Qui est en ligne ?

Il y a en tout 8 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 7 Invités

Cousin Hubert


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 64 le Sam 08 Juil 2017, 12:11

Derniers sujets

» Economie en FRANCE
Hier à 19:59 par Cousin Hubert

» Epargne populaire
Hier à 01:29 par Cousin Hubert

» mariage gay
Dim 24 Sep 2017, 20:34 par Cousin Hubert

» Islamisation (2)
Sam 23 Sep 2017, 22:04 par Cousin Hubert

» Immigration: une richesse pour la France?
Lun 18 Sep 2017, 07:46 par philiberte

» Droit au logement opposable: les faits!
Sam 16 Sep 2017, 22:03 par philiberte

» Bonjour
Sam 16 Sep 2017, 19:47 par Mitsahne

» Attentats
Ven 15 Sep 2017, 18:40 par Cousin Hubert

» vacances
Lun 11 Sep 2017, 15:20 par Etienne Charles

Septembre 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Navigation

Partenaires

forum gratuit
Tchat Blablaland

    ECONOMIE

    Partagez
    avatar
    Alex Terieur
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 5986
    Age : 70
    Localisation : off shore
    Loisirs : chevaux - attelage
    Date d'inscription : 11/10/2010

    Re: ECONOMIE

    Message par Alex Terieur le Mar 30 Nov 2010, 00:42

    Hibiscusez-moi a écrit:Alors, imaginons:



    28 milliards x 5 = 140 milliards d'euros en 7 malheureuses petites journées. Dans ce cas de figure (le mien), totalement stupide, la dette de notre pays est grosso modo doublée en 10 semaines... Et une moitié de Français a tué l'autre moitié en moins de 7 heures.


    Non ce n'est pas la dette du pays, c'est la dette de la banque. nuance.

    Pour les banques Il y a des ratios prudentiels à observer (les assureurs en ont d'autres)


    1. Les principaux ratios prudentiels

    • Coefficient de liquidité :
    • disponibilités à vue ou à 1 mois / exigibilités remboursables à vue ou à 1 mois ;
    • doit être en permanence > 100 % ;

    • permet aux établissements de crédit d’être en mesure de faire face à tout moment à des retraits.

    • Coefficient de fonds propres et de ressources permanentes
    • ressources d’une durée résiduelle > 5 ans / emplois d’une durée résiduelle > 5 ans ;
    • doit être en permanence > 60 % ;
    • limite le risque de transformation des banques ;


    JE NE SUIS PAS CERTAINS QUE CES RATIOS SOIENT TOUJOURS RESPECTES ils bricolent du côté des coefficients de fonds propres.


    pour plus de lisibilité voir ici l'intégral :

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    ==============
    donc de toute façon si la banque est bien géréeil ne doit PAS y avoir de problème. S'il y en a c'est une banque de gangsters.

    ==============
    Dans un cas comme ça, le risque c'est la panique : les gens ayant peur de ne pas récupérer leur argent se ruent aux guichets.

    Une petite banque portugaise privée à fait faillite en 2009, c'était assez sportif d'après ce que j'en ai lu!
    ===============
    enfin si il y a de gros problèmes un jour les gros comptes vont s'envoler à la vitesse de l'électronique
    en laissant le bon peuple à ses problèmes. et pas besoin de la moitié des Français, quelques % suffisent.




    _________________
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    silence
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22007
    Age : 103
    Localisation : Bretagne
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par silence le Mar 30 Nov 2010, 09:32

    Voici un reportage très interessant pour les gens qui ne sont pas au courant du fonctionnement de base de la création de l'argent...

    Ainsi, sans rentrer dans la complexité et tous les rouages du système économique, ce reportage arrive à nous expliquer l'essentiel, le coté completement virtuel du système actuel, condamné à s'effondrer un jour.


    D'où vient cet argent? Comment peut-il y avoir autant d'argent à prêter ?
    Toutes les réponses dans ce reportage.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    avatar
    Hibiscusez-moi
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 10621
    Age : 118
    Date d'inscription : 17/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Hibiscusez-moi le Mar 30 Nov 2010, 11:30

    Alex bonjour.

    Tu écris:

    Non ce n'est pas la dette du pays, c'est la dette de la banque. nuance.


    Ce que je n'ignore pas. Ma "démonstration" (complètement farfelue) n'a aucune raison de voir le jour et ne pourra pas le voir. Le jour.

    Si panique il y a un jour, tout pètera et les 20 000 000 de Français qui possèdent, au moins, 40 000 000 de comptes ne se précipiteront pas sur les DAB du coin de leur rue. Ou alors il y aura de fameux embouteillages et du sang sur tous les murs... (1)

    Maintenant, je défie Sarko de garantir quoi que ce soit, mais s'il arrivait à trouver la somme que j'évoquais (2), il ne pourrait le faire qu'à travers un emprunt maousse (impossible) et dans l'hypothèse où il la trouverait, la dette française s'en trouverait augmentée d'autant. D'où ce doublement de celle-ci en une semaine.

    Encore une fois: j'ai raisonné par l'absurde.

    Pour que la pétaudière pétaude, il suffira que Sarkobruni annonce que la CAF réduit de moitié les AF, le RSA, les retraites, etc... Et là, je suis sérieux.

    (1) Il y a quelques années, je possédais une boutique qui jouxtait une auto-école. Le directeur de cette auto-école avait été embarqué par la police. Il avait truandé côté inscriptions (il avait dépensé tout le pognon). Lorque les élèves ont appris qu'ils avaient été bananés, certains d'entre eux lui ont explosé sa grande vitrine et ont saccagé les locaux. En plein jour et en 5'. Là, ce n'était rien en regard de ce qui se passera le jour où la France sera déclarée en cessation de paiement. J'espère de tout mon coeur que ce jour n'arrivera jamais. Je conclus en répétant que j'ai "vécu" les émeutes du 93 et celles (beaucoup moins importantes) de Perpignan... Je peux donc, très facilement imaginer ce que serait un bor.el général, national!

    (2) les Français doivent détenir beaucoup plus que ce sur quoi je plaisante dans mon cas de figure.

    Je crois me souvenir (mais j'ai cessé, depuis longtemps, de lire Jean-Pierre Chevalier, Lupus et cie) qu'aucune banque française ne répond aux ratios que tu évoques. Ce sont de maigres colosses aux très petits pieds de porcelaine.

    Bien cordialement.
    avatar
    Alex Terieur
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 5986
    Age : 70
    Localisation : off shore
    Loisirs : chevaux - attelage
    Date d'inscription : 11/10/2010

    Re: ECONOMIE

    Message par Alex Terieur le Mar 30 Nov 2010, 12:41

    @ Hibis,
    salut

    1) Ta démonstration n'est pas plus farfelue que toute autre hypothèse.
    2) pour la garantie d'état, évidemment que c'est une fumisterie.

