Qui est en ligne ?

Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités :: 1 Moteur de recherche

philiberte


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 64 le Sam 08 Juil 2017, 12:11

Derniers sujets

» Marseille
Aujourd'hui à 10:24 par philiberte

» Immigration: une richesse pour la France?
Hier à 23:50 par Cousin Hubert

» Vivre avec l'Islam ?
Hier à 23:37 par Cousin Hubert

» PARIS, Ville des Lumières.......
Hier à 23:20 par Cousin Hubert

» VRAIES NOUVELLES DU CLIMAT
Dim 23 Juil 2017, 19:51 par FLANDRE

» La gauche fait-elle le lit de l'islamisme ?
Mar 18 Juil 2017, 06:48 par 007/**

» En cas de crise, les banques pourront...
Sam 15 Juil 2017, 23:26 par Cousin Hubert

» Les pépites sont terrorisées par les flics...
Jeu 13 Juil 2017, 19:32 par Cousin Hubert

» L'autre affaire
Jeu 13 Juil 2017, 08:45 par 007/**

Juillet 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Navigation

Partenaires

forum gratuit
Tchat Blablaland

    ECONOMIE

    Partagez
    avatar
    Scaramouche
    Magnum
    Magnum

    Nombre de messages : 1898
    Date d'inscription : 07/04/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Scaramouche le Mar 11 Mai 2010, 11:16

    Obama qui a senti le vent de la tempête européenne est intervenu auprès d'Angela Merkel et nous voilà entraînés dans un plan de relance encore plus important que celui accordé aux banques. Le danger est que ces fonds disparaîssent pour nous replonger dans la même situation à plus ou moins long terme.
    Pour les américains ; La vraie question n'est pas de savoir si l'Europe fait appel à des plans de relance keynésiens suffisamment agressifs, mais bien de savoir si elle parviendra à réaliser une réforme profonde de son économie alors que s'atténuera la crise. Si l'Europe maintient un marché de l'emploi plus flexible, si ses marchés financiers sont régulés de manière plus paneuropéenne, en restant ouverts aux échanges, la courbe de croissance pourrait bien reprendre à la hausse dès la fin de la crise. Si les pays européens adoptent une politique protectionniste, avec une Allemagne qui encourage ses citoyens à préférer les voitures allemandes ou un gouvernement français obligeant son industrie automobile à maintenir en fonctionnement des usines qui ne sont plus productives, etc., on peut en effet s'attendre à ce que la paralysie perdure encore pendant une dizaine d'années.

    Les économistes américains, ne détiennent pas la vérité, ils cherchent en premier à sauver ou plutôt réguler leur système libéral capitaliste tandis que nous avons en plus un problème politique européen de gestion financière des états ce qui complique les choses.
    avatar
    cilette
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 4185
    Age : 76
    Localisation : Lorraine
    Loisirs : musique - politique - cuisine - associations
    Date d'inscription : 15/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par cilette le Mar 11 Mai 2010, 12:39

    Scaramouche a écrit:Obama qui a senti le vent de la tempête européenne est intervenu auprès d'Angela Merkel et nous voilà entraînés dans un plan de relance encore plus important que celui accordé aux banques. Le danger est que ces fonds disparaîssent pour nous replonger dans la même situation à plus ou moins long terme.
    Pour les américains ; La vraie question n'est pas de savoir si l'Europe fait appel à des plans de relance keynésiens suffisamment agressifs, mais bien de savoir si elle parviendra à réaliser une réforme profonde de son économie alors que s'atténuera la crise. Si l'Europe maintient un marché de l'emploi plus flexible, si ses marchés financiers sont régulés de manière plus paneuropéenne, en restant ouverts aux échanges, la courbe de croissance pourrait bien reprendre à la hausse dès la fin de la crise. Si les pays européens adoptent une politique protectionniste, avec une Allemagne qui encourage ses citoyens à préférer les voitures allemandes ou un gouvernement français obligeant son industrie automobile à maintenir en fonctionnement des usines qui ne sont plus productives, etc., on peut en effet s'attendre à ce que la paralysie perdure encore pendant une dizaine d'années.

    Les économistes américains, ne détiennent pas la vérité, ils cherchent en premier à sauver ou plutôt réguler leur système libéral capitaliste tandis que nous avons en plus un problème politique européen de gestion financière des états ce qui complique les choses.
    Il y a la bourse... hier +++ aujourd'hui --
    avatar
    Scaramouche
    Magnum
    Magnum

    Nombre de messages : 1898
    Date d'inscription : 07/04/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Scaramouche le Mar 11 Mai 2010, 13:10

    cilette a écrit:[quote=".
    Il y a la bourse... hier +++ aujourd'hui --[/quote]



    C'est bien le signe d'une volatilité inquétante, dès que ça monte comme les marchés sont inquiets les gens vendent ..et le soufflé retombe.
    c'est ce qu'on appelle "la spéculation" mais c'est aussi le jeu.La Bourse est notre feuille de température, nous avons tous intérêt à ce que le CAC soit stable et se porte bien.
    Nous ne devrions pas chanter l'hymne à la joie avant longtemps et malgré le sourire à l'américaine de madame Lagarde cette situation très grave qui touche chacun de nous reste actuellement l'événement majeur. Si l'Allemagne et la France continuent une politique sournoisement ego-protectionniste nous n'en sortirons pas.

    Etienne Charles
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 2020
    Age : 74
    Localisation : ligny le ribault 45240 loiret
    Date d'inscription : 04/08/2009

    Re: ECONOMIE

    Message par Etienne Charles le Mar 11 Mai 2010, 14:06

    Turbulence, turbulence...partie de poker,....

    -Si "l 'ineffable" M Trichet avait assumé toutes les prérogatives d'un " banquier central" au lieux de " s'empaler sur un dogme Maastrichtien" nous n'en serions pas là.
    -Si depuis Balladur les premiers ministre avaient tenue les cordons de la bourses nous n'en serions pas là.
    L'honorable docteur DSK va consulter sa boule de cristal.....et nous administrer une purge d'autant plus douloureuse que dans notre grande béatitude nous pensons êtres en bonne santé.
    avatar
    Scaramouche
    Magnum
    Magnum

    Nombre de messages : 1898
    Date d'inscription : 07/04/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Scaramouche le Mar 11 Mai 2010, 15:31

    Qui pensait que nous étions en bonne santé ?
    Fillon a pris un état en faillite;. il fallait être un nouveau riche inconscient pour continuer à faire danser l'anse du panier.

