plus importante jamais mise à jour par les polices tricolores et helvétiques. 19 personnes ont été mises en examen, dont l'adjointe EELV au maire de Paris, Florence Lamblin. Comment le circuit fonctionnait-il ? Quel rôle la fratrie Elmaleh a-t-elle joué dans l'affaire ? L'Expansion.com fait le point.
    Comment fonctionnait le circuit?
    Les recettes en espèces des ventes de cannabis étaient d'abord centralisées en région parisienne par Mardoché Elmaleh, cadet de trois frères suspectés d'être les cerveaux de la gigantesque lessiveuse. Ce "collecteur" entrait ensuite en contact avec des "cols blancs" (avocats, architectes, commerçants) désireux de rapatrier des fonds placés sur des comptes bancaires en Suisse. Une fois les sommes perçues par les particuliers (moins la commission du "collecteur") qui ignoraient sans doute l'origine de l'argent, leurs comptes étaient débités du montant correspondant dans les établissements transalpins. L'argent était ensuite transféré vers une société de gestion de fortune implantée à Genève, la GPF S.A, administrée par le frère aîné de Mardoché, Meyer Elmaleh.
    Dernier maillon de la chaîne, le troisième frère Elmaleh, Nessim, travaillait au sein de la succursale genevoise de la banque HSBC. Selon le quotidien suisse Le Matin, il aurait profité de sa position au sein de l'établissement pour ouvrir des comptes à l'étranger, en Angleterre notamment, sur lesquels aurait été déposées une partie des sommes blanchies. Une autre partie aurait pu être investie dans des biens immobiliers au Maroc, en Espagne ou à Dubaï.
    A combien s'élève la fraude?
    En France, plus d'un million d'euros en espèces ont été saisis ainsi que deux photos d'art d'une valeur d'un million d'euros, six lingots d'or, des pistolets automatiques, des gilets pare-balles et des machines à compter les billets. En Suisse, les enquêteurs ont mis la main sur un million de francs suisses, 160 montres de collection d'une valeur de deux à trois millions de francs suisses et "une quantité importante de bijoux de luxe".
    Au total, la fratrie Elmaleh est suspectée d'avoir "lessivé" près de 12 millions d'euros d'argent sale entre mai et octobre 2012, générés par la vente de 8 tonnes de cannabis, soit une valeur marchande de 40 millions d'euros. Pour ce faire, les trois frères auraient reçu des narcotrafiquants une commission s'élevant à 8% du total, selon une information avancée par le parquet de Paris.
    D'après le quotidien suisse Le Temps, l'administrateur délégué de la GPF, Meyer Elmaleh, aurait démenti lundi avoir connaissance d'un quelconque réseau de stupéfiants. Il aurait assuré avoir récolté les sommes transmises à ses clients parisiens auprès de communautés israélites françaises (par le truchement de Mardoché), dans le but de subventionner des écoles religieuses.
    Comment a-t-elle été détectée?
    Le pistage de l'argent sale est très complexe. Les banques s'échangent en permanence des créances qu'elles comptabilisent en recensant les titres émis par leurs clients (chèques, ordres de virement, effets de commerce, etc.). Exemple : le client d'une banque A signe un chèque de 100 euros au client d'une banque B, et ce dernier passe à sa banque un ordre de virement de 50 euros vers le client A. Il en résulte le croisement de deux sommes d'argent, appelé "mécanisme de compensation". A l'échelle de deux établissements, ce mécanisme peut être appréhendé facilement, mais la multiplicité et la fréquence des flux financiers à l'échelle de tout un système rend très complexe le pistage de l' argent "sale".
    La police remontait depuis février la piste de certaines navettes "go fast" qui acheminent la drogue du Maroc jusqu'à Paris, via l'Espagne. Progressivement, grâce à des filatures et écoutes téléphonique, les hommes de l'Office centrale de répression des traffic illicite et de l'Office centrale de la répression de la grande délinquance financière ont établi une liste des collecteurs intermédiaires, qui ont fini par les mener jusqu'à Mardoché Elmaleh, puis la société écran de la fratrie.
    L'affaire a d'autant plus surpris le monde financier que l'entreprise impliquée, la GPF S.A, jouissait jusqu'à présent d'une excellente réputation sur la place financière genevoise. Crée en 1977 par le beau-père de Meyer Elmaleh, Ernest Sasson, la société avait depuis 35 ans pignon sur rue, tout comme la famille Sasson, par ailleurs très impliqué dans la vie sociale et culturelle de la ville. La femme de Meyer Elmaleh et administratrice de la société, Carole Sasson, ainsi que le vice-président Ernest Sasson n'ont pas encore été cité dans cette affaire. Coup dur également pour la place financière suisse, qui tente depuis plusieurs années d'édulcorer son image de "paradis fiscal" défendant mordicus son secret bancaire.

    Les frères El Maleh ne risquent pas grand chose. Comme leurs collègues du Sentier ils iront se réfugier en Israël ...

      La date/heure actuelle est Lun 18 Déc 2017, 23:23