LIBRE EXPRESSION

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 64 le Sam 08 Juil 2017, 12:11

Derniers sujets

» Crise : le moment décisif approche - Michel Drac
Economie en FRANCE - Page 2 EmptyAujourd'hui à 22:46 par Cousin Hubert

» Numismatique et l'OR
Economie en FRANCE - Page 2 EmptyAujourd'hui à 21:53 par Cousin Hubert

» Ce n'est qu'une Eglise !
Economie en FRANCE - Page 2 EmptyHier à 21:58 par Cousin Hubert

» Discrimination anti-Français de souche
Economie en FRANCE - Page 2 EmptyDim 21 Avr 2019, 20:48 par Cousin Hubert

» Anne Hidalgo
Economie en FRANCE - Page 2 EmptyDim 14 Avr 2019, 12:10 par Cousin Hubert

» Gens du pillage, roms, gitans...
Economie en FRANCE - Page 2 EmptyDim 14 Avr 2019, 10:46 par Cousin Hubert

» Marseille
Economie en FRANCE - Page 2 EmptyDim 14 Avr 2019, 10:35 par Cousin Hubert

» PARIS, Ville des Lumières.......
Economie en FRANCE - Page 2 EmptySam 13 Avr 2019, 11:14 par Cousin Hubert

» Grand Remplacement
Economie en FRANCE - Page 2 EmptyMer 10 Avr 2019, 23:01 par Cousin Hubert

Avril 2019

LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     

Calendrier Calendrier

Navigation

Partenaires

forum gratuit
Tchat Blablaland

    Economie en FRANCE

    moria
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21191
    Age : 118
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par moria le Dim 02 Déc 2007, 17:05

    Je ne parle pas des mêmes femmes que vous, Caton !

    Je parle des "sapins de Noël" ...:-)
    celles qui ont des bijoux de la tête aux pieds et un vieux mari très riche au bras.
    Caton l'Ancien
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 25309
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Caton l'Ancien le Dim 02 Déc 2007, 18:39

    Alors je ne comprends pas.


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    longin
    longin
    Magnum
    Magnum

    Nombre de messages : 1834
    Age : 58
    Localisation : Vichy
    Date d'inscription : 13/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par longin le Dim 02 Déc 2007, 19:10

    moria a écrit:Je ne parle pas des mêmes femmes que vous, Caton !

    Je parle des "sapins de Noël" ...:-)
    celles qui ont des bijoux de la tête aux pieds et un vieux mari très riche au bras.

    Des saoudiens ?
    moria
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21191
    Age : 118
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par moria le Dim 02 Déc 2007, 19:22

    Caton l'Ancien a écrit:Alors je ne comprends pas.
    Allons, vous savez bien que certaines femmes sont capables d'être les maitresses de vieux riches cochons !!

    Je pousse un peu pour enlever les toiles d'araignées de vos yeux..... :-))




    Des saoudiens ? questionne Longin
    j'en sais rien mais pourquoi pas aussi : ils sont riches souvent et ils adorent les jeunes...... vous le savez bien.

    Il y en a même qui sont pédophiles.....mais on n'est plus dans la catégorie des "sapins de Noël"


    PS : ma définition
    Un sapin de noël déguisé en femme c 'est une femme bijoutée de toutes parts, de la tête au pieds, souvent sans
    aucun gôut mais pour l'apparence de richesse.
    Scaramouche
    Scaramouche
    Magnum
    Magnum

    Nombre de messages : 1898
    Date d'inscription : 07/04/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Scaramouche le Dim 02 Déc 2007, 19:27

    J'espère que vous avez regardé ou regarderez ce soir l(émission Zone Interdite sur la 6 et vous aurez ainsi une faible idée de ce que j'entends très régulièrement.
    Quant à l'histoire de la minette qui reçoit en cadeau les bijoux et effets de la précédente femme et qui maintenant se voir maintenue dans les lieux et plus protégée que les enfants ce n'est pas mal non plus. Beaucoup d'enfants se trouvent dépossédés par une femme qui a leur âge et s'ils ne refusent pas l'héritage ils continuent de payer les charges pour une maison ou un logement dont ils n'ont pas la jouïssance.
    C'était de l'humour caton, en douteriez-vous ?

    Dans un autre ordre d'idée mais toujours en économie, le cher Dassault propriétaire deu Figaro délocalise.
    Comment en serait-il autrement avec l'airbus vendu en dollars?
    Mais si notre Zorro compte sur ses copains industriels et grands patrons pour comme il dit "jouer le jeu" et augmenter les salaires, il croit au père Noël et c'est encore plus grave.
    Toby
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Toby le Jeu 11 Mar 2010, 18:03

    Le masque grec

    Article rédigé par Jean-Philippe Delsol le 03 Mar 2010



    La Grèce est au cœur de la tourmente, non seulement parce qu’elle connaît, comme d’autres pays, des déficits abyssaux de ses comptes publics, mais aussi et peut-être surtout parce qu’elle est accusée d’avoir triché. Analyse de Jean-Philippe Delsol.
    Certes l’Etat grec, comme beaucoup d’autres, a utilisé des techniques financières sophistiquées pour améliorer la présentation de ses comptes, et la vigilance des autorités européennes et des agences de notation, une fois de plus, a été prise en défaut.
    Mais c’est bien le dérapage des dépenses publiques qui a été à l’origine de la crise, et les pays de l’Euroland qui s’érigent en juges sévères (mais volent au secours de l’accusé) prennent le masque de la vertu, alors que leur dette a connu une progression déraisonnable. Le FMI les rappelle à leurs propres obligations : ils doivent réduire leurs dépenses, et cesser de gaspiller l’argent public