    Nous aimons qu'on nous câline alors on nous ment et malheur à ceux qui jouent les Cassandre. ...seulement il y a les "réveils" et ça continue ; il ne faut pas parler de "rigueur" il y a comme ça des mots tabous pour les infantiles aveugles que nous sommes.
    avatar
    Mitsahne
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6072
    Age : 87
    Localisation : altoséquanais
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Mitsahne le Mar 11 Mai 2010, 18:02

    Ces "jeux" de bourse sont artificiels.
    Quand elle est au plus bas, ceux qui ont des liquidités importantes achètent. Ce qui fait remonter la bourse et les mêmes qui ont acheté revendent avec un bon bénéfice, ce qui fait rechuter la bourse et ainsi de suite...
    C'est le paradoxe de l'argent qui ne sert à rien (il n'est ni dépensé ni investi) et qui cependant produit de l'argent sur quelques coups de téléphone. On peut très bien gagner sa vie en dormant...

    Les Français sont les champions de l'épargne.
    celle ci ne dort pas.
    elle est investie.
    (je crois que j'ai fait une fausse manoeuvre mais OUF, le message de Mitshane n'est pas effacé.)




    _________________
    Ne traite pas le crocodile de sale gueule avant d'être complètement sorti du marigot.
    (Alexandre Vialatte).
    [i]Heureux soient les fêlés car ils pourront laisser passer la lumière !

    (Michel Audiard)
    avatar
    Scaramouche
    Magnum
    Magnum

    Nombre de messages : 1898
    Date d'inscription : 07/04/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Scaramouche le Mer 12 Mai 2010, 10:47

    Comment croyez vous que les entreprises fonctionnent si ce n'est pas avec la Bourse et ses actionnaires?
    La Bourse est le nerf de la guerre et le thermomètre économique d'un pays. L'indice de confiance pour les placements étrangers etc etc
    Les gens placent leur argent pour spéculer (le vilain mot!) sinon ils placent à la caisse d'Epargne et là c'est la caisse qui joue pour eux et ils ne gagnent rien. Les banques ou les assurances qui placent votre économie "argent pépère" jouent et spéculent à votre place et vos intermédiaires s'enrichissent . Vous ne croyez quand même pas qu'un centime leur échappe et que votre argent roupille ? avec quoi vous verseraient-ils des bénéfices ?
    On a privatisé le CL après ses gestions catastrophiques (cf Tapie) or les banques ne font pas la charité elles tiennent entièrement notre économie avec la santé de nos entreprises et notre marge de manoeuvre est faible. Les grands discours anti-spéculateurs sont bidons, ou bien on nationalise tout, et le risque est que l'état, donc les citoyens paient pour une mauvaise gestion ou bien on opte pour le libéralisme tout crin et là il ne faut pas s'étonner des débordements.
    L'ennui est c'est là le "hic" c'est que c'est "tout bénéfice" pour les banques car si elles font une mauvaise gestion en étant "privée" l'état qui risque la faillite pour lui et ses citoyens renfloue de la même façon... C'est ce qui s'est passé et qui est parfaitement honteux et on ne voit pas pourquoi cela ne recommencerait pas..
    Est-ce de la spéculation? Non ! c'est du vol de la part des banques qui ne perdent jamais

    Actuellement l'Europe perd de sa souveraineté en ce domaine et nous allons de plus en plus vers une gestion commune puisqu'on est incapable de présenter des comptes exacts et d'avoir la même politique. Les gouvernements français et allemands sont plombés par les élections futures qui empêchent une vraie "rigueur" (ne pas confondre avec "austérité") chacun d'eux ne voulant pas fâcher les électeurs .. l'Angleterre ne va pas mieux et il faut croiser les doigts pour que la Grèce joue le jeu.
    Un fait paradoxal est que l'Amérique auteur de cette crise s'en sort mieux que l'Europe. Question de politique.

    ( cf : Enjeux Les échos Valeurs actuelles The Economist C dans l'air )

    Etienne Charles
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 2020
    Age : 74
    Localisation : ligny le ribault 45240 loiret
    Date d'inscription : 04/08/2009

    Re: ECONOMIE

    Message par Etienne Charles le Mer 12 Mai 2010, 14:24

    Question de politique certes mais surtout de puissance de travail.
    Le citoyen américain de base ne peut compter que sur lui même pour s'en sortir..pas d'assistanat .
    Nous en sommes à des années lumière..quand martine Aubry propose le retour des " emplois jeunes"
    avatar
    silence
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22007
    Age : 103
    Localisation : Bretagne
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par silence le Mer 12 Mai 2010, 16:42

    Et dans toute l'amérique du sud aussi. Les français sont devenus des enfants gâtés et mal élevés.
    avatar
    Mitsahne
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6072
    Age : 87
    Localisation : altoséquanais
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Mitsahne le Mer 12 Mai 2010, 16:50

    Le retour des emplois jeunes ???

    "Ils" étaient des groupes de quatre ou cinq à se promener en anorak rouge fourni par la maison, devant les grands magasins du Bd. Haussmann...Ils étaient tout juste capables de vous donner l'heure. Bien polis mais ignares...Strictement payés à ne rien faire d'utile...Ca coûte combien à la République des emplois-jeunes ?


    _________________
    Ne traite pas le crocodile de sale gueule avant d'être complètement sorti du marigot.
    (Alexandre Vialatte).
    [i]Heureux soient les fêlés car ils pourront laisser passer la lumière !

    (Michel Audiard)
    avatar
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21176
    Age : 116
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par moria le Mer 12 Mai 2010, 18:17

    Les entreprises, prof. libérales and co versent des cotisations pour la formation.

    ce sont les mentalités qu'il faut changer.

    En Allemagne -encore- çà marche très bien et il y a consensus sur cette question !
    avatar
    Scaramouche
    Magnum
    Magnum

    Nombre de messages : 1898
    Date d'inscription : 07/04/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Scaramouche le Jeu 13 Mai 2010, 08:20

    Mitsahne a écrit:Le retour des emplois jeunes ???

