Qui est en ligne ?

Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 64 le Sam 08 Juil 2017, 12:11

Derniers sujets

Décembre 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Navigation

Partenaires

forum gratuit
Tchat Blablaland

    Les traîtres

    Partagez
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22912
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Les traîtres

    Message par Caton l'Ancien le Lun 01 Mar 2010, 12:41

    Liberty vox signale la présence parmi les profs de l'université de Toulouse d'une poseuse de bombes
    Comme Boudarel, communiste tortionnaire de Français pour le VietMinh, devenu prof et jamais inquiété...

    http://www.libertyvox.com/article.php?id=426


    J'ai trouvé ceci sur cette femme :
    http://www.algerie-francaise.org/trahison/bourdarel.shtml


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: Les traîtres

    Message par Toby le Dim 07 Mar 2010, 13:11


    http://www.lecri.net/desinformation/d_minne.htm


    Une poseuse de bombe très respectable
    L'opinion publique française a oublié ce que furent les attentats dirigés contre la population civile en Algérie. On peut même dire que décérébrée par les médias axés sur les tortures de l'armée française, elle n'a pas connaissance de l'horreur qui fut instaurée comme moyen de combat. Ceux qui ont assisté aux attentats à Paris de la rue de Rennes ou du métro St Michel peuvent se représenter l'horreur de ces exactions ignobles. Ces actions légitimées par des idéologues acharnés, sont présentés comme des actes de bravoure ou d'auto défense. Certains français y ayant participé à divers titres s'en montrent fiers et sont exposés comme des représentants VRP de l'honneur et de la justice. Pour eux donc, pas question d'exprimer une repentance et pas de commisérations, tout au moinspour leurs innocentes victimes.
    Il faut cependant savoir que pendant trois mois, de juin à août 1956, 150 attentats furent perpétrés pour la seule agglomération d'Alger.

    Pour se souvenir encore et dans le Grand Alger seulement :
    15 septembre 56, Bombes dans un cinéma 7 blessés.
    24 septembre 56, 9 attentats trois morts et 5 blessés.
    30 septembre 1956, Bombes au "Milk bar " et à la "Cafétéria " 3 morts 60 blessés dont 12 amputés,
    17 Novembre 1956, grenade au café "le Progrès " 3 morts et 6 blessés
    28 novembre 1956, 4 bombes 10 blessés
    3 janvier 1957, bombe dans un trolleybus, 2 morts
    22 janvier 1957, attaque du car "Alger-Koléa " 7 morts 3 blessés graves
    26 janvier 1957, 3 bombes dans 3 cafés "Coq Hardi ", Automatique ", "Cafétéria ", 4 morts et 50 blessés.
    10 février 1957, 3 bombes aux stades " El Biar " et "Municipal ", 12 morts et 45 blessés
    3 juin 1957, 3 bombes dans des lampadaires explosent dans trois quartiers populeux, 8 morts et 90 blessés.
    9 juin 1957, bombe au Casino de la corniche, 9 morts et 85 blessés dont 10 dans un état désespéré.
    26 Juin 1957, découverte de 33 bombes prêtes à être posées.
    18 juillet 1957, 5 bombes dans le centre d'Alger 5 morts et 3 blessés.

    La thèse de Robert DAVEZAC : ''Chronique des évènements et des actes de violence dans le Grand Alger'' (1er juin 1958 - 30 avril 1961) à l'Université de TOULOUSE-MIRAIL énumère des centaines d'actes de violence.