    Le jeu financier

    La dette publique grecque est donc sous enquête pour avoir, semble-t-il, fait l’objet de swaps de devises qui en auraient réduit artificiellement le montant. La banque Américaine Goldman Sachs est dans le collimateur de la FED pour s’être livrée à des opérations de swap. En principe, il n’y a rien d’artificiel ni rien d’irrégulier à ce jeu financier. Les swaps sont des échanges qui peuvent porter sur des taux d’intérêt, des devises ou autres. Un créancier qui détient une créance de 10 millions d’euros remboursable en 10 ans au taux de 3% l’an peut trouver à l’échanger contre une créance de 8 millions d’euros remboursable en 5 ans au taux de 8% l’an. Un créancier qui détient une créance de 10 millions d’euros sur une banque islandaise, en péril, peut trouver à l’échanger contre une créance de 5 millions d’euros au même taux et de même durée sur la BNP. Dans chaque cas, il s’agit du libre jeu des acteurs financiers, selon leur choix et le risque qu’ils sont prêts à prendre. Il en va de même en matière de swaps de devises : certains créanciers seraient sans doute heureux d’échanger une créance de plusieurs trillons de dollars du Zimbabwe contre une créance de quelques millions d’euros sur la Grèce et celle-ci a pu proposer a ses créanciers de leur rembourser moins d’argent mais à des taux, des durées et dans des devises préférées par eux.
    Il n’est pas certain que la Grèce ait gagné globalement à ce jeu, mais avec la complicité de Godman Sachs, elle a ainsi amélioré la présentation de ses comptes, et c’est ce qui lui est reproché. Pourtant ce gain a été marginal. Les transactions incriminées, réalisées en 2001, auraient abaissé la dette grecque de 2,367 milliards d’euros, faisant passer celle-ci de 105,3 à 103,7% du PIB sur la période concernée. Après tout, ce fut son choix, et si la configuration nouvelle de cette dette devait faire supporter au budget grec un fardeau plus lourd, les agences de notation auraient dû le prendre en compte.

    Les Européens malades de la dette

    La vérité est sans doute que si la Grèce a eu recours à ces techniques financières et, à tort, les a partiellement occultées, c’est d’abord parce qu’elle s’est largement affranchie des règles de Maastricht. Elle n’a pas respecté la fameuse (mais déjà généreuse) limitation du montant total de la dette à 60% du PIB. Est-elle la seule dans ce cas ? Sans doute la Grèce a-t-elle été l’un des plus mauvais élèves de la classe européenne : la première à déraper, et la plus audacieuse dans ses dérapages. Mais le gros du peloton européen est dans le même cas aujourd’hui.
    La vérité est donc surtout que la Grèce, comme tant d’autres pays dans le monde, a emprunté sans compter, pendant trop longtemps, parce qu’elle a trop dépensé. Et c’est le marché financier international, c'est-à-dire la communauté des prêteurs potentiels du monde entier, qui est venu sanctionner ses incartades en augmentant les taux d’intérêt requis pour de nouveaux emprunts. Ce n’est pas l’autorité européenne, si sévère dans son jugement aujourd’hui, qui a rappelé les Grecs à ses devoirs. Bien au contraire voilà des années que l’on ferme les yeux à Bruxelles sur les débordements d’Athènes. Et ce que font aujourd’hui les partenaires européens c’est tenter d’atténuer la sanction du marché – au prix d’un tour de passe-passe qui vaut bien celui de Goldman Sachs !
    Dès lors, le remède n’est pas d’accroître plus encore des règlementations européennes déjà incapables de contrôler la dette des Etats, mais bien plutôt de réduire les charges publiques. C’est d’ailleurs, pour une fois, la bonne recommandation du FMI. Constatant que les dettes publiques mondiales vont passer de 60% des produits intérieurs bruts en 2007 à 109% en 2014, il préconise dans une note du 23 février dernier de revenir au ratio de 60% en... 2020, en supprimant les mesures de soutien (1,5% du PIB) et en procédant à une réduction drastique des dépenses publiques ou pour le moins à leur stabilisation s’agissant de la santé et des retraites. Certes le FMI considère d’autre part une hausse des impôts comme inévitable, ce qui est contraire aux principes d’une politique de l’offre, pourtant indispensable à une reprise vigoureuse. Mais il est toutefois rassurant de voir les Keynésiens du FMI, Olivier Blanchard en tête, prendre enfin conscience du problème des dépenses publiques.