    "Ils" étaient des groupes de quatre ou cinq à se promener en anorak rouge fourni par la maison, devant les grands magasins du Bd. Haussmann...Ils étaient tout juste capables de vous donner l'heure. Bien polis mais ignares...Strictement payés à ne rien faire d'utile...Ca coûte combien à la République des emplois-jeunes ?

    Si vous commencez à vous demander où passe l'argent de la république vous allez attraper une migraine.
    Sans doutes vos jeunots faisaient de la "pub". Entre les emplois jeunes ou les payer pour qu'ils fassent de la présence à l'école, même utopie. De toutes façons personne ne sait quoi faire, et ceux qui actuellement croient attendre leur salut de DSK se trompent lourdement , il n'est pas plus fiable , c'est espérer changer un agité contre un léthargique et le bling bling droite pour le bling bling gauche je ne vois aucune différence.

    Etienne Charles
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 2020
    Age : 74
    Localisation : ligny le ribault 45240 loiret
    Date d'inscription : 04/08/2009

    Re: ECONOMIE

    Message par Etienne Charles le Jeu 13 Mai 2010, 19:13

    Depuis la " nuit des temps" les dirigeants de tous les états, de tous les empires, de toutes les seigneuries, de tous les partis, de toutes les assos....se sont endettés.
    Donc rien d'original, sauf que ce cancer financier est aujourd'hui rendu public.
    N'oublions pas que "vivre à crédit" fut un crédo des années 70...
    Nos grands argentiers bouffis de certitudes nous ont entraîné dans leur délire...
    La nature a horreur du vide monétaire..l'euro baisse mais l'or remonte.
    avatar
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Toby le Mar 08 Juin 2010, 08:42

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Quand Le Monde encense Milton Friedman

    Article rédigé par Nicolas Lecaussin le 02 Jun 2010






    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Sous la plume du journaliste Pierre-Antoine Delhommais, qui fait toujours preuve d’une louable indépendance d’esprit, le quotidien Le Monde publie une vraie ode à la gloire de « l’ultralibéral » Milton Friedman. Mieux vaut tard que jamais, commente à son tour Nicolas Lecaussin.
    L‘événement – signalé par un lecteur de notre Lettre d’information - est trop important pour ne pas le mentionner. Le quotidien Le Monde a publié dans son numéro du 28-29 mars un article écrit par Pierre-Antoine Delhommais et intitulé « L’euro made in USA ». Voici ce qu’on peut lire : « (…) Friedman mourut en 2006 à 96 ans, sept ans après la naissance de ce projet (l’euro) qu’il jugeait irréalisable. En Europe, dirigeants politiques et monétaires se gaussèrent beaucoup de l’erreur de jugement du prix Nobel d’économie qu’ils attribuèrent à la fois à son grand âge, à son idéologie détestable (libérale et monétariste, l’horreur absolue) et à sa nationalité (américaine). Ils rient beaucoup moins aujourd’hui. Car la crise gravissime que connaît l’union monétaire, Friedman l’avait aussi prédite. Le jour où l’Europe sera confrontée à une grave récession, avait-il expliqué, les rancoeurs et les égoïsmes nationaux ressurgiront, le système de change fixe empêchant tout ajustement à la situation spécifique de chaque pays. L’édifice s’effondrera parce que les pays de la zone n’auront pas l’homogénéité politique, sociale, culturelle et linguistique des Etats américains, parce qu’il n’y aura pas d’Etats-Unis d’Europe. Tout le monde prendra conscience, mais trop tard, qu’il ne peut y avoir d’union monétaire sans union politique, d’euro sans gouvernement européen. (…) Bien sûr, on peut se dire, pour reprendre le cliché habituel, que tout ce qui ne tue pas l’union monétaire, la rend plus forte, que la crise ouvre enfin la voie à un fédéralisme budgétaire. Peut-être. La seule certitude, c’est quand même que Milton Friedman méritait bien son prix Nobel ».
    Certains lecteurs du Monde ont dû être surpris, voire même scandalisés !
    avatar
    Mitsahne
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6072
    Age : 87
    Localisation : altoséquanais
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Mitsahne le Mar 08 Juin 2010, 17:46

    J'avoue que je suis de ceux qui ont désiré, applaudi à l'Euro dans une Europe idéalement unie.

    Mais nous sommes allés beaucoup trop vite. Cette Europe à 27 aujourd'hui est une calamité.
    Craignons que Milton Friedman n'ait eu raison trop tôt. Son Prix Nobel était en tous cas plus mérité que celui attribué Obama.


    _________________
    Ne traite pas le crocodile de sale gueule avant d'être complètement sorti du marigot.
    (Alexandre Vialatte).
    [i]Heureux soient les fêlés car ils pourront laisser passer la lumière !

    (Michel Audiard)
    avatar
    philiberte
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 18003
    Age : 68
    Localisation : duché de Nevers
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par philiberte le Mer 09 Juin 2010, 11:43

    dans ma naïveté et mon ignorance, je pensais que la monnaie européenne doublerait la monnaie du pays. bref, que chaque pays garderait sa monnaie, tout en ayant une monnaie commune, et très pratique lorsque l'on voyage. l'euro est accepté en Israël, par exemple, aussi bien que le dollar.


    _________________
    Mettez l'étiquette PS à un âne, et dans la Nièvre, il sera élu au premier tour (Montebourg)

    Dans la Nièvre, mettez l'étiquette "gauche" à une poubelle, elle est élue au premier tour (Moi)
    avatar
    cilette
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 4185
    Age : 76
    Localisation : Lorraine
    Loisirs : musique - politique - cuisine - associations
    Date d'inscription : 15/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par cilette le Mer 09 Juin 2010, 13:09

    philiberte a écrit:dans ma naïveté et mon ignorance, je pensais que la monnaie européenne doublerait la monnaie du pays. bref, que chaque pays garderait sa monnaie, tout en ayant une monnaie commune, et très pratique lorsque l'on voyage. l'euro est accepté en Israël, par exemple, aussi bien que le dollar.
    Oui, ça aurait pu se faire mais on voulait une Europe vraie, avec tout en commun... sauf qu'à part l'euro, on n'a rien de commun, que les frontières sont des passoires, que les pays même ceux qui ne sont pas européens entreront sans qu'on puisse dire quoi que ce soit.