    D'ailleurs l'un des problèmes de l' UE c'est cette garantie de 450 milliards pour l'Irlande etc qui est virtuelle,ils n'ont pas les fonds et ça les marchés le savent et c'est pour ça que ça ne fonctionne pas.

    L'encours cumulé du Livret A et du Livret de développement durable (LDD, ex-Codevi)est de 259,3 milliards.

    comment il fait Sarko pour payer ça puisque c'est garanti ????

    3) pour les banques, les ratios prudentiels ne doivent pas être suivis effectivement, c'est pour ça que l'on reparle de nouveaux stress tests sur les banques européennes mais cette fois ci faites de façon plus sérieuse.

    D'ailleurs, un combat est en cours justement entre les banques et la caisse des dépôts au sujet du livret pour arranger les comptes.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    4) pour l' "annonce que la CAF réduit de moitié les AF, le RSA, les retraites, etc..."

    Ca va finir comme ça ou peu s'en faut, mais peut-être pas sous cette forme abrupte.

    Ils ont déjà commencé : la revalo des retraites ne suis pas l'inflation,
    on parle de sucrer les AF à partir d'un seuil de revenus
    les remboursements Sécu vont se réduire à une peau de chagrin
    etc....
    petit à petit ils vont y arriver.



    _________________
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    philiberte
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 18072
    Age : 68
    Localisation : duché de Nevers
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par philiberte le Mar 30 Nov 2010, 12:44

    Alex Terieur a écrit:Ils ont déjà commencé : la revalo des retraites ne suis pas l'inflation,
    on parle de sucrer les AF à partir d'un seuil de revenus
    les remboursements Sécu vont se réduire à une peau de chagrin
    etc....
    petit à petit ils vont y arriver.

    c'est l'histoire de la grenouille qui nage dans l'eau entrain de chauffer: quand c'est fait petit-à-petit, personne ne réagit, et ça passe tout droit...


    _________________
    Mettez l'étiquette PS à un âne, et dans la Nièvre, il sera élu au premier tour (Montebourg)

    Dans la Nièvre, mettez l'étiquette "gauche" à une poubelle, elle est élue au premier tour (Moi)
    avatar
    Alex Terieur
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 5986
    Age : 70
    Localisation : off shore
    Loisirs : chevaux - attelage
    Date d'inscription : 11/10/2010

    Re: ECONOMIE

    Message par Alex Terieur le Mar 30 Nov 2010, 13:19

    philiberte a écrit:
    c'est l'histoire de la grenouille qui nage dans l'eau entrain de chauffer: quand c'est fait petit-à-petit, personne ne réagit, et ça passe tout droit...

    Voui

    mais ça peut-être plus abrupt.

    Je renvoie au fil " la dette de la France" ou moria a posté ce jour un bon article dans lequel il y a une vidéo.

    Philippe Herlin dont je parle de temps en temps vous l'explique.


    _________________
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21182
    Age : 116
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par moria le Jeu 02 Déc 2010, 09:16

    je ne sais si les meubles seront sauvés mais voici un autre point de vue :


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] L’argent : vers de nouveaux records historiques



    • Publié par Nicolas Chéron le 1 Décembre 2010
    • Catégories : Energie & Matieres Premieres


    Les indices boursiers balbutient, les paires d’actifs risqués décrochent sur
    fonds d’aversion au risque ce pourquoi il peut être judicieux d’élargir son
    champ d’action à d’autres actifs tels que les métaux précieux.
    Nombreux investisseurs suivent les cours de l’or dont la réputation n’est
    plus à défendre mais j’aimerai à travers cette analyse faire (re) découvrir l’argent.
    Les cours de l’argent et de l’or sont corrélés sur le long terme.
    De 2003 à 2010, les cours de ces métaux précieux ont connu une ascension fulgurante.
    Ce constat est d’autant plus ahurissant si l’on compare l’argent et l’or à d’autres actifs, comme les actions par exemple. Sur les trois dernières années, le retour sur investissement des actions est déplorable et négatif pour nombreuses d’entre elles. Rien d’étonnant au fait que nombreux investisseurs se soient rués vers les métaux précieux. Les résultats des entreprises ainsi que les faibles perspectives et le chômage élevé rendent les actions peu attractives.
    Les Bons du Trésor ont un rendement historiquement faible, et les taux sont bas. La FED, la BCE, la BOJ et d’autres banques centrales font fonctionner la planche à billets pour redresser leurs économies.

    Le Japon et la Chine font pression sur leurs monnaies et d’autres pays pourraient suivre.

    Tous les pays souhaitent une monnaie faible ce pourquoi le cash perd son attrait, il ne reste plus que l’or et l’argent.
    Il y a quelques années, les fonds et les banques centrales n’auraient pas privilégié ces métaux préférant investir dans des actifs garantissant des dividendes ou intérêts ce qui n’est plus le cas.
    Évidemment. Comme toute vague spéculative d’ampleur, la hausse de l’or fut une prophétie auto-réalisatrice. L’or est utilisé en joaillerie et dans l’industrie mais les cours sont tenus par les spéculateurs. Les spéculateurs achètent, ce qui fait monter les prix. Ces derniers empruntent à des taux faibles pour acheter toujours plus et ainsi amplifier leurs gains. Jusqu’au jour où la musique s’arrête. Une cause probable sera une hausse des taux. Il en est de même pour l’argent. Généralement, quand un actif est tiré par la spéculation, les intervenants sont prêts à sauter du train à tout moment entrainant de violents déclins.
    D’autant plus qu’aujourd’hui, les investisseurs particuliers ont accès au marché des matières premières via les CFD, futurs et les ETFs entre autres et beaucoup d’entre eux ne savent pas exactement ce qu’ils font.

    Comment trader les métaux précieux ?

    Partant du principe que les cours de l’or et l’argent peuvent subir de violentes corrections, il faut d’abord prendre soin de définir la taille de sa position et le levier utilisé avec prudence, ne pas être trop agressif. La principale règle à suivre est de ne pas aller contre la tendance. Tant que la hausse prévaudra, deux choix s’offrent à nous, être neutre ou acheteur. Si et seulement si la tendance s’inverse alors on pourra passer à la vente. A cet effet, on suivra par exemple les moyennes mobiles de moyen et long terme. Les stratégies Les plus efficaces pour trader les métaux sont celles de « momentum » et de « breakout » :

    La première consiste à profiter de la tendance en laissant courir la position le plus longtemps possible et en renforçant la position au fur et à mesure de la hausse, tout en prenant soin de placer un stop suiveur large pour se prémunir d’un retournement. Les obliques de soutien, moyennes mobiles et indicateurs de volatilité sont les outils appropriés à ce type de stratégie. Typiquement, un marché haussier est caractérisé par une volatilité faible, lorsque cette dernière s’emballe, une correction est imminente. La seconde stratégie est plus court-termiste. Elle consiste à cadrer les cours lors des phases de stabilisation et de définir un seuil, une résistance, au-dessus de laquelle les cours accélèreront à la hausse. Le tout étant ici de précisément définir ce fameux seuil et d’être moins gourmand en termes de performance. Or ou Argent, lequel choisir ?