    Samedi 26 janvier1957 vers 17 h. Deux jeunes filles entrent dans la brasserie "L'Otomatic" rue Michelet à Alger. La salle au rez-de-chaussée est bondée de jeunes étudiants et de familles entières attablées s'accordant un moment de détente pour oublier la tension permanente. Aucune place vacante. Les deux jeunes femmes montent dans la salle au premier étage s'installent à une table et commandent deux rafraîchissements. Deux jeunes filles ordinaires que personne ne saurait soupçonner de vouloir semer la mort et la terreur. L'une d'entre elle, a posé sur ses genoux, un sac. Quelques minutes plus tard elles règlent leurs consommations et demandent la clef des toilettes situées au sous-sol. La jeune fille au sac pénètre dans le local dépose son sac sur la chasse d'eau puis disparaît avec sa compagne.
    17 h 30 c'est le carnage. Les tables sont projetées en l'air, des débris volent, les vitres sont pulvérisées les gens jetés à terre. Des cris, des larmes de la poussière et du sang partout. Des membres arrachés, des visages ensanglantés, des corps meurtris de débris divers. Un amalgame de gens les uns sur les autres inconscients, estropiés ou hébétés.
    Cette boucherie entrait dans le cadre d'une opération concertée. Au même moment deux autres établissements : "la Cafétéria" presqu'en face, rue Michelet et le "Coq hardi", rue Charles Péguy, connurent la même sanglante épreuve. On relèvera de cette triste journée 4 morts et 50 blessés dont de nombreux enfants dont certains très grièvement, durent être amputés

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


    Les deux complices de l'attentat de l'Otomatic furent Zahia Kerfallah et une européenne, collégienne à Maison-Carrée, la demoiselle au sac : Danièle Minne au nom prédestiné. D'apparence timide et frêle, on lui aurait donné le bon Dieu sans confession.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Elle s'appelle aujourd'hui Danièle Djamila Amrane Minne
    Fille d'un professeur communiste de Tlemcen et de Jacqueline Netter. Sa mère épousa en seconde noces, Abdelkader Guerroudj, ex-instituteur, intermédiaire entre le F. L. N. et le P. C. A.
    Les époux Guerroudj militants communistes, partisans actifs de la rébellion, furent condamnés à mort le 8 décembre 1956. Ils durent leur salut à la cohorte des intellectuels et personnalités qui officiaient dans la défense des terroristes.
    Danièle Minne se maria avec un dentiste, Ali Amrane et adopta le prénom de Djamila qu'elle avait dans la clandestinité.
    Elle rejoint le maquis de la Willaya 3 du tristement célèbre Amirouche
    Le 26 novembre dans le secteur de Bou Medjana près de Bordj Bou Arreridj elle fut faite prisonnière dans l'accrochage qui coûta la vie à Raymonde Peschard.
    Emprisonnée puis libérée quelques temps plus tard, elle poursuivit ses études...



    Dans un autre pays elle aurait été bannie à vie, elle subirait une disgrâce nationale, on l'aurait incité à s'établir dans le pays qui avait à sa tête les gens pour qui elle avait pris fait et cause.
    Que pensez-vous que fit l'état français ? Il lui attribua un poste de Maître de conférences à l'université de Toulouse II le Mirail où elle enseigna à nos futurs historiens "L'Histoire de la décolonisation", Nous pouvons être assurés qu'ils furent à bonne école.
    Elle écrit des livres, donne des conférences, participe aux jurys de thèses. Elle est accoquinée avec des organisations féministes qui ont oublié que parmi les victimes du 26 novembre, quatre décédées et vingt et une blessèes étaient des femmes. Voici donc une curieuse ambassadrice des droits de la femme.

    Nous avons là un bel exemple de réinsertion d'une délinquante juvénile, qui nous permet de vérifier qu'une fois encore notre argent est bien employé. Elle à réussi le tour de force et non des moindres, de se faire payer les études, de recevoir un salaire et sans doute une retraite (bien méritée), grâce en partie aux impôts payés par ses victimes survivantes et leurs descendants.
    Honte à l'état français qui répète le précèdent Boudarel (voir nota). Honte à un pays qui honore et protège les bourreaux de ses citoyens. Mais il est vrai que nous n'étions que des citoyens de seconde zone..
    Nota :Georges Boudarel. Ex professeur de philosophie au lycée de Saigon, intellectuel de gauche, adjoint du chef du camp de prisonniers Viêt-minh"113" dont il fut le "commissaire politique". Il était chargé de la "rééducation politique" des prisonniers français. Coupable de tortures diverses et variées déclarés "crimes contre l'humanité" mais absout pour cause de prescription en 1999. Responsable direct de la mort de dizaines de Français, récompensé par un poste de professeur à l'université de Paris Vll. Son action fut étalée au grand jour en 1991. A partir de 1993 le feuilleton judiciaire commence. Les 40 victimes et témoins ne pourront faire condamner le triste individu car une campagne médiatique instrumentée par des porteurs de valises notoires et des sympathisants, organisée en sous main par des partis politiques contribua à lui valoir l'impunité judiciaire. Il est aujourd'hui à la retraite !! http://www.chez.com/archives/
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22912
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: Les traîtres

    Message par Caton l'Ancien le Dim 07 Mar 2010, 15:46

    Une autre !
    je ne sais si elle a posé des bombes matérielles, mais elle pose des bombes idéologiques

    http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/contact/merci.php


    Denise Brahimi.

    Maître de conférences à l'Université Paris VII-Denis Diderot, où elle
    enseigne la littérature comparée et notamment les littératures
    francophones. S'intéresse au Maghreb depuis les années 1960,
    spécialiste des récits de voyage au Maghreb. Elle leur a consacré
    plusieurs ouvrages, dont sa thèse, portant sur les voyageurs du XVIIIe
    siècle, plus ou moins inspirés par l'esprit philosophique de leur
    temps, ainsi qu'un recueil de textes intitulé Opinions et regards des
    Européens sur le Maghreb aux XVIIe et XVIIIe siècles.


    J'ai écrit ceci
    "J'écoute votre émission sur les Captifs des barbaresques et je n'en reviens pas d'entendre Madame Brahimi présenter la condition des captifs comme tout à fait supportable, sinon agréable.

    Les seuls qui aient quelque chose à se reprocher sont donc les personnes qui ont collecté des fonds pour le rachat des captifs, des menteurs qui noircissaient le tableau -on se demande pourquoi ils collectaient des fonds pour des gens si heureux !- et l'éditeur de Pelow, qui ne voulait pas embellir les faits.

    C'est évident, un jeune garçon capturé et qui fait front en s'adaptant, qui accepte la conversion "à l'insu de son plein gré" peut-être, qui se marie et a une vie de famille, c'est tout ce qu'il y a de naturel et d'enviable...

    Quant à demander si des femmes ont été heureuses dans les harems, et d'être la favorite du sultan, cela indique des fantasmes qu'on a le droit d'avoir, mais pas d'attribuer à autrui.

    L'ensemble de l'émission semble constitué pour affirmer que la capture d'un million de personnes, à une époque où la population d'Europe n'en faisait pas 50, est quelque chose d'anodin et décrit de manière exagérée par on ne sait quels esprits grincheux.
    Et l'idée qui sous-tend cela, c'est que les Européens faisaient de même (mais on ne précise pas de chiffres : 1 million de captifs dans les galères ???) et que donc tout le monde est à égalité.

    Pourtant, les 5 tentatives d'évasion de Cervantès, prisonnier 5 ans à Alger, et les descriptions qu'il fait des traitements infâmes subis par des captifs moins connus que lui, ne font pas penser que la situtation était aussi idyllique.
    Madame Brahimi joue un étrange rôle.
    Et ceux qui lui donnent la parole sans contradiction aussi."


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21186
    Age : 117
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Re: Les traîtres

    Message par moria le Dim 07 Mar 2010, 19:21

    On vit quand même dans un sacré pays !!
    pays qui préfère honorer les assassins, les envahisseurs.....

    cela parait virtuel, fantastique mais non !
    c'est réel.

    Contenu sponsorisé

    Re: Les traîtres

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 18 Déc 2017, 04:15