    Si j'avais un pouvoir quelconque, je dissoudrais l'Union Européenne qui ne se mèle que de ce qui ne la regarde pas et ne s'occupe absolument jamais des "vrais" problèmes.
    avatar
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Toby le Mer 09 Juin 2010, 15:23

    Abaisser les taux d’intérêt : aucun intérêt !

    Article rédigé par Adrien Foulon le 02 Jun 2010






    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Considérée comme remède miracle et instrument de relance, la baisse des taux d’intérêt est en réalité nocive à la croissance, et ne débouche que sur l’inflation. Cette découverte de l’économie autrichienne est opportunément rappelée par le jeune économiste Adrien Foulon, chercheur à l’IREF
    Si l’unification monétaire intervenue par la mise en place d’un monopole d’émission (confié à la BCE) était une chose aberrante pour beaucoup d’économistes compétents, l’objectif de stabilité des prix a été relativement atteint durant ses premières années d’existence. On pensait que la volonté d’éviter toute expansion de crédit trop importante pouvait durer. Mais c’était sans compter sur les circonstances exceptionnelles (bien que parfaitement prévisibles !) qu’a constitué la crise. La BCE, en réponse à l’inquiétude des marchés, a emboité le pas à la FED : politique de taux bas, proches de 0% de nominal donc négatifs en termes réels. Cette politique devait permettre aux banques de second rang de se servir en liquidités gratuites auprès des banques centrales, et par là-même de créer une inondation de crédit. Certes les non-économistes peuvent intuitivement penser que le crédit bon marché stimule la croissance en accroissant la demande globale (les ménages prennent des crédits pour consommer et les entreprises s’endettent pour investir), mais les économistes compétents quant à eux savent depuis longtemps les dangers de telles manipulations.

    ...
    avatar
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21176
    Age : 116
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par moria le Sam 12 Juin 2010, 09:25

    La baisse des taux est valable pour la relance de la consommation lorsqu'il y a encore un potentiel d'emprunt.

    Autrement, on arrive à la situation obligée de faire de la cavalerie.

    mon fils a eu une proposition de la Caisse d'Epargne pour un prêt de 1000€ à 0% !!
    OUI, zéro.
    je le lui ai déconseillé : il n'a pas encore de revenu.....

    les Banques piègent les gens en les alléchant mais aussi pour mieux les emprisonner.


    avatar
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21176
    Age : 116
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par moria le Sam 12 Juin 2010, 09:26

    Et si............
    intéressant article que je vous soumets :



    Privatisons!
    Privatisons! Privatisons!
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    En voilà un beau cri qui va en réjouir plus d'un...
    Mais ne vous réjouissez pas trop vite.
    Le beau cri lancé par notre ami Rodolphe Clauteaux porte
    sur la dette publique! La privatiser ne serait-ce pas la
    « politiser »? Un beau défi pour notre nation !

    Resterait aussi à remettre nombre de compteurs à zéro...
    Faudrait-il aussi que tous les Français reprennent goût à la France et que bien des « élites » soient enfin reconnues pour ce qu'elles sont : des pantins!

    Léon Areva, le 11 juin 2010

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Privatisons la dette publique !

    Lorsque l’on pense à « dette publique », on songe immédiatement à la Grèce, à la crise grecque.
    En effet, c’est l’ « “Etat » grec qui s’est endetté, qui a réalisé des dépenses « inconsidérées » si l’on en croit les comptables de Bruxelles, et qui a emprunté ce qui lui manquait à des banques françaises et allemandes pour l’essentiel. L’argent à crédit se paie, et les intérêts du capital aussi… ce qui fait qu’aujourd’hui, l’Etat grec est endetté, et doit payer.
    Et ne l’aurait pas pu si l’Europe et le FMI n’étaient venus à son secours. Un secours qui se paie cher par un « plan de rigueur ».

    Un plan de rigueur à la charge des fonctionnaires déjà mal payés et du petit peuple, surtout de ses retraités.
    Un plan de rigueur infâme !

    L’ « effet papillon » de la Grèce, causant alors la révision des comptes publics d’autres pays « du Sud » européen…
    C’est-à-dire que l’Espagne, le Portugal et maintenant l’Italie, avant que la France n’y passe, sont déclassés par les agences de notation.
    La conséquence en est que leurs dettes respectives deviennent encore plus difficiles à payer, puisque les intérêts, le « risque » matérialisé par les notes des « agences », augmente. Se refinancer pour payer ces dettes devient alors plus cher.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    Dette
    publique (en milliards de la devise nationale)

    Or la Grèce, petit pays, n’a pas une « dette » astronomique. 270 milliards d’euros, c’est-à-dire 115% environ du Produit intérieur brut en 2009, 130% en 2010, pour un Etat dela Zone Euro, ce n’est pas le bout du monde.
    Alors que de l’autre côté de ce monde mondialisé, un Etat beaucoup plus endetté, ne fait pas parler de lui.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Il s’agit du Japon.

    Le Pays du Soleil Levant, est endetté à raison de 200% de son PIB,
    avec un déficit public de plus de 10%, c’est le pays le plus endetté de
    l’OCDE.
    Le pays dont la solvabilité est donc la moins bonne. Or pas d’« effet papillon » pour le Pays des Samouraïs ! Pas de panique sur les
    marchés mondialisés.
    Comment cela se fait-il que le Japon ne subisse pas de pression des
    Etats de la Région afin qu’il paie ses dettes grâce au FMI et d’un
    rigoureux plan de rigueur (infâme) ?
    Comment se fait-il que la contagion grecque se soit propagée à une telle vitesse, provoquant un (presque) krach boursier, replongeant nos économies dans les affres de la Crise pour un temps éloignés, alors que le Japon bien plus endetté ne soit dans aucune chronique boursière affolée, et n’aie pas droit à la lettre « A- » des agences de notation ?…
    La Zone Euro ne protège ni rien ni personne

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Il se trouve que la Zone Euro, l’Euroland des Anglosaxons de la Kommission de Bruxelles, est soumise aux lois du marché.