    Gaspillage de l’argent public

    L’existence de l’euro comme monnaie unique empêche les dévaluations et elle aura peut-être comme mérite de contraindre les Etats de l’Euroland à s’auto-discipliner. Il faudra alors qu’ils reconnaissent que le seul moyen de réduire les dépenses, c’est de rendre aux citoyens la liberté et la responsabilité de se procurer ces fameux « biens publics » qui n’en sont pas, puisque la plupart d’entre eux sont des biens susceptibles d’être offerts sur un marché par des entreprises privées.
    C’est vrai pour les retraites que les systèmes de capitalisation peuvent rendre à la responsabilité de chacun.
    C’est vrai pour la santé, dont la couverture devrait être laissée à la liberté de chaque foyer auprès d’assureurs privés. Sur ce dernier point, les projets de réforme Obama ne vont pas dans le bon sens, puisqu’ils introduisent des interventions de l’administration publique (au niveau fédéral ou des Etats ?) dans un marché des assurances aujourd’hui coûteux mais ouvert. Les électeurs américains, un instant abusés par le candidat Obama, semblent désormais s’en aviser.
    C’est vrai pour tout ou presque. Dans un petit ouvrage remarquablement bien fait, Contribuables Associés vient, sous le titre du « Livre noir des gaspillages de l’argent public », de donner par dizaines des exemples de dépenses publiques inutiles ou excessives et notamment de souligner combien les organismes publics sont prodigues, alors que les entreprises privées sont économes. La Cour des comptes a relevé dans son rapport d’octobre 2009 sur France Télévisions que cette entreprise publique avait 11000 salariés, contre 3800 à TF1, la masse salariale représentant 30% du chiffre d’affaires du groupe public, contre 16% à TF1.

    La fin de l’Etat providence ?

    L’acuité du problème est la même partout, mais partout aussi il ne reçoit pas l’attention qu’il mérite. A cet égard, ce qui vient de se dérouler en Allemagne, et la crise politique qui en découle, sont assez révélateurs.
    En annulant la réforme Hartz IV introduite en 2004 par l’ancien chancelier Gerhard Schröder pour pousser les chômeurs à reprendre le travail en limitant leurs indemnités, la Cour constitutionnelle allemande n’a pas pris la mesure de la situation. Cette décision va obliger le gouvernement à relever les minimums sociaux : charge supplémentaire pour le budget, et nouveau pas en avant dans la redistribution.
    Le ministre des Affaires étrangères et vice-chancelier libéral, Guido Westerwelle, n’a donc pas eu tort de comparer l’État providence allemand à la Rome de la « décadence » « Comme si c’était un réflexe pavlovien, on dit que désormais il ne peut plus y avoir d’allégements fiscaux pour les citoyens, parce que l’argent doit être utilisé pour augmenter les prestations sociales », s’est emporté le ministre libéral, qui va même jusqu’à proposer la suppression du système Hartz IV par la simple garantie d’un « revenu citoyen », moins coûteux et moins généreux. Dans le domaine de la santé, le FDP (Partis libéral démocrate) souhaite aussi introduire des cotisations fixes, indépendantes des revenus des salariés. Il souhaite, en clair, en revenir à un système d’assurance plutôt qu’à un système de redistribution coûteux, illisible et déresponsabilisant. Mais le Président du FDP a recueilli contre lui l’unanimité du monde politiquement correct, et une crise est ouverte au sein de la coalition CDU-FDP.
    Incontestablement, en Allemagne, la classe politique ne veut pas décrocher de la philosophie de l’Etat Providence, qui est à l’origine de tous les dérèglements des finances publiques, en particulier au sein de l’Euroland. Comme les animaux malades de la peste, « ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient atteints », mais c’est finalement sur « ce pelé, ce galeux d’où venaient tous leurs maux » que l’on s’acharne.
    Le masque que la Grèce a jeté indûment sur ses finances publiques permet de désigner et stigmatiser un bouc émissaire ; il sert aux autres Etats européens à masquer leurs propres problèmes. Il y a encore beaucoup de travail à faire pour convaincre les citoyens qu’ils ont intérêt à gérer leurs affaires plutôt que de les laisser entre les mains des Etats dispendieux, dont les largesses sont incontrôlées.
    Toby
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Toby le Dim 09 Mai 2010, 08:12