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Les cours de ces deux métaux sont corrélés sur le long terme mais des arbitrages sont possibles. Il y a encore quelques semaines, il convenait de privilégier l’argent qui surperformait son homologue car ce dernier allait dépasser ses plus hauts historiques et accélérer fortement ce qui est chose faite. En étudiant le ratio gold/silver (or contre argent), on constate que cet indicateur arrive en zone de soutien, sur ses plus bas de 2008. Il conviendra donc de privilégier l’or si le ratio rebondit dans cette zone ou bien de diversifier en ajoutant de l’argent dans son portefeuille si la baisse continue. Pour ce qui est du court terme, j’estime qu’il est préférable de privilégier l’argent pour le moment dont la configuration est plus attractive. Graphique long terme

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] A long terme, les cours de l’argent se sont littéralement envolés. En données mensuelles, le dépassement des plus hauts historiques à 21.35 USD a entrainé une accélération impressionnante. Tant que les cours évolueront au-dessus des bandes de bollinger en mensuel, la dynamique en cours perdurera. Seule résistance visible sur le graphique, une oblique passant par les plus hauts précédents des dernières années qui passe vers 31.5 USD. Dans cette périodicité, il est trop tard pour entrer dans une optique d’investissement, il conviendra donc de patienter en espérant un éventuel retour en direction des 25 voire des 22 USD. Graphique journalier

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] C’est en données journalières que la configuration est particulièrement propre. Dans cette périodicité, nul besoin d’utiliser de nombreux indicateurs, une moyenne mobile à 20 séances, des bandes de bollinger et les niveaux horizontaux suffiront. Depuis le mois d’aôut, le rallye en place perdure et chaque test de la moyenne mobile à 20 séances a permis au cours de repartir de l’avant. Les plus hauts en cours de clôture ont cédé hier ce qui plaide pour une nouvelle accélération, un ralliement des plus hauts à 29.36 voire un nouveau record historique avec le seuil symbolique des 30 USD en ligne de mire. En d’autres termes, on tentera de prendre position à l’achat sur l’argent en cas d’éventuel repli sur les 27.5/27.8 USD ou bien lors du prochain test de la moyenne mobile à 20 séances. Seule une clôture journalière sous ce support dynamique (MM20) permettrait d’envisager une consolidation de cet actif, en attendant on restera à l’achat. Nicolas Chéron
    Analyste FXCM
    ncheron(at)fxcm.fr Retrouvez d’autres analyses sur DailyFx France Si vous avez des questions sur mes analyses ou le forex avec FXCM, n’hésitez pas.
    avatar
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21182
    Age : 116
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par moria le Jeu 02 Déc 2010, 10:54

    Valeur du Yuan ,Remninbi.

    Les Chinois n''ont pas d''influence sur le réseau mondial des devises.
    Le Yuan ou Remninbi est une monnaie qui reste encore strictement dans les frontières Chinoises.

    Les Chinois essayent de diminuer l’influence du Dollar US particulièrement leurs achats de Bonds du Trésor Us,mais le Yuan empêche cela de se produire .

    Prenons l’exemple d'un industriel Chinois qui manufactures des produits destinés aux USA,il va recevoir des dollars en payement ,car l’acheteur américain n’'a pas d’autres moyens de payer son fournisseur Chinois avec une monnaie autre que le dollar car le Yuan n'est pas tradé sur les marchés de devises internationales.

    Ce vendeur Chinois avec ses dollars ,ne peut légalement disposer de ses dollars à l’intérieur de la Chine.
    Il doit demander à son gouvernement de lui changer ses dollars contre des Yuans ,multipliez cette transaction des millions de fois et vous avez la réponse du pourquoi que la Chine détient des sommes colossales en devises étrangères.

    Avec l’instabilité du US Dollar et la chute de la valeur de l’Euro, les Chinois ont de bonnes raisons de chercher d’autres alternatives.
    L''or est une possibilité et la Chine a encouragé son peuple d’investir massivement dans ce métal précieux ,mais cela ne peut-être que temporaire ,une trop grande demande chinoise pour l’or va renchérir sa valeur dans des proportions irréelles.

    La Chine fait aujourd’hui ce qu’elle se doit, c’’est à dire de s'engager dans le très complexe processus d’internationaliser sa monnaie.

    Officiellement la Chine s’approche de cette opération avec une prudence extrême ,son chef régulateur des devises Yi Gang nous dit qu’il n''y a aucune hâte de rendre le Yuan dans une monnaie globale.

    Il y a aussi que des compagnies étrangères telles que Mc Donald Corporation (MCD)demandent d’avoir accès au Yuan comme devise pour faire des bonds libellés en yuans ,Mc donald est le premier à avoir vendu des obligations en Yuans pour la somme de $ 200 millions donnant un intérêt de 3 %.
    Cela est le signal d''un immense changement dans le commerce Chinois .

    Mc Donald utilisera des obligations libellées en Yuan pour financer sa fulgurante expansion en Chine,de son côté WallMart est aussi dans la ligne d’attente ,Yum Kentucky Fried Chicken est aussi avec ses 27''000 points de vente en Chine et qui prévoit de financer un autre 20''000 de ces points de vente est je crois la compagnie américaine qui a le plus grand succès en Chine,alors que doivent faire ces compagnies étrangères et notamment Américaines de leurs revenus gagnés en Chine ?

    Selon Bloomberg ,il y a en Chine des centaines de compagnies globales qui sont prêtes à se mettre en ligne pour traiter des affaires dans le secteur Crédit ,et les sommes engagées seront en Yuans et Remninbis .
    Source: Seeking Alpha . Auteur: Jim Trippon.

    On ne peut acheter des yuans ce qui veut dire qu’ils sont » intradables » (mot barbares pour les puristes) contrairement au $ et à l’€.

    Le yuan est fixe, fixé par l’état chinois.
    Impossible de spéculer dessus contrairement aux autres monnaies : quand le $ est dévalué, le yuan étant fixe, les autres monnaies montent par ajustement dont l’euro qui paie sa faiblesse politique.
    Depuis une décennie, ce système permet a la chine de profiter du commerce international.


    le China Daily annonçait tranquillement, le 24 novembre, que les échanges commerciaux entre la Chine et la Russie ne se feraient plus en dollars mais en roubles et en yuans, leurs devises nationales. C''est ce qui vient d''être conclu lors de la rencontre entre M.Wen Jiabao et M. Putin à Saint Petersbourg .