    Que ces lois inconnaissables, ineffables, indicibles (tout comme Dieu), sont mondialisées. « Mondialisé », comme la dette grecque.
    Une dette, rappelons-le encore une fois, qui est détenue par des banques françaises et allemandes… probablement les mêmes qui ont « arrangé les comptes » de l’Etat grec et de son gouvernement (de droite) lorsqu’il a sollicité son entrée dans l’Euro !…
    Des banques qui obéissent à la « loi du marché ».

    Or la Zone Euro ne protège personne.
    Pas même sa monnaie unique. La Zone Euro est le parangon de la bonne conduite ultralibérale de ceux qui l’ont pensée, créée et installée grâce au Traité de Maastricht.
    Et donc, « grâce » à l’Euro, la Grèce est soumise aux lois du marché.
    Est soumise aux diktats de ceux qui ont acheté sa dette.
    Aux « investisseurs » comme l’on a coutume de nommer ces pirates
    professionnels, anonymes et universels, qui font profit du malheur des
    autres, en l’occurrence du peuple grec.
    « Politisons » la dette…
    Or si ces « investisseurs internationaux » sont débiteurs de la Grèce,
    ils ne le sont pas du Japon.

    La dette publique du Japon est en fait une dette « publique privatisée ».
    Les dettes que causent l’action de l’Etat japonais, les retraites, les hôpitaux, l’armée, etc., c’est-à-dire le fonctionnement normal d’un Etat moderne, ne sont pas soldées par des prêts dont les bailleurs sont « les marchés ».

    Ce ne sont pas des « investisseurs » anonymes et internationaux,
    « interlopes », comme l’on aurait dit avant le deuxième guerre
    mondiale.
    Des « investisseurs » qui ont tout fait pour que l’ « espace national » soit déclaré hors la loi (du marché) !
    Mais alors, qui paie donc le fonctionnement de l’Etat japonais ?

    Le public privé.
    C’est-à-dire vous et moi si nous étions japonais.
    C’est-à-dire les économies des ménages.
    C’est-à-dire que l’argent privé achète la dette « publique ».
    Une dette qui n’est donc pas « publique » puisqu’elle n’est pas mondialisée ! C’est aussi simple que cela.

    Si les USA n’avaient pas les émirs du pétrole saoudien et maintenant les banques chinoises, ils seraient en faillite, et un plan de rigueur rigoureux (et infâme) leur serait demandé par le FMI.
    Mais le Japon n’a pas besoin des pétro-dollars du Golf, il a les yens
    patients et à milliards de son petit peuple intelligent qui passe par sa Poste pour placer ses économies dans des obligations d’Etat.
    Les USA sont donc plus « bêtes » que le Japon ?
    Sans aucun doute.
    Et l’Europe également.
    Nous sommes en tout cas davantage dociles aux sirènes de l’économie mondialisée.
    Car ce fut de là que partit le problème.

    Au milieu des années 80, sous Reagan, l’Amérique se réveilla sans
    épargnant, mais avec des besoins d’Etat croissants.
    Il est bien connu que ce sont les « libéraux » qui ont le plus besoin d’endetter l’Etat…
    Or donc, ce réveil sonna l’heure de l’ultralibéralisme financier.
    L’Etat fédéral ne pouvait plus financer ses déficits intérieurs ou
    extérieurs car l’épargne privée ne répondait plus.
    La déréglementation financière fut la réponse à ce problème. Il fallait que les déficits publics soient payés, on est donc allé chercher de l’épargne allemande ou japonaise, mais pour cela, il fallait que la circulation
    internationale des capitaux soit « facile », c’est-à-dire « libre » !

    Et pour y parvenir, les groupes de pression sont parvenus à imposer l’idée que l’inflation est une très mauvaise affaire pour tout le monde (ce qui est faux) ; à imposer des sanctions (les “AAA”) par les marchés ou, bingo !, par la Kommission de Bruxelles, à tout Etat qui laisserait dériver son budget même pour d’excellentes raisons ; à imposer le modèle de la banque centrale
    indépendante du pouvoir politique, des élus du peuple !…

    C’est-à-dire à imposer la tutelle des marchés sur le pouvoir des Etats !

    Le Japon n’a pas voulu de cela.

    Il n’a pas voulu des « investisseurs » interplanétaires, universels,
    « cosmopolites », comme on aurait dit avant la dernière guerre. Il s’est tourné vers ses ménages.

    Pourquoi ne fait-on pas pareil ?
    … En la privatisant !

    Or les Français épargnent. Ils sont même, cocorico !, parmi les meilleurs épargnants européens.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Et si la crise est là, ils épargnent pour pallier à un chômage éventuel. Et si la crise n’est plus là, ils épargnent encore plus car c’est alors plus facile…

    Au fait, combien ont-ils de noisettes dans leur bas de laine, ces écureuils ?
    3200 milliards d’euros !


    C’est-à-dire plus de deux fois la dette de l’Etat !

    3200 milliards d’euros dont le tiers ne rapporte rien du tout (l’ « épargne thésaurisée ») !
    C’est-à-dire 1000 milliards d’euros qui ne servent à rien, ni à ses propriétaires, ni à l’économie, ni même à l’Etat.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Je vois que vous voyez où je veux en venir…
    Et si l’Etat revendait sa dette aux citoyens ?
    Et si les banques… euh… non !
    Et si LA Banque de France, ou La Poste, voire les deux, ou même l’Agence France Trésor, celle-là même qui vend notre dette aux « investisseurs cosmopolites »… devenaient les revendeurs de la dette publique.
    Si on privatisait la dette publique de la République ?

    Vous me direz… que la dette publique, elle est si « publique » qu’elle est mondiale. Que ce sont des « investisseurs », tous plus étrangers les uns que les autres, qui la possèdent, se la revendent, la « titrise » (c’est-à-dire qu’ils en font un « morceau » de produit financier que l’on peut, comme pour les
    subprimes, ces crédits immobiliers-poubelle américains) et alors la
    revendre comme « produits financiers » à M. et Mme Toutlemonde…

    Or donc, ces « investisseurs » n’auront peut-être pas envie de se priver de ce « produit financier » qui profite du « AAA » des agences de notation.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Un produit financier pépère qui permet donc de prendre des risques ailleurs…
    Peut-être. Mais si les lois du marché existent, elles permettent de
    racheter ce que l’on a vendu à condition d’y mettre le prix.
    … Et en la rachetant moins cher !