    Le Rapport sur la faillite de l’Islande met en cause l’Etat et ses dirigeants

    Article rédigé par Nicolas Lecaussin le 05 May 2010






    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    On le surnomme le « Rapport Vérité ». Passé presque inaperçu en France, le Rapport sur les causes de la crise en Islande ne dénonce pas « l’ultralibéralisme sauvage » mais les connivences entre l’Etat et les banques ainsi que l’inconscience des dirigeants politiques. Mise au point de Nicolas Lecaussin, directeur du développement de l’IREF.
    Le Rapport devait être publié en novembre 2009. Dans ce document de 2 000 pages, finalement publié lundi 12 avril, on parle notamment de l'"extrême négligence" de l'ancien premier ministre conservateur, Geir Haarde et de celle de l'ex-gouverneur de la banque centrale, David Oddsson, ancien chef du gouvernement. Les deux auraient caché des informations cruciales au reste du gouvernement sur la crise que traversaient les banques.
    Ainsi, leur silence aurait-il participé à l'effondrement du système financier islandais et de l'économie du pays, suite à la chute à l'automne 2008 des trois plus grandes banques du pays, alors lourdement endettées. Selon ce rapport le problème est que les banques islandaises sont devenues trop grandes, trop vite. En quelques années, la taille des grandes banques islandaises a été multipliée par vingt. Ajoutés les uns aux autres, les bilans des trois plus grands établissements valaient dix fois le PIB de l'Islande ! Le rapport retrace l'histoire de l'effondrement, tout en analysant les faiblesses du système politique islandais en expliquant comment la société a été trompée par les promesses gouvernementales. Les auteurs ont auditionné 147 témoins et ont bénéficié d'une suspension du secret bancaire.
    Manipulation des taux d’intérêt, octroi des crédits à l’aveuglette…
    L'histoire commence en 2003 lorsque les encours des modestes banques islandaises vont être multipliés par 20 en sept ans. Leur dette à court terme devient rapidement quinze fois supérieure aux réserves de la banque centrale, dirigée par M. Oddsson. Les banques, libres de toutes contraintes, investissent à tout va à l'étranger, empruntant à des taux très bas sur le marché asiatique et prêtant à des entrepreneurs, qui sont le plus souvent les propriétaires de ces mêmes banques, jusqu'à 11 fois le montant du produit intérieur brut (PIB) islandais.
    La Banque centrale joue avec les taux d’intérêt qui baissent alors qu'il aurait fallu les relever. Fierté du gouvernement : les jeunes couples peuvent obtenir un prêt à 100% sans apport personnel pour acheter leur premier logement ! Les prix de l'immobilier s'emballent... Pour obtenir un crédit il suffit de revaloriser l'hypothèque de son bien immobilier. Ces méthodes rappellent les subprimes, le système américain d’accès au crédit immobilier…
    Finalement, le système s’emballe et tout explose. A la suite de l'effondrement de son système bancaire, le pays a dû faire appel au Fonds monétaire international (FMI). Il a subi une récession de 8,5% en 2009. La couronne islandaise a perdu la moitié de sa valeur face à l'euro, l'inflation s'est envolée et les salaires ont été gelés. Le niveau de vie a diminué environ de moitié, et le chômage a fait son apparition. Ce Rapport devrait être lu par nos « spécialistes » et autres politiques qui se sont précipités pour accuser le marché et le libéralisme « débridé » comme étant à l’origine de la crise.
    Scaramouche
    Scaramouche
    Magnum
    Magnum

    Nombre de messages : 1898
    Date d'inscription : 07/04/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Scaramouche le Dim 09 Mai 2010, 09:58

    L'origine de la crise qui nous touche , et tout le monde le sait c'est le capitalisme débridé des USA qui a éclaté avec le scandale des subprimes . Si la plupart des économistes en reviennent partout aux idées de Keynes ce n'est pas pour rien.

    Le problème Grec est aussi ailleurs: mauvaise gestion, embrouilles permanentes avec occultation des vrais comptes, et pas de rentrées fiscales. Pas la peine d'en faire quatre pages...chacun y va de sa petite explication qui l'arrange mais le résultat est le même et nous dépendons tout autant des banques. ( cf explications détaillées dans C dans l'Air sur la 5 à voir et revoir sur vos ordis)
    Quant aux "spéculateurs" avec lesquels nous endort notre président qui bien sûr va y remettre bon ordre (atttention voilà Zorro) ils existent et ont éxistés de tous temps cela consiste à acheter quand ça baisse et à vendre quand la Bourse monte ..ce qui est le principe même des échanges boursiers. Ne pas confondre avec "délits d'initiés" évidémment.mais il faut dire que le côté populiste du mot "spéculateur" couvre tout et personne .. et c'est très "électoral"
    Quant au libéralisme qui laisse de côté une partie de la population c'est tout aussi injouable que le communisme qui veut tout partager , chacun plaidant pour sa paroissse suivant qu'on est d'un côté ou de l'autre, avec le problème en suspens que les riches d'aujourd'hui peuvent être aussi les pauvres de demain...
    Alors pour faire très simple : tous ces rapports bien construits où chacun y va de sa politique ne changeront rien :

    primo au fait qu'une société a besoin d'équilibre et que le "Tout social" ou "le Tout capitaliste" (après essais divers chez les uns ou les autres) a montré ses lacunes et ne fonctionne pas ; mais au contraire qu'une dose de l'un et de l'autre va dans ce qu'on appelle "le bon sens"
    .et secundo qu'on va vers la rigueur qu'on le veuille ou non.
    moria
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21191
    Age : 118
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par moria le Dim 09 Mai 2010, 10:59

    A l'approche de 2012, bien des choses vont changer et nous reviendrons au troc pour éviter les charrettes de billets pour acheter une baguette de pain.
    Toby
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Toby le Dim 09 Mai 2010, 11:36

    Scaramouche a écrit:L'origine de la crise qui nous touche , et tout le monde le sait c'est le capitalisme débridé des USA ...