    (accord déjà indiqué par ailleurs)
    avatar
    Alex Terieur
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 5986
    Age : 70
    Localisation : off shore
    Loisirs : chevaux - attelage
    Date d'inscription : 11/10/2010

    Re: ECONOMIE

    Message par Alex Terieur le Sam 04 Déc 2010, 02:01

    Les banques se préparent à une "guerre" sur les dépôts

    Reuters vendredi 3 décembre 2010 16h02

    Les banques françaises s'apprêtent à se livrer une concurrence féroce pour conquérir des dépôts bancaires dans la perspective des nouvelles normes Bâle III et d'une évolution de la fiscalité de l'épargne dans l'Hexagone, notamment sur l'assurance-vie.

    Les règles prudentielles que prépare le comité de Bâle vont en effet contraindre les banques dans les prochaines années à améliorer leur ratio de liquidités, en les poussant à augmenter leur base de dépôts bancaires pour continuer à accorder des crédits.

    "Les dépôts représentent (...) le nerf de la guerre, surtout compte tenu des contraintes de liquidités et des ratios réglementaires qui vont entrer en vigueur dans les années qui viennent", (Laurent Goutard de la Société Générale).Cette banque ambitionne de conquérir deux millions de nouveaux clients particuliers en France

    Il y a un risque de guerre des dépôts partout. C'est déjà en cours en Espagne, en Grande-Bretagne. On commence à voir le phénomène en Italie.

    En France encore, la guerre entre les banques et la Caisse des dépôts continue à propos des fonds du livret A toujours en raison des futures contraintes de liquidités

    L'enjeu, pour les banques, est de limiter autant que possible la centralisation du livret d'épargne auprès de la CDC pour conserver davantage de dépôts dans leur bilan.
    pour comprendre, actuellement les banques doivent transférer 65% de leurs encours sur le livret A à la CDC. (elles n'en conservent donc que 35%).

    Pour avoir plus de cash dans leur trésorerie elles réclament d'en conserver 50%.

    Si pour notre sécurité nous pouvons nous féliciter des normes Bâle III, ça a l'air de furieusement agiter les banques.
    Mais où elles sont donc nos économies ?





    _________________
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    Alex Terieur
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 5986
    Age : 70
    Localisation : off shore
    Loisirs : chevaux - attelage
    Date d'inscription : 11/10/2010

    Re: ECONOMIE

    Message par Alex Terieur le Mar 07 Déc 2010, 02:31

    Le coût de la taxe professionnelle plus élevé que prévu

    lundi 6 décembre 2010 20h09, Reuters

    Le rapporteur de la commission des Finances de l'Assemblée, l'UMP Gilles Carrez, chiffre à 8,9 milliards d'euros pour 2010 le coût de la réforme de la taxe professionnelle (TP) contre 3,9 milliards initialement prévu.(...)

    C'est Nicolas Sarkozy qui avait imposé la suppression de la TP et son remplacement par deux nouveaux impôts, la contribution sur la valeur ajoutée (CVAE) et la contribution économique territoriale (CET).
    .../...
    Pour le rapporteur de la commission des Finances de l'Assemblée, la réforme de la TP "apparaît donc comme un allègement historique de la pression fiscale pesant sur les entreprises" comparable à celui des baisses cumulées d'impôt sur les sociétés (IS) adoptées entre 2000 et 2009".
    ____________

    C'est bon pour les entreprises. D'accord. Mais :
    1) vont-elles embaucher en contrepartie ?
    2) qui va payer les 5 milliards "d'erreur" (bravo Lagarde)

    J'ai ma petite idée sur ces questions mais je ne tiens pas à gâcher votre journée, aussi je vais vous détendre avec ce commentaire d'un lecteur de RMC.fr

    "Ami contribuables, enfin une bonne nouvelle : nous sommes plus riches aujourd'hui que ..........demain, car il est évident que les impôts locaux vont s'envoler aussi haut que les revenus des actionnaires. Profitez bien de ces fêtes de fin d'année, car c'est pas sûr que l'année prochaine vous pourrez vous offrir un bon repas de Noël. Une fois de plus, c'est la classe moyenne qui va charger : ceux d'en bas, ils paient pas d'impôt, donc pas d'augmentation, en plus, il est évident qu'ils ne vont pas revenir sur leur acquis sociaux, ne serait-ce que par solidarité. Et ceux d'en haut, ben eux, ils vont plus avoir le temps de penser à nous tellement ils vont passer leur temps à compter leur argent. Joyeux Noël et bonnes fêtes de fin d'année à tous ! Profitez-en ! "


    _________________
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    cilette
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 4185
    Age : 76
    Localisation : Lorraine
    Loisirs : musique - politique - cuisine - associations
    Date d'inscription : 15/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par cilette le Mar 07 Déc 2010, 11:47

    Ce grand donneur de leçons, Cantonna, il transfère la modique somme de 750 000 euros d'une banque dans une autre et sa femme fait de la pub pour une banque (certainement pas gratuitement).
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22863
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Caton l'Ancien le Lun 27 Déc 2010, 19:54

    Tocqueville Magazine
    LE FLASH



    (A diffuser largement)
    LUNDI 27 DECEMBRE 2010
    TOUS SMICARDS



    RESUME

    De nouveau le pouvoir a cédé à la mauvaise tentation d'augmenter le Smic, sans toutefois donner un « coup de pouce ».
    C'est l'occasion d'analyser ce mécanisme qui, malgré des apparences généreuses, a un effet négatif y compris et surtout envers les moins chanceux que prétendument on voulait aider.


    UNE MACHINE A FABRIQUER DES PAUVRES

    Tous smicards : ce n'est pas éventuellement l'objectif (encore que ?), mais c'est le résultat certain de l'extraordinaire machine à fabriquer des pauvres qu'est le Smic.

    Cette année encore la machine se remet en route. Au premier janvier, le Smic horaire va passer de 8,86 euros à 9 euros soit une augmentation de 1,58%. Cet accroissement est permanent depuis longtemps que ce soit sous les gouvernements de la fausse droite ou ceux de la vraie
    gauche. Depuis quelquess années, il n'y a pas de « coups des
    pouce », lesquels représentaient une augmentation au-delà du
    minimum prévu par la loi et dont Villepin avait largement usé ; la
    renonciation au coup depoucec est une sorte d'aveu du pouvoir qui
    finit par comprendre que le Smic est néfaste sans aller toutefois
    jusqu'à le supprimer.