    Et ce prix, il peut être de deux sortes.

    De deux sortes parce qu’une des fonctions de l’Etat est de « compenser » les injustices. C’est-à-dire grosso modo d’enrichir les pauvres et d’appauvrir les riches.
    Or les pauvres, ce sont eux qui « paient » la dette, alors que ce sont les
    riches qui en détiennent les titres !
    Or donc, privatisons en permettant aux pauvres de s’ « enrichir » en devenant les bailleurs de « leur » dette publique.
    De deux façons disait-on, car l’Etat peut proposer de racheter sa dette à un prix supérieur…
    Ce qui fait que les ménages français qui vont la racheter devront la payer plus cher qu’elle ne valait lors de son émission.

    Mais l’Etat, s’il est intelligent, peut aussi proposer de racheter sa dette moins cher ! En effet, il lui suffit de menacer ses débiteurs, ses bailleurs, ces « investisseurs », de les menacer de « réajuster la dette publique de l’Etat »… Et ce sera la panique.
    En effet, « réajuster » une dette, ce qu’il est toujours possible de faire, l’Argentine nous l’a prouvé à la fin des années 90, cela veut également dire qu’on la diminue, qu’on en « oublie » une partie et que les intérêts que l’on paie, diminuent eux aussi.
    Du coup, le placement pépère ne l’est plus. Du coup, ce qu’on a dans les coffres ne vaut plus autant que ce que l’on y avait mis. Ce qui fait que si alors un interlocuteur quelconque, fut-il l’emprunteur lui-même,
    en l’occurrence l’Etat français, propose de racheter cette dette, à un
    prix « raisonnable », on se précipite à son comptoir.
    Et voilà comme l’on pourrait, privatiser (mot à la mode chez les ultralibéraux) notre dette publique.

    Elle serait moins lourde à payer, elle serait un argument politique, et l’on cesserait de dépendre du bon repas de la veille du patron de l’agence de notation ou de sa petite amie du lendemain, tout autant que de l’avidité des
    « investisseurs ».


    Alors que la France bénéficie aux yeux et au palais des connaisseurs du monde entier de l'exceptionnelle cotation enviée par tout l'univers: AAAAA+++++

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    L'Association amicale des amateurs d'andouillette authentique (AAAAA)

    Cela dit, doutons-nous bien qu’il doit y avoir dans le Traité de Maastricht, de Lisbonne ou d’ailleurs, un alinea qui interdit aux Etats de « privatiser » et donc de « politiser » leur dette !

    Rodolphe Clauteaux

    Notes : Le retour à une dette publique nationalisée, éviterait, entre autres, peut-être, le grossissement, l’obésité, la mauvaise graisse, du nationalisme. Trois décennies de négation des nations, risquent d’amener les peuples à se
    poser les mêmes questions que se posèrent nos arrières grands-parents
    de la fin du XIXe siècle, après cinq décennies de libéralisme outrancier et deux ou trois crises économiques. Et à trouver les mêmes et si mauvaises réponses…

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Les Japonais, longtemps considérés comme les champions du monde de l'épargne, économisent de moins en moins et leur taux d'épargne a chuté de plus de 70% en 10 ans.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Les foyers japonais ont économisé seulement 3,2% de leur revenu en 2006, comparé à 11,4% en 1997, indiquent ces statistiques. Les chiffres de 2007 n'ont pas encore été annoncés.

    Lire:
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Pour très peu de temps après, remonter très vite...
    17,9% fin 2009...


    Lire: L’épargne privée au secours de la dette publique ?

    Intéressons-nous donc au taux d’épargne des ménages en France. Il est particulièrement élevé comparé à la zone euro. Ci-dessous comparaison avec quelques pays européens en 2007
    (chiffres Eurostat) :

    Chiffres 2007
    UE

    France

    Danemark

    Finlande

    Suède

    Norvège

    Taux Epargne des
    ménages

    10.75

    15.34

    5.13

    6.38

    11.72

    4.64

    Allemagne

    Espagne

    Italie

    Royaume-Uni

    16.69

    10.23

    14.53

    2.46

    Il s’est accru semble-t-il avec la crise, passant à 17% fin 2009, un record depuis la fin de l’année 2002[7](13,3 en UE et 15,1 en zone euro[8]).
    Malgré la stagnation de leurs revenus, les Français n'ont jamais
    autant épargné.

    L'article:
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Aux U.S.A....
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22854
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Caton l'Ancien le Sam 12 Juin 2010, 11:06

    Très intéressant, moria !
    Tu ne pourrais pas nous donner un petit cours pour nous aider ?


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    cilette
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 4185
    Age : 76
    Localisation : Lorraine
    Loisirs : musique - politique - cuisine - associations
    Date d'inscription : 15/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par cilette le Sam 12 Juin 2010, 11:39

    moria a écrit:

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    [table class="posting-table" align="center" bgcolor="#ffffff" border="1" bordercolor="#cccccc" cellpadding="5" cellspacing="0" width="480"] [tr] [td]
    ... ce qui voudrait dire que quand la gauche est aux commandes la dette monte moins vite ???
    avatar
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21176
    Age : 116
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par moria le Dim 13 Juin 2010, 08:57

    Oui mais ce n'est pas parce que la Gauche était au pouvoir.
    C'était parce qu'il y avait de la croissance, les banques prêtaient à qui mieux mieux et çà chauffait !

    la bourse n'a jamais été aussi haute -jusqu'à plus de 6000points- que lorsque la mite était là.

    Il y a longtemps que le politique ne mène plus la barque !
    C'est la finance qui gère le monde.

    Seulement, le système est tombé malade par trop de boulimie.

    maintenant, il vomit.
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22854
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Caton l'Ancien le Dim 13 Juin 2010, 10:26

    moria a écrit:Oui mais ce n'est pas parce que la Gauche était au pouvoir.
    C'était parce qu'il y avait de la croissance, les banques prêtaient à qui mieux mieux et çà chauffait !

    la bourse n'a jamais été aussi haute -jusqu'à plus de 6000points- que lorsque la mite était là.

    Il y a longtemps que le politique ne mène plus la barque !
    C'est la finance qui gère le monde.

    Seulement, le système est tombé malade par trop de boulimie.

    maintenant, il vomit.

    Très bon cours !


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22854
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Caton l'Ancien le Dim 13 Juin 2010, 10:51

    Il faudra que je re-relise...
    Je dois dire que je ne comprends pas tout...
    Et même pas grand chose.

    Comment le Japon peut-il avoir une dette "publique-privée" ?
    Privatiser la dette publique, n'est-ce pas la payer deux fois, pour ceux qui paient l'impôt ?

    Les termes de "pauvres" et "riches" sont employés d'une façon qui me paraît spécieuse... car les payeurs des impôts sont les classes moyennes, qui sont considérablement paupérisées.
    Les "riches" sont en fait une poignée d'individus qui appartiennent à des milieux financiers, en effet, et sur lesquels personne n'a de prise.

    Ce document est très intéressant, mais qui l'a écrit ? Où veut-il en venir ?

    Fox a mis sur le forum il y a déjà longtemps une vidéo sur l'argent dette.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    On y cite des présidents américains qui commentent les effets d'une convention entre l'Etat américain et les banques.
    J'ai recopié ces citations :






    « Je suis un homme très malheureux. J’ai ruiné mon pays
    sans le vouloir. Une grande nation industrialisée est contôlée par son système
    de crédit. Notre système de crédit est concentré. La croissance de notre nation
    et toutes nos activités sont donc entre les mains de quelques hommes. Nous
    sommes devenus l’un des gouvernements les plus mal gérés, l’un des plus dominés
    et les plus contrôlés du monde civilisé. Ce n’est plus un gouvernement de libre
    opinion, ni un gouvernement de conviction
    avec vote de la majorité, mais un gouvernement d’opinion et de
    contrainte par un petit groupe d’hommes dominants. »


    Woodrow Wilson ancien président des Etats-Unis.





    « Quiconque contrôle la quantité d’argent dans ce pays
    est maître absolu de toute l’industrie et de tout le commerce… E si vous savez
    que le système toue entier est facilement contr^lable, d’une façon ou d’une
    autre, par quelques hommes tout puissants, pas besoin de vous expliquer quelle
    est l’origine des périodes d’inflation et de dépression. »


    James A. Garfield, ancien président des Etats-Unis, mort
    assassiné





    « Le gouvernement devrait créer, émettre et faire
    circuler toutes les devises et tous les crédits nécessaires pour couvrir les
    dépenses du gouvernement et des consommateurs. En adoptant ces principes, des sommes
    immenses d’intérêts seraient épargnées aux contribuables. Le privilège de créer
    et démettre de l’agent est non seulement la prérogative suprême du
    gouvernement, mais c’est aussi sa plus grande opportunité créative. »


    Abraham Lincoln, ancien président des Etats-Unis, mort
    assassiné





    « Tant que le contrôle de l’émission des devises et des
    crédits ne sera pas redonné au gouvernement, et reconnu comme sa responsabilité
    la plus sacrée, toutes les paroles au sujet de la souveraineté du parlement et
    de la démocratie resteront vaines et futiles… Une fois qu’une nation perd le
    contrôle de son crédit, peu importe qui fait les lois de la nation… L’usure, en
    situation de contrôle, détruira n’importe quelle nation. »


    William Lyon Mackenzie King, ancien premier ministre du
    Canada qui a nationalisé la Banque du Canada.





    « Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New
    york Times, au Time Magazine et aux autres grandes publications dont les
    dirigeants ont assissté à nos réunions et ont respecté leurs promesses de
    discrétion pendant presque 40 ans. Il nous aurait été impossible de développer
    notre plan d’action pour le monde si nous avions été sous la lumière des
    projecteurs pendant toutes ces années. Mais maintenant, le monde est plus
    sophistiqué et mieux préparé à la marche vers un gouvernement mondial. La
    souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux
    est sûrement préférable à l’autodétermination nationale pratiquée au cours des
    siècles passés. »


    David Rockefeller, discours à la Commission trilatérale,
    juin 1991





    « Seuls les petits secrets ont besoin d’être protégés.
    Les grands sont tenus secrets par l’incrédulité du public. »


    Marshall Mc Luhan, « gouru » des médias


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21176
    Age : 116
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par moria le Lun 14 Juin 2010, 08:20

    J'y reviendrai.
    Déjà, nous pouvons dire que les Français n'ont pas cette mentalité et donc, cette prise de position me semble impossible en France.
    avatar
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Toby le Dim 20 Juin 2010, 16:26

    Absurde taxe sur les transactions financières

    Article rédigé par Thierry Afschrift le 15 Jun 2010






    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    La fameuse taxe Tobin revient à la mode. Dans le cadre du G 20 ou de l’Eurogroupe on prévoit d’imposer les transactions financières. C’est une absurdité, plaide Maître Thierry Afschrift, avocat fiscaliste de Bruxelles et administrateur de l’IREF.
    La taxe dite Tobin, destinée à frapper les opérations financières, était, il y a quelques années encore, une revendication propre à quelques associations altermondialistes, telles ATTAC.
    Aujourd’hui, on trouve en Europe des partis se prévalant étrangement du libéralisme, et des chefs d’Etat pour soutenir l’introduction de ce nouveau prélèvement obligatoire.
    Certes, les politiciens rivalisent actuellement dans l’art de proposer de nouveaux impôts et d’augmenter ceux qui existent déjà. Comme si le mal qui frappe l’Union Européenne n’était pas précisément l’excès de charges qui nourrissent des Etats obèses et insatiables.
    Les arguments des partisans d’une telle taxe témoignent d’une méconnaissance des marchés. Inciter par une taxe, à ne pas intervenir sur un marché, c’est empêcher les transactions d’avoir lieu, et fausser le marché. « Lutter contre la spéculation », ce n’est pas autre chose qu’empêcher l’expression de la vérité des prix. Le terme « spéculer » - qui veut dire « miroir » désigne, non pas le joueur, mais celui qui agit d’une manière réfléchie. Lorsque cette réflexion l’amène à la conclusion qu’une valeur, fût-elle la dette d’un Etat, est surévaluée et qu’il la vend, c’est le résultat d’un raisonnement, d’ailleurs souvent exact. Les spéculateurs ont bien compris cette réalité économique : la dette de la Grèce implique un risque, pas celle de la Suisse.
    Le plus étonnant est toutefois que ceux qui combattent cette taxe ne le font que mollement, et sur la base d’arguments qui ne remettent pas en cause sa légitimité.
    On se borne à affirmer soit qu’elle est impossible à mettre en œuvre, parce qu’elle devrait l’être partout dans le monde au même taux, soit qu’elle ne serait pas efficace. Jamais on n’entend un politique affirmer que cet impôt serait injuste. Comme si d’office toute ponction réalisée par les Etats trouvait sa justification dans le fait que ceux-ci peuvent chasser tout ce qui passe sur leur territoire …
    Triste constatation alors qu’une taxe sur les transactions financières serait aussi injuste que le sont les droits de douane, eux aussi perçus du seul fait qu’une transaction – cette fois commerciale – passe au-delà d’une frontière.
    A une époque où les vertus du libre échange ont procuré la prospérité à de très larges couches de la population dans le monde entier, l’engouement pour une éventuelle taxe Tobin ne peut trouver d’explication que dans la vieille rengaine selon laquelle il faudrait « taxer les riches ». Et encore, on omettrait ainsi de constater qu’une taxe sur des transactions - même si le fait d’être financières les désigne à l’opprobre – est sans rapport aucun avec la capacité contributive, et ne répond à aucun impératif de justice.
    avatar
    Toby
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6774
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Toby le Mar 20 Juil 2010, 18:56

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    La France annule la dette du Congo

    AFP
    19/07/2010

    La France a décidé d'annuler 424 milliards de FCFA (plus de 646 millions d'euros) représentant la totalité de la dette contractée par le Congo, selon un accord conclu entre les deux parties aujourd'hui à Brazzaville.

    "Ce nouvel accord de dette permettra de financer des projets liés aux infrastructures d'eau, d'assainissement et de transport, de l'éducation et de la formation professionnelle, de la protection de l'environnement et de la santé", a expliqué l'ambassadeur de France à Brazzaville, Jean-François Valette, qui a paraphé l'accord avec le ministre congolais des Finances, Gilbert Ondongo.

    Cet accord, précise un communiqué de presse, fait suite à l'engagement pris en mars par les membres du Club de Paris d'annuler "le gros de la dette congolaise" après son accès au point d'achèvement de l'initiative Pays pauvres très endettés (PPTE).

    Premier partenaire économique et financier du Congo, la France est le troisième pays à annuler la totalité des créances congolaises, après l'Italie et les Etats-Unis. "Depuis 2004, la France aura ainsi annulé près de 2,5 milliards d'euros des dettes congolaises, soit près des deux tiers du montant dû par le Congo aux vingt pays du Club de Paris", a souligné l'ambassade de France.

    Dépendant essentiellement du pétrole, le Congo avec ses 3,6 millions d'habitants était considéré jusqu'à récemment comme un des pays les plus endettés au monde par tête d'habitant.
    avatar
    cilette
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 4185
    Age : 76
    Localisation : Lorraine
    Loisirs : musique - politique - cuisine - associations
    Date d'inscription : 15/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par cilette le Mer 21 Juil 2010, 12:50

    Toby a écrit:[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    La France annule la dette du Congo

    AFP
    19/07/2010

    La France a décidé d'annuler 424 milliards de FCFA (plus de 646 millions d'euros) représentant la totalité de la dette contractée par le Congo, selon un accord conclu entre les deux parties aujourd'hui à Brazzaville.

    "Ce nouvel accord de dette permettra de financer des projets liés aux infrastructures d'eau, d'assainissement et de transport, de l'éducation et de la formation professionnelle, de la protection de l'environnement et de la santé", a expliqué l'ambassadeur de France à Brazzaville, Jean-François Valette, qui a paraphé l'accord avec le ministre congolais des Finances, Gilbert Ondongo.

    Cet accord, précise un communiqué de presse, fait suite à l'engagement pris en mars par les membres du Club de Paris d'annuler "le gros de la dette congolaise" après son accès au point d'achèvement de l'initiative Pays pauvres très endettés (PPTE).

    Premier partenaire économique et financier du Congo, la France est le troisième pays à annuler la totalité des créances congolaises, après l'Italie et les Etats-Unis. "Depuis 2004, la France aura ainsi annulé près de 2,5 milliards d'euros des dettes congolaises, soit près des deux tiers du montant dû par le Congo aux vingt pays du Club de Paris", a souligné l'ambassade de France.

    Dépendant essentiellement du pétrole, le Congo avec ses 3,6 millions d'habitants était considéré jusqu'à récemment comme un des pays les plus endettés au monde par tête d'habitant.
    Qui annulera la nôtre ?
    avatar
    Mitsahne
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6072
    Age : 87
    Localisation : altoséquanais
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Mitsahne le Mer 21 Juil 2010, 16:44

    Pour moi qui ne suis pas un spécialiste de l'économie politique, c'est incompréhensible.

    Si l'intérêt d'une remise de dettes est évident pour le Congo (ou tout autre pays), je ne vois pas ce que cela peut apporter à la France. On pourra toujours prétendre qu'il faut que le Congo soit débarrasé de ses entraves financières si l'on veut qu'il puisse sainement redémarrer et, partant, devenir un client. Sur le papier, c'est beau, noble et généreux. Mais quand on connaît la réalité des choses, c'est-à-dire le degré de corruption qui atteint des sommets dans la quasi totalité des pays d'Afrique, c'est peine perdue. Tout argent prêté ne sera jamais rendu. Tout argent donné disparaît dans le tonneau des Danaïdes.

    Pourquoi tant de lâchetés dans l'attitude de la France ? Serait-ce encore un effet de la "culpabilité" dont se croient atteints tous les anciens pays colonisateurs ?
    "Pour votre pénitence, mon fils, vous ferez amende honorable dans tous les disours du Premier Ministre et du Président de la République et demanderez pardon à haute et intelligible voix, et vous annulerez la dette de 646 millions d'euros. Amen. Allez en paix.*

    *Y'a bon Banania !


    _________________
    Ne traite pas le crocodile de sale gueule avant d'être complètement sorti du marigot.
    (Alexandre Vialatte).
    [i]Heureux soient les fêlés car ils pourront laisser passer la lumière !

    (Michel Audiard)

    Contenu sponsorisé

    Re: ECONOMIE

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 26 Juil 2017, 22:43