    Non, pas "tout le monde" , le rapport ci-dessus vous dit différemment!
    Scaramouche
    Scaramouche
    Magnum
    Magnum

    Nombre de messages : 1898
    Date d'inscription : 07/04/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Scaramouche le Dim 09 Mai 2010, 15:30

    On trouve partout tout et son contraire, il y a autant ou presque de gens qui croient en Dieu que de gens qui ne croient pas et on remet même en question la création et l'évolution des espèces. Pourquoi -pas ?
    Je voudrai bien savoir comment le rapport entre les états et les banques n'a rien à voir avec le libéralisme puisque le principe même du libéralisme c'est d'octroyer des prêts à l'aveugle sans autre garantie que la reprise immédiate du bien. ?
    Si je comprends bien les islandais ont joué les sub-primes comme les américains .

    Ce qui fait que nous avons été partiellement protégé c'est bien notre système social avec les protections et exigeances en cas d'emprunt.
    Scaramouche
    Scaramouche
    Magnum
    Magnum

    Nombre de messages : 1898
    Date d'inscription : 07/04/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Scaramouche le Mar 11 Mai 2010, 11:16

    Obama qui a senti le vent de la tempête européenne est intervenu auprès d'Angela Merkel et nous voilà entraînés dans un plan de relance encore plus important que celui accordé aux banques. Le danger est que ces fonds disparaîssent pour nous replonger dans la même situation à plus ou moins long terme.
    Pour les américains ; La vraie question n'est pas de savoir si l'Europe fait appel à des plans de relance keynésiens suffisamment agressifs, mais bien de savoir si elle parviendra à réaliser une réforme profonde de son économie alors que s'atténuera la crise. Si l'Europe maintient un marché de l'emploi plus flexible, si ses marchés financiers sont régulés de manière plus paneuropéenne, en restant ouverts aux échanges, la courbe de croissance pourrait bien reprendre à la hausse dès la fin de la crise. Si les pays européens adoptent une politique protectionniste, avec une Allemagne qui encourage ses citoyens à préférer les voitures allemandes ou un gouvernement français obligeant son industrie automobile à maintenir en fonctionnement des usines qui ne sont plus productives, etc., on peut en effet s'attendre à ce que la paralysie perdure encore pendant une dizaine d'années.

    Les économistes américains, ne détiennent pas la vérité, ils cherchent en premier à sauver ou plutôt réguler leur système libéral capitaliste tandis que nous avons en plus un problème politique européen de gestion financière des états ce qui complique les choses.
    cilette
    cilette
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 4185
    Age : 77
    Localisation : Lorraine
    Loisirs : musique - politique - cuisine - associations
    Date d'inscription : 15/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par cilette le Mar 11 Mai 2010, 12:39

    Scaramouche a écrit:Obama qui a senti le vent de la tempête européenne est intervenu auprès d'Angela Merkel et nous voilà entraînés dans un plan de relance encore plus important que celui accordé aux banques. Le danger est que ces fonds disparaîssent pour nous replonger dans la même situation à plus ou moins long terme.
    Pour les américains ; La vraie question n'est pas de savoir si l'Europe fait appel à des plans de relance keynésiens suffisamment agressifs, mais bien de savoir si elle parviendra à réaliser une réforme profonde de son économie alors que s'atténuera la crise. Si l'Europe maintient un marché de l'emploi plus flexible, si ses marchés financiers sont régulés de manière plus paneuropéenne, en restant ouverts aux échanges, la courbe de croissance pourrait bien reprendre à la hausse dès la fin de la crise. Si les pays européens adoptent une politique protectionniste, avec une Allemagne qui encourage ses citoyens à préférer les voitures allemandes ou un gouvernement français obligeant son industrie automobile à maintenir en fonctionnement des usines qui ne sont plus productives, etc., on peut en effet s'attendre à ce que la paralysie perdure encore pendant une dizaine d'années.

    Les économistes américains, ne détiennent pas la vérité, ils cherchent en premier à sauver ou plutôt réguler leur système libéral capitaliste tandis que nous avons en plus un problème politique européen de gestion financière des états ce qui complique les choses.
    Il y a la bourse... hier +++ aujourd'hui --
    Scaramouche
    Scaramouche
    Magnum
    Magnum

    Nombre de messages : 1898
    Date d'inscription : 07/04/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Scaramouche le Mar 11 Mai 2010, 13:10

    cilette a écrit:[quote=".
    Il y a la bourse... hier +++ aujourd'hui --[/quote]



    C'est bien le signe d'une volatilité inquétante, dès que ça monte comme les marchés sont inquiets les gens vendent ..et le soufflé retombe.
    c'est ce qu'on appelle "la spéculation" mais c'est aussi le jeu.La Bourse est notre feuille de température, nous avons tous intérêt à ce que le CAC soit stable et se porte bien.
    Nous ne devrions pas chanter l'hymne à la joie avant longtemps et malgré le sourire à l'américaine de madame Lagarde cette situation très grave qui touche chacun de nous reste actuellement l'événement majeur. Si l'Allemagne et la France continuent une politique sournoisement ego-protectionniste nous n'en sortirons pas.
    avatar
    Etienne Charles
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 2170
    Age : 76
    Localisation : ligny le ribault 45240 loiret
    Date d'inscription : 04/08/2009

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Etienne Charles le Mar 11 Mai 2010, 14:06

    Turbulence, turbulence...partie de poker,....