    L'intensité de l'augmentation dépend ainsi de l'humeur vagabonde et provisoire des politiques et syndicalistes « fraternellement » unis.
    Au même moment, ces jours-ci, est publiée la statistique du
    chômage qui reprend son ascension. Suivant l’OCDE, dans les pays
    qu’il analyse, 5 points de plus de SMIC donnent 1 point de plus de
    chômage ; l'Insee sort régulièrement des évaluations
    semblables.


    Aucun média, et pour cause, n' a mis en relief la coïncidence des deux faits, qui sont pourtant étroitement liés, et nous sommes probablement les seuls à le faire.


    Voici en quoi ce lien existe.

    UN PRIX ARBITRAIRE

    Le Smic est un prix imposé avec la brutalité habituelle des politiques et son évolution répond seulement du bon plaisir momentané des pouvoirs en place. Il fait donc violence aux marchés et, comme à l'habitude, les effets réels se retournent contre les conséquences prétendument recherchées. Le chômage, en particulier, est un de ces effets.

    Le premier effet mathématique est de détruire des emplois en général peu qualifiés. Les pauvres deviennent plus pauvres. Mettant le prix d’un travail au-dessus de la valeur de ce travail pour l’entreprise, il décourage de recruter et pousse, le cas échéant,
    au licenciement. L’employeur éventuel cherche d’autres
    solutions, soit investissement, soit renonciation au projet, soit
    délocalisation. Certaines indusies comme le textile ont été
    détruites par le Smic. Si le grand commerce ne peut être
    délocalisé, il investit énormément pour réduire le nombre de
    caissières.


    Le Smic est aussi une voiture balai qui ramasse progressivement ceux
    qui se trouvent dans son voisinage Cela explique l'augmentation
    régulière du nombre de smicards. En 1981, il y avait 840 000
    smicards. En 1988, il s'en comptait 1 500 000, soit 8% des
    salariés, à présent il touche 2 300 000 personnes soit un
    cinquième des salariés .


    Si l'on ajoute les titulaires de minima sociaux l'on doit arriver à des chiffres effrayants ce qui mesure la cruauté du socialisme qui inspire tous ces systèmes. L'existence de ces minima sociaux complique et aggrave l'analyse. Dans la pyramide des allocations diverses, celles-ci s'accompagnent d'avantages divers non comptés dans les statistiques ; il en résultent que les titulaires n'ont aucune envie de se bouger pour aller travailler au Smic. Une autre conséquence est que le pouvoir, conscient de la calamité dont il est le seul auteur, imagine sans cesse de nouvelles usines à gaz
    administratives pour persuader les gens d'aller travailler et ceci
    dans le nuage habituel de complications.


    Voici un exemple de 2002, tout aussi valable aujourd’hui. Un couple marié au chômage avec deux enfants pouvait avec le RMI, l'allocation logement et les allocations familiales, toucher 7 200 francs par mois ou 1097 euros. Si un des conjoints retrouvait un emploi à mi-temps au Smic, le revenu familial était inchangé. S'il
    travaillait à temps complet, le revenu familial s'accroissait
    seulement de 600 F, soit 4 F par heure travaillée. Qui peut
    accepter de travailler pour 4 F ou 0,61 euros l’heure ?


    L'économie tirée vers le bas est alourdie en permanence.
    Autre effet négatif : l'écrasement de la hiérarchie des salaires. De proche en proche l'on arrive aux cadres qui malgré leurs mérites et leurs efforts pour améliorer leurs prestations n'en sont pas récompensés suffisamment. Au sommet de la hiérarchie, les personnes les mieux payées ont tendance, si elles en ont l'occasion, à émigrer pour échapper à l'enfer économique et fiscal
    français.


    Tout se passe comme si l'économie était tirée vers le bas.

    LES JUSTFICATIONS

    La première explication qui vient à l'esprit, c'est la charité : il y a des gens que l'on ne peut laisser au bord de la route. Le
    malheur est que cette prétendue charité est mensongère, puisque,
    comme indiqué plus haut, beaucoup sont poussés justement en dehors de la route.


    Le Smic est organisé par la loi : la belle affaire. Ce qu'une loi peut faire une autre loi peut le défaire grâce en particulier à une
    communication adaptée. En Juillet 2007, le pouvoir disposait de tous
    les moyens et devait abroger beaucoup de lois perverses pour
    « Libérer » la France; au lieu de le faire il s'est
    engagé dans une activité législative démentielle noyant toute la
    partie productive de la nation dans ce torrent destructeur.


    Et aussi, bien sûr, est entendue la sempiternelle chanson du pouvoir d’achat ; distribuer de l’argent développerait de la
    demande et créerait des emplois ; l’argument est erroné, car
    il s'appuie sur le faux concept du PIB ; en plus avec la
    mondialisation une grande partie du pouvoir d’achat distribué va
    enrichir les travailleurs chinois ou autres travailleurs
    lointains.


    LES INTERETS

    Il reste évidemment les intérêts. Personne ne l'avouera jamais mais c'est un fait : politiques et syndicalistes cherchent à justifier leur richesse et leur gloire en s'agitant apparemment pour de prétendues bonnes causes.

    Or, ils ont des exemples. Il ne manque pas de pays comme la Suisse, entre autres, où l'absence pratique de Smic a une bonne influence sur la richesse générale avec un chômage modéré et des salaires très élevés.

    Toucher au Smic serait, toutefois, toucher à un tabou et la coalition des intérêts en France est assez forte pour empêcher toute abandon du tabou.

    Michel
    de Poncins


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    Alex Terieur
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 5986
    Age : 70
    Localisation : off shore
    Loisirs : chevaux - attelage
    Date d'inscription : 11/10/2010

    Re: ECONOMIE

    Message par Alex Terieur le Mar 28 Déc 2010, 02:29

    1) Juste pour préciser :

    Les 2,3 millions cités dans ce texte ne doivent concerner qu'une partie de la population au SMIC. En effet la Dares indique (chiffres 2008 communiqués en 2009) :

    2,19 millions de salariés (hors entreprises agricoles, intérim, secteur domestique et fonction publique) touchaient le Smic.

    "Extrapolé à l'ensemble de la population salariée, ce chiffre s'élevait à 3,37 millions au 1er juillet 2008, soit une hausse de 9% sur un an. "
    Note : ces chiffres ne comprennent pas les apprentis soumis à des règles spécifiques (420 000 fin juin 2008).

    2) Bien que l'auteur note avec raison les méfaits du SMIC, il n'a pas actualisé en tenant compte de l'ensemble de l'enveloppe sociale distribuée actuellement (RSA).
    son exemple est de 2002.

    Une récente étude parue à l'IFRAP met en évidence l’importance du RSA dans le revenu disponible des ménages.

    par exemple, un couple mono-actif travaillant à plein-temps (avec 2 enfants) voit son revenu passer en 2010 de 1055 à 1833 € du fait des prestations sociales, RSA compris.

    Ces prestations avantagent les couples avec enfants mais délaissent les célibataires donc beaucoup de nos jeunes.

    Plus de détails :

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    3) Ne pas oublier les exonérations de cotisations sociales chères au MEDEF.

    initiées à partir de 1993, les "ristournes Juppé" (1) allègent les charges pour tous les salaires jusqu’à 1,6 Smic ; puis en ont rajouté une louche Robien, Aubry, Fillon(en 2003 sous Raffarin) et enfin la loi TEPA.

    En 2005, un collectif de l’EPEE (Université d’Évry)estimait que pour 2003, les exonérations de cotisations sociales concernant les bas et moyens salaires représentent un coût budgétaire de 15 Mds , soit le coût annuel de 750 000 emplois à temps complet ou encore 1 % du PIB.

    Ce sont ces exonérations qui maintiennent les salariés dans la "trappe à SMIC".

    A force d'avoir inventé des lois dans tous les sens les gouvernements successifs ont créé un monstre dont il va être très difficile de se débarrasser.

    __________
    (1) Oui oui le même que le Juppé tout neuf qui vient de nous revenir comme ministre d'état, et accessoirement grand bâtisseur de mosquée Bordelaise!
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22863
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Caton l'Ancien le Mar 28 Déc 2010, 08:21

    Alex, je suis sûre que Michel de Poncins apprécierait votre commentaire :

    Pour envoyer un commentaire ou inscrire un ami


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22863
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Caton l'Ancien le Mar 28 Déc 2010, 08:26

    Cette vision qui brise nos certitudes pluridécennales, n'explique pas comment faire pour empêcher les patrons de proposer des salaires exagérément bas en profitant des situations de détresse, raison pour laquelle ce "salaire minimum garanti" puis "de croissance" a été institué.


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    silence
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22007
    Age : 103
    Localisation : Bretagne
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par silence le Mar 28 Déc 2010, 08:55

    Caton l'Ancien a écrit:Cette vision qui brise nos certitudes pluridécennales, n'explique pas comment faire pour empêcher les patrons de proposer des salaires exagérément bas en profitant des situations de détresse, raison pour laquelle ce "salaire minimum garanti" puis "de croissance" a été institué.
    c'est une question de mentalité. Il y a des bons patrons... et des mauvais patrons qui ne comprennent pas qu'un employé content est bien plus productif.
    C'est comme dans le commerce, il y a des gens qui semblent être très ennuyés de vendre.
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22863
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Caton l'Ancien le Mar 28 Déc 2010, 10:09

    Vous avez raison, silence, mais la propagande communiste, et plus particulièrement gauchiste "travailleuses, travailleurs, on vous ment, on vous spolie" (vous vous souvenez ???) a eu raison des principes gréco - romano- thomistes de l'intérêt général développés pendant les 2000 ans de domination chrétienne.

    Aujourd'hui, de plus en plus de salariés n'ont qu'une idée : comment ne pas être "spoliés" en spoliant leur patron en faisant un boulot de m....e.

    C'est un calcul imbécile, mais c'est considéré comme "le top du top".


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22863
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Caton l'Ancien le Mar 28 Déc 2010, 10:12

    Il faut ajouter que ceux qui s'indignaient de la spoliation des salariés par les patrons ont constitué des sociétés où les salaires étaient tellement misérables que les gens ne pouvaient même pas se payer le loyer d'un appartement (minuscule) par famille.
    Ce qui est proprement stupéfiant et incroyable est l'incapacité de beaucoup d'individus à faire des bilans comparatifs, en continuant à y prendre des passifs pour des actifs...


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    cilette
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 4185
    Age : 76
    Localisation : Lorraine
    Loisirs : musique - politique - cuisine - associations
    Date d'inscription : 15/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par cilette le Mar 28 Déc 2010, 14:29

    Dans ma région, où les usines étaient très nombreuses, les syndicats et les ouvriers ont tout fait pour que tout ferme. Ils ont perçu un joli pactol à la fermeture et ils ont en grande majorité décidé de créer leur propre boîte. Au bout de très peu de temps, ils n'avaient plus un rond, ils ont fermé boutique et se sont retrouvés au RMI dès qu'il a existé.
    Pour être patron, en plus de connaître le boulot, il faut être intelligent et ça, on ne le leur avait pas enseigné.
    avatar
    Alex Terieur
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 5986
    Age : 70
    Localisation : off shore
    Loisirs : chevaux - attelage
    Date d'inscription : 11/10/2010

    Re: ECONOMIE

    Message par Alex Terieur le Mar 28 Déc 2010, 15:28

    Caton l'Ancien a écrit:Cette vision qui brise nos certitudes pluridécennales, n'explique pas comment faire pour empêcher les patrons de proposer des salaires exagérément bas en profitant des situations de détresse, raison pour laquelle ce "salaire minimum garanti" puis "de croissance" a été institué.

    a) Les tenants d'une économie libérale affirment qu'il est illégal d'empêcher quelqu'un de travailler pour un salaire inférieur au SMIC dès l'instant qu'il s'agit d'un accord librement accepté.
    On tombe même dans l'absurde : un bénévole réalisant un travail gratuitement dans une association est très bien considéré, alors que si le même individu, pour aider un autre travailleur (ex un jeune artisan qui débute ou un ami commerçant aux heures de pointe...), juge que 5 euros de l'heure lui convient devient un immonde hors la loi pour les syndicats.

    b) Pour "empêcher des patrons de proposer des salaires extrêmement bas" : en principe l'équilibre entre les offres et les demandes devrait résoudre en partie le problème sur ce segment du marché du travail. On est toujours dans une version libérale bien entendu.

    Sur ce marché très important de main-d'œuvre peu qualifiée, la pression vers le bas est effectuée par les arrivées massives (et délibérées) d'immigrés. Le jeu est donc faussé volontairement.
    Les exonérations de cotisations sociales dont j'ai parlé précédemment achèvent le processus.

    c) Pour cet équilibre naturel il faut aussi tenir compte du client final. Celui qui, in fine, va payer la facture.

    C'est bien gentil l'hypocrisie consistant à crier "mauvais patron" etc.. Ça fait bien dans une conversation, mais il faudrait voir au-delà.

    Ce même individu pourfendeur de patrons lorsqu'il devient un "client" pour une prestation quelconque ne va pas se priver de faire établir 10 devis différents pour trouver le moins cher possible...sans bien sûr se préoccuper du salaire de l'employé qui fera l'ouvrage.

    C'est le même philanthrope au cœur plus grand que le portefeuille qui a laissé crever l'épicerie d'à côté pour trouver son petit bénéfice chez le grand distributeur du coin ... qui bien entendu exploite son petit personnel mais là encore cette attitude ne courrouce pas plus que ça notre petit hypocrite.

    d) "Il y a des bons patrons... et des mauvais patrons qui ne comprennent pas qu'un employé content est bien plus productif." écrivait silence.

    Il faudrait savoir de qui on parle en parlant de "patron" : d'un PDG du CAC40 ou de l'électricien du quartier? les problèmes me paraissent bien différents.

    Je ne suis pas tout à fait d'accord sur la relation : employé content = productivité.

    Par expérience j'ai connu des employés (je parle ici en grande entreprise) qui ne seront jamais contents quoique l'on fasse. Surtout ceux ayant atteint le niveau de Peters. (1)

    Le problème vient d'ailleurs mais difficile et trop long à essayer d'analyser ici. Une des pistes de recherche serait la dé-responsabilisation de l'employé

    Pour y remédier, j'ai lu quelque part que des chercheurs envisageraient d'assoir le salaire sur une partie de fixe et l'autre partie en fonction des résultats de l'entreprise (comme les commerciaux en quelque sorte). Reste plus qu'à mettre en œuvre.


    __________________
    (1)Peters énonce le principe suivant : » Tout employé tend à s’élever à son niveau d’incompétence », ainsi que son corollaire : » [...] tout poste sera occupé par un incompétent incapable d’en assumer la responsabilité ». (Lawrence J. Peter et Raymond Hull, 1969)
    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22863
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Caton l'Ancien le Mar 28 Déc 2010, 15:56

    cilette a écrit:
    Pour être patron, en plus de connaître le boulot, il faut être intelligent et ça, on ne le leur avait pas enseigné.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    silence
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22007
    Age : 103
    Localisation : Bretagne
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par silence le Mar 28 Déc 2010, 16:32

    J'ai presque toujours travaillé indépendant, dans mes propres entreprises et dans plusieurs branches. Je ne théorise pas. Un employé content fait mieux son travail que celui qui ne l'est pas. Point barre.

    Quand je dis content, c'est grosso modo parce qu'il a un bon salaire et un horaire correct, qu'il aime ce qu'il fait et en plus qu'il peut compter sur les administrateurs de l'entreprise en cas de besoin.
    je défie n'importe qui de me démontrer le contraire.

    avatar
    Caton l'Ancien
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22863
    Date d'inscription : 14/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Caton l'Ancien le Mar 28 Déc 2010, 16:56

    Vous avez raison, silence, ... mais vous n'avez pas travaillé avec des salariés français de la CGT et du parti communiste, et encore moins des trotskistes....
    Ces gens-là ne sont JAMAIS contents.

    Venez dans ma salle des profs : ce sont des gens qui ont des vacances, un salaire très correct, des horaires très convenables... ils ne cessent de se plaindre.

    Vous avez raison dans l'absolu, mais pas avec des gens formatés à la revendication permanente. Même si vous leur donnez la lune, ils vont se plaindre.


    _________________
    Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes. Bossuet
    Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. Voltaire
    avatar
    silence
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 22007
    Age : 103
    Localisation : Bretagne
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par silence le Mar 28 Déc 2010, 17:05

    C'est vrai, je n'ai jamais travaillé avec des salariés français de cette catégorie et je n'en voudrais pas non plus. Ces gens là sont impossibles à gérer. C'est d'ailleurs pour cela que la France n'avance pas. Ce sont des obtus à tout épreuve, j'en ai connu quelques uns sous le régime de ce salopard d'Allende. J'ai été vacciné pour la vie!
    avatar
    philiberte
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 18072
    Age : 68
    Localisation : duché de Nevers
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par philiberte le Mar 28 Déc 2010, 17:11

    "Pour y remédier, j'ai lu quelque part que des chercheurs envisageraient d'assoir le salaire sur une partie de fixe et l'autre partie en fonction des résultats de l'entreprise (comme les commerciaux en quelque sorte). Reste plus qu'à mettre en œuvre."

    à condition que cette partie soit comptabilisée dans le calcul de la retraite.


    _________________
    Mettez l'étiquette PS à un âne, et dans la Nièvre, il sera élu au premier tour (Montebourg)

    Dans la Nièvre, mettez l'étiquette "gauche" à une poubelle, elle est élue au premier tour (Moi)
    avatar
    Mitsahne
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6082
    Age : 88
    Localisation : altoséquanais
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Mitsahne le Mar 28 Déc 2010, 17:22

    Une vieille plaisanterie alsacienne : les alsaciens qui ont été longtemps balancés entre France et Allemagne ont la réputation de n'être jamais satisfaits de ce qu'on leur donne et ont toujours essayé de garder le meilleur des lois françaises quand ils étaient allemands et le meilleur des lois allemandes quand ils sont français (c'est toujours vrai !).

    On raconte donc qu'une délégation de rouspéteurs alsaciens, après moult discussions acharnées, avait réussi à obtenir ce qu'ils demandaient : la lune. On pensait être tranquille pour un certain temps, mais une nouvelle délégation se présenta pour réclamer encore.
    - On vous a donné ce que vous vouliez, la lune, qu'est-ce que vous voulez encore ?
    - Oui, certes, on est contents, mais on voudrait un garage pour la mettre dedans !

    Cette histoire faisait fureur dès 1945...


    _________________
    Ne traite pas le crocodile de sale gueule avant d'être complètement sorti du marigot.
    (Alexandre Vialatte).
    [i]Heureux soient les fêlés car ils pourront laisser passer la lumière !

    (Michel Audiard)
    avatar
    Alex Terieur
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 5986
    Age : 70
    Localisation : off shore
    Loisirs : chevaux - attelage
    Date d'inscription : 11/10/2010

    Re: ECONOMIE

    Message par Alex Terieur le Mar 28 Déc 2010, 18:12

    silence a écrit:J'ai presque toujours travaillé indépendant, dans mes propres entreprises et dans plusieurs branches. Je ne théorise pas. Un employé content fait mieux son travail que celui qui ne l'est pas. Point barre.

    Quand je dis content, c'est grosso modo parce qu'il a un bon salaire et un horaire correct, qu'il aime ce qu'il fait et en plus qu'il peut compter sur les administrateurs de l'entreprise en cas de besoin.
    je défie n'importe qui de me démontrer le contraire.


    Idéalement vous avez raison. Quand tout va bien, ça va bien.

    Ce que je suggérais, c'est que les problèmes sont différents entre les PME et les grosses entreprises.

    Pour les PME (domaine que je ne connais pas de l'intérieur donc je me garde bien d'avoir une opinion définitive) il est naturel que cela se passe mieux,les relations humaines aidant.

    Mais dans votre démonstration il faudrait aussi voir le comportement des nouvelles générations arrivées très récemment sur le marché du travail et ne pas comparer avec des générations plus anciennes qui somme toute représentent un état d'esprit,une culture vis à vis du travail, révolus.

    Bon, après on pourra toujours avancer des cas isolés dans un sens ou un autre. Seule une étude sociologique bien menée et impartiale donnerait un début de réponse. (ça doit bien exister).

    N'empêche, car je reviens à ma dichotomie anciennes/nouvelles générations, quand je lis sur un autre fil la mentalité de jeunes toubibs relatée par des intervenantes, il y a bien quelque chose de cassé quelque part. Et encore, en l'espèce nous avons affaire à une élite et bien rémunérée. Alors en bas de l'échelle, je n'ose même pas extrapoler.

    -----------
    avant de transmette cette réponse que j'avais laissé en suspens j'ai pris connaissance de nouvelles interventions

    a) Caton nous décrit son environnement professionnel qui ressemble plus à la réalité des grosses boites.
    C'est pour ça que des patrons n'atteignent jamais la taille de 50 employés (de mémoire à vérifier) pour ne pas avoir affaire aux comités d'entreprise et tout le cirque.

    Il arrive (ou arrivait) de créer 2 boites distinctes pour éviter ça. Un comble non ?

    b) silence : vous n'en voudriez pas de ces salariés Français là ? Vous y seriez bien obligé sous peine de passer le plus clair de votre temps aux Prud'hommes.

    Et en plus vous seriez tenu de "multiculturer" votre boite pour ne pas déplaire à la Halde.
    A la bonne vôtre !

    c) philiberte : "à condition que cela compte pour la retraite "
    oui bien évidemment. je vais voir si je retrouve quelque chose là dessus.
    avatar
    Mitsahne
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 6082
    Age : 88
    Localisation : altoséquanais
    Date d'inscription : 12/02/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par Mitsahne le Mar 28 Déc 2010, 18:28

    philiberte a écrit:"Pour y remédier, j'ai lu quelque part que des chercheurs envisageraient d'assoir le salaire sur une partie de fixe et l'autre partie en fonction des résultats de l'entreprise (comme les commerciaux en quelque sorte). Reste plus qu'à mettre en œuvre."

    à condition que cette partie soit comptabilisée dans le calcul de la retraite.



    Des chercheurs sur ce sujet ? Diable, cela fait décennies que bien des professions sont rémunérées par une partie fixe et une partie variable. Notamment les VRP dont j'ai fait partie un certain temps. Toutes les combinaisons sont possibles et certaines sont diaboliquement compliquées comme Fixe + pourcentage variable sur les ventes + pourcentage variable sur les résultats de l'entreprise + bonus/malus sur les frais de route + primes d'appréciation + coefficients positifs ou négatifs selon certains marchés, etc...
    Dans la plupart des cas, il s'agit toujours d'une "carotte" car tout dépend des objectifs fixés par une direction souvent esclavagiste ! (on m'appelait "Aspireaufixe" !).

    Ces "systèmes" sont usants car les résultats ne sont que rarement le reflet de l'effort demandé. La conjoncture et le facteur chance peuvent vous valoir des années faramineuses ou misérables : on est très loin du système fonctionnaire !

    Il me paraît hors de question que tous les revenus ne soient pas intégrés dans le calcul de la retraite. Je sais que cela existe pour certaines catégories de fonctionnaires, mais c'est aberrant !


    _________________
    Ne traite pas le crocodile de sale gueule avant d'être complètement sorti du marigot.
    (Alexandre Vialatte).
    [i]Heureux soient les fêlés car ils pourront laisser passer la lumière !

    (Michel Audiard)
    avatar
    Alex Terieur
    Jeroboam
    Jeroboam

    Nombre de messages : 5986
    Age : 70
    Localisation : off shore
    Loisirs : chevaux - attelage
    Date d'inscription : 11/10/2010

    Re: ECONOMIE

    Message par Alex Terieur le Mer 29 Déc 2010, 02:02

    Sur cette information de salaires en deux parties, j'avais effectivement précisé que c'était déjà en pratique pour les commerciaux.

    N'ayant pas pu remettre la main sur cette étude nous n'en saurons pas plus. Ce n'est pas important puisque de toutes façons rien ne change en France.

    par contre, Sept Etats membres de l’UE ne connaissent pas le salaire minimum légal :

    - les trois pays scandinaves Finlande, Suède Danemark,
    - l’Italie, Chypre, l’Autriche et l’Allemagne.
    - la Suisse, non membre n'en a pas non plus.

    Il n'apparait pas que dans ces pays, la pauvreté soit plus élevée que dans des pays avec salaire minimum.

    Enfin, un article du Figaro nous annonce qu'à Pékin le salaire minimum est de nouveau augmenté de 21%(après 20% 6 mois avant).
    Le salaire minimum passe à 133 euros par mois. C'est toujours très concurrentiel.
    Mais si les Chinois ne parviennent pas à juguler leur importante inflation, ce minimum en augmentant continuellement finira par ramener le cout de fabrication abordable en Europe.

    Il sera peut-être temps à ce moment d'être prêt pour "reprendre la main".
    Encore faudra-t-il le pouvoir.

    Dans une étude publiée en Allemagne sur les salaires minima horaires des pays Européens et reprise par
    europaforum ,on ne voit pas comment la France avec ses 9 euros de l'heure va concurrencer des pays comme :
    [les chiffres entre () sont en euros/heure]
    l'Espagne (3,84) ou le Portugal (2,86), la Pologne (1,76) ou la Roumanie (0,83).

    voir sur le tableau complet de ce pdf en Allemand.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Voilà de quoi méditer.
    Je l'ai déjà dit plus haut, mais je vais le répéter :
    "de toutes façons rien ne change en France" ... jusqu'à quand?.



    avatar
    moria
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 21182
    Age : 116
    Localisation : Duché de Bourgogne
    Date d'inscription : 24/01/2007

    Re: ECONOMIE

    Message par moria le Mer 29 Déc 2010, 05:49

    Histoire qui aurait pu se trouver dans la bonne rubrique mais elle concerne l'économie.
    Histoire rapportée du Fig. :


    <<<histoire finale :

    UN allemand sur deux ne veut plus de l''EURO :
    on comprend pourquoi !

    C''est l''histoire d''un Allemand et d''un Français.

    Pour relancer l''économie, l''UE décide de donner à chacun une vache.

    Immédiatement, l''Allemand vend le lait de la vache et en consomme juste ce qu''il faut pour vivre.
    Avec l''argent économisé, il achète un taureau pour constituer un troupeau ;

    le Français mange la vache, et avant de finir, il descend manifester dans la rue... pour en réclamer une autre.
    Et il trouve que celle qu''il vient de manger était dure, qu''il a été volé en terme de qualité !<<<<<<<


    Bonne journée à tous.

    Contenu sponsorisé

    Re: ECONOMIE

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 26 Sep 2017, 00:25