    -Si "l 'ineffable" M Trichet avait assumé toutes les prérogatives d'un " banquier central" au lieux de " s'empaler sur un dogme Maastrichtien" nous n'en serions pas là.
    -Si depuis Balladur les premiers ministre avaient tenue les cordons de la bourses nous n'en serions pas là.
    L'honorable docteur DSK va consulter sa boule de cristal.....et nous administrer une purge d'autant plus douloureuse que dans notre grande béatitude nous pensons êtres en bonne santé.
    Scaramouche
    Scaramouche
    Magnum
    Magnum

    Nombre de messages : 1898
    Date d'inscription : 07/04/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Scaramouche le Mar 11 Mai 2010, 15:31

    Qui pensait que nous étions en bonne santé ?
    Fillon a pris un état en faillite;. il fallait être un nouveau riche inconscient pour continuer à faire danser l'anse du panier.

    Nous aimons qu'on nous câline alors on nous ment et malheur à ceux qui jouent les Cassandre. ...seulement il y a les "réveils" et ça continue ; il ne faut pas parler de "rigueur" il y a comme ça des mots tabous pour les infantiles aveugles que nous sommes.
    Mitsahne
    Mitsahne
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6235
    Age : 89
    Localisation : altoséquanais
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Mitsahne le Mar 11 Mai 2010, 18:02

    Ces "jeux" de bourse sont artificiels.
    Quand elle est au plus bas, ceux qui ont des liquidités importantes achètent. Ce qui fait remonter la bourse et les mêmes qui ont acheté revendent avec un bon bénéfice, ce qui fait rechuter la bourse et ainsi de suite...
    C'est le paradoxe de l'argent qui ne sert à rien (il n'est ni dépensé ni investi) et qui cependant produit de l'argent sur quelques coups de téléphone. On peut très bien gagner sa vie en dormant...

    Les Français sont les champions de l'épargne.
    celle ci ne dort pas.
    elle est investie.
    (je crois que j'ai fait une fausse manoeuvre mais OUF, le message de Mitshane n'est pas effacé.)




    _________________
    Ne traite pas le crocodile de sale gueule avant d'être complètement sorti du marigot.
    (Alexandre Vialatte).
    [i]Heureux soient les fêlés car ils pourront laisser passer la lumière !

    (Michel Audiard)
    Scaramouche
    Scaramouche
    Magnum
    Magnum

    Nombre de messages : 1898
    Date d'inscription : 07/04/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Scaramouche le Mer 12 Mai 2010, 10:47

    Comment croyez vous que les entreprises fonctionnent si ce n'est pas avec la Bourse et ses actionnaires?
    La Bourse est le nerf de la guerre et le thermomètre économique d'un pays. L'indice de confiance pour les placements étrangers etc etc
    Les gens placent leur argent pour spéculer (le vilain mot!) sinon ils placent à la caisse d'Epargne et là c'est la caisse qui joue pour eux et ils ne gagnent rien. Les banques ou les assurances qui placent votre économie "argent pépère" jouent et spéculent à votre place et vos intermédiaires s'enrichissent . Vous ne croyez quand même pas qu'un centime leur échappe et que votre argent roupille ? avec quoi vous verseraient-ils des bénéfices ?
    On a privatisé le CL après ses gestions catastrophiques (cf Tapie) or les banques ne font pas la charité elles tiennent entièrement notre économie avec la santé de nos entreprises et notre marge de manoeuvre est faible. Les grands discours anti-spéculateurs sont bidons, ou bien on nationalise tout, et le risque est que l'état, donc les citoyens paient pour une mauvaise gestion ou bien on opte pour le libéralisme tout crin et là il ne faut pas s'étonner des débordements.
    L'ennui est c'est là le "hic" c'est que c'est "tout bénéfice" pour les banques car si elles font une mauvaise gestion en étant "privée" l'état qui risque la faillite pour lui et ses citoyens renfloue de la même façon... C'est ce qui s'est passé et qui est parfaitement honteux et on ne voit pas pourquoi cela ne recommencerait pas..
    Est-ce de la spéculation? Non ! c'est du vol de la part des banques qui ne perdent jamais

    Actuellement l'Europe perd de sa souveraineté en ce domaine et nous allons de plus en plus vers une gestion commune puisqu'on est incapable de présenter des comptes exacts et d'avoir la même politique. Les gouvernements français et allemands sont plombés par les élections futures qui empêchent une vraie "rigueur" (ne pas confondre avec "austérité") chacun d'eux ne voulant pas fâcher les électeurs .. l'Angleterre ne va pas mieux et il faut croiser les doigts pour que la Grèce joue le jeu.
    Un fait paradoxal est que l'Amérique auteur de cette crise s'en sort mieux que l'Europe. Question de politique.

    ( cf : Enjeux Les échos Valeurs actuelles The Economist C dans l'air )
    avatar
    Etienne Charles
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 2170
    Age : 76
    Localisation : ligny le ribault 45240 loiret
    Date d'inscription : 04/08/2009

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Etienne Charles le Mer 12 Mai 2010, 14:24

    Question de politique certes mais surtout de puissance de travail.
    Le citoyen américain de base ne peut compter que sur lui même pour s'en sortir..pas d'assistanat .
    Nous en sommes à des années lumière..quand martine Aubry propose le retour des " emplois jeunes"
    silence
    silence
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22007
    Age : 105
    Localisation : Bretagne
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par silence le Mer 12 Mai 2010, 16:42

    Et dans toute l'amérique du sud aussi. Les français sont devenus des enfants gâtés et mal élevés.
    Mitsahne
    Mitsahne
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6235
    Age : 89
    Localisation : altoséquanais
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Mitsahne le Mer 12 Mai 2010, 16:50

    Le retour des emplois jeunes ???

    "Ils" étaient des groupes de quatre ou cinq à se promener en anorak rouge fourni par la maison, devant les grands magasins du Bd. Haussmann...Ils étaient tout juste capables de vous donner l'heure. Bien polis mais ignares...Strictement payés à ne rien faire d'utile...Ca coûte combien à la République des emplois-jeunes ?


    _________________
    Ne traite pas le crocodile de sale gueule avant d'être complètement sorti du marigot.
    (Alexandre Vialatte).
    [i]Heureux soient les fêlés car ils pourront laisser passer la lumière !

    (Michel Audiard)
    moria
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21191
    Age : 118
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par moria le Mer 12 Mai 2010, 18:17

    Les entreprises, prof. libérales and co versent des cotisations pour la formation.

    ce sont les mentalités qu'il faut changer.

    En Allemagne -encore- çà marche très bien et il y a consensus sur cette question !
    Scaramouche
    Scaramouche
    Magnum
    Magnum

    Nombre de messages : 1898
    Date d'inscription : 07/04/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Scaramouche le Jeu 13 Mai 2010, 08:20

    Mitsahne a écrit:Le retour des emplois jeunes ???

    "Ils" étaient des groupes de quatre ou cinq à se promener en anorak rouge fourni par la maison, devant les grands magasins du Bd. Haussmann...Ils étaient tout juste capables de vous donner l'heure. Bien polis mais ignares...Strictement payés à ne rien faire d'utile...Ca coûte combien à la République des emplois-jeunes ?

    Si vous commencez à vous demander où passe l'argent de la république vous allez attraper une migraine.
    Sans doutes vos jeunots faisaient de la "pub". Entre les emplois jeunes ou les payer pour qu'ils fassent de la présence à l'école, même utopie. De toutes façons personne ne sait quoi faire, et ceux qui actuellement croient attendre leur salut de DSK se trompent lourdement , il n'est pas plus fiable , c'est espérer changer un agité contre un léthargique et le bling bling droite pour le bling bling gauche je ne vois aucune différence.
    avatar
    Etienne Charles
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 2170
    Age : 76
    Localisation : ligny le ribault 45240 loiret
    Date d'inscription : 04/08/2009

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Etienne Charles le Jeu 13 Mai 2010, 19:13

    Depuis la " nuit des temps" les dirigeants de tous les états, de tous les empires, de toutes les seigneuries, de tous les partis, de toutes les assos....se sont endettés.
    Donc rien d'original, sauf que ce cancer financier est aujourd'hui rendu public.
    N'oublions pas que "vivre à crédit" fut un crédo des années 70...
    Nos grands argentiers bouffis de certitudes nous ont entraîné dans leur délire...
    La nature a horreur du vide monétaire..l'euro baisse mais l'or remonte.
    Toby
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Toby le Mar 08 Juin 2010, 08:42

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Quand Le Monde encense Milton Friedman

    Article rédigé par Nicolas Lecaussin le 02 Jun 2010






    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Sous la plume du journaliste Pierre-Antoine Delhommais, qui fait toujours preuve d’une louable indépendance d’esprit, le quotidien Le Monde publie une vraie ode à la gloire de « l’ultralibéral » Milton Friedman. Mieux vaut tard que jamais, commente à son tour Nicolas Lecaussin.
    L‘événement – signalé par un lecteur de notre Lettre d’information - est trop important pour ne pas le mentionner. Le quotidien Le Monde a publié dans son numéro du 28-29 mars un article écrit par Pierre-Antoine Delhommais et intitulé « L’euro made in USA ». Voici ce qu’on peut lire : « (…) Friedman mourut en 2006 à 96 ans, sept ans après la naissance de ce projet (l’euro) qu’il jugeait irréalisable. En Europe, dirigeants politiques et monétaires se gaussèrent beaucoup de l’erreur de jugement du prix Nobel d’économie qu’ils attribuèrent à la fois à son grand âge, à son idéologie détestable (libérale et monétariste, l’horreur absolue) et à sa nationalité (américaine). Ils rient beaucoup moins aujourd’hui. Car la crise gravissime que connaît l’union monétaire, Friedman l’avait aussi prédite. Le jour où l’Europe sera confrontée à une grave récession, avait-il expliqué, les rancoeurs et les égoïsmes nationaux ressurgiront, le système de change fixe empêchant tout ajustement à la situation spécifique de chaque pays. L’édifice s’effondrera parce que les pays de la zone n’auront pas l’homogénéité politique, sociale, culturelle et linguistique des Etats américains, parce qu’il n’y aura pas d’Etats-Unis d’Europe. Tout le monde prendra conscience, mais trop tard, qu’il ne peut y avoir d’union monétaire sans union politique, d’euro sans gouvernement européen. (…) Bien sûr, on peut se dire, pour reprendre le cliché habituel, que tout ce qui ne tue pas l’union monétaire, la rend plus forte, que la crise ouvre enfin la voie à un fédéralisme budgétaire. Peut-être. La seule certitude, c’est quand même que Milton Friedman méritait bien son prix Nobel ».
    Certains lecteurs du Monde ont dû être surpris, voire même scandalisés !
    Mitsahne
    Mitsahne
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6235
    Age : 89
    Localisation : altoséquanais
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Mitsahne le Mar 08 Juin 2010, 17:46

    J'avoue que je suis de ceux qui ont désiré, applaudi à l'Euro dans une Europe idéalement unie.

    Mais nous sommes allés beaucoup trop vite. Cette Europe à 27 aujourd'hui est une calamité.
    Craignons que Milton Friedman n'ait eu raison trop tôt. Son Prix Nobel était en tous cas plus mérité que celui attribué Obama.


    _________________
    Ne traite pas le crocodile de sale gueule avant d'être complètement sorti du marigot.
    (Alexandre Vialatte).
    [i]Heureux soient les fêlés car ils pourront laisser passer la lumière !

    (Michel Audiard)
    philiberte
    philiberte
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 18664
    Age : 70
    Localisation : duché de Nevers
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par philiberte le Mer 09 Juin 2010, 11:43

    dans ma naïveté et mon ignorance, je pensais que la monnaie européenne doublerait la monnaie du pays. bref, que chaque pays garderait sa monnaie, tout en ayant une monnaie commune, et très pratique lorsque l'on voyage. l'euro est accepté en Israël, par exemple, aussi bien que le dollar.


    _________________
    Mettez l'étiquette PS à un âne, et dans la Nièvre, il sera élu au premier tour (Montebourg)

    Dans la Nièvre, mettez l'étiquette "gauche" à une poubelle, elle est élue au premier tour (Moi)
    cilette
    cilette
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 4185
    Age : 77
    Localisation : Lorraine
    Loisirs : musique - politique - cuisine - associations
    Date d'inscription : 15/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par cilette le Mer 09 Juin 2010, 13:09

    philiberte a écrit:dans ma naïveté et mon ignorance, je pensais que la monnaie européenne doublerait la monnaie du pays. bref, que chaque pays garderait sa monnaie, tout en ayant une monnaie commune, et très pratique lorsque l'on voyage. l'euro est accepté en Israël, par exemple, aussi bien que le dollar.
    Oui, ça aurait pu se faire mais on voulait une Europe vraie, avec tout en commun... sauf qu'à part l'euro, on n'a rien de commun, que les frontières sont des passoires, que les pays même ceux qui ne sont pas européens entreront sans qu'on puisse dire quoi que ce soit.

    Si j'avais un pouvoir quelconque, je dissoudrais l'Union Européenne qui ne se mèle que de ce qui ne la regarde pas et ne s'occupe absolument jamais des "vrais" problèmes.
    Toby
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Toby le Mer 09 Juin 2010, 15:23

    Abaisser les taux d’intérêt : aucun intérêt !

    Article rédigé par Adrien Foulon le 02 Jun 2010






    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Considérée comme remède miracle et instrument de relance, la baisse des taux d’intérêt est en réalité nocive à la croissance, et ne débouche que sur l’inflation. Cette découverte de l’économie autrichienne est opportunément rappelée par le jeune économiste Adrien Foulon, chercheur à l’IREF
    Si l’unification monétaire intervenue par la mise en place d’un monopole d’émission (confié à la BCE) était une chose aberrante pour beaucoup d’économistes compétents, l’objectif de stabilité des prix a été relativement atteint durant ses premières années d’existence. On pensait que la volonté d’éviter toute expansion de crédit trop importante pouvait durer. Mais c’était sans compter sur les circonstances exceptionnelles (bien que parfaitement prévisibles !) qu’a constitué la crise. La BCE, en réponse à l’inquiétude des marchés, a emboité le pas à la FED : politique de taux bas, proches de 0% de nominal donc négatifs en termes réels. Cette politique devait permettre aux banques de second rang de se servir en liquidités gratuites auprès des banques centrales, et par là-même de créer une inondation de crédit. Certes les non-économistes peuvent intuitivement penser que le crédit bon marché stimule la croissance en accroissant la demande globale (les ménages prennent des crédits pour consommer et les entreprises s’endettent pour investir), mais les économistes compétents quant à eux savent depuis longtemps les dangers de telles manipulations.

    ...
    moria
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21191
    Age : 118
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par moria le Sam 12 Juin 2010, 09:25

    La baisse des taux est valable pour la relance de la consommation lorsqu'il y a encore un potentiel d'emprunt.

    Autrement, on arrive à la situation obligée de faire de la cavalerie.

    mon fils a eu une proposition de la Caisse d'Epargne pour un prêt de 1000€ à 0% !!
    OUI, zéro.
    je le lui ai déconseillé : il n'a pas encore de revenu.....

    les Banques piègent les gens en les alléchant mais aussi pour mieux les emprisonner.



    Contenu sponsorisé

    Economie en FRANCE - Page 2 Empty Re: Economie en FRANCE

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 23 Avr 2019, 